Petite sélection de clips parmi les plus WTF

Pas de sorties de clips ce mois-ci ! A la place, on vous a concocté une petite sélection de clips musicaux parmi les plus surprenants, à leur façon. Drôles, absurdes, impressionnantes, à côté de la plaque ou tout simplement mémorables, ces vidéos nous ont marqué à un moment donné et on leur rend hommage aujourd’hui.

David Hasselhoff – Hooked on a Feeling

Dans la catégorie WTF, ce clip mérite la Palme d’Or. Certes hyper connu, son absence dans ce type de sélection serait impardonnable. Faire une description séquence par séquence prendrait mille ans et pulvériserait beaucoup trop de neurones, alors le mieux est de l’apprécier pour ce qu’il est : un défilé sans fin d’images improbables, d’effets spéciaux extravagants, de clins d’œil tribaux très gênants (tout est très gênant de toute façon dans cette vidéo) et d’un David Hasselhoff tellement grotesque dans son rôle d’aventurier de l’extrême que ça en devient presque touchant. Un incontournable de la culture internet et une mine inépuisable de gifs.

Journey – Separate Ways

Ce vidéo-clip, élu à de nombreuses reprises comme l’un des pires de tous les temps, restera dans les annales autant pour la performance d’Air Rock des musiciens que pour leur jeu d’acteur très naturel. On comprend à la fin que tout ceci n’est qu’un rêve – ouf ! Un rêve qui s’est transformé en cauchemar tant la réputation et le moral du groupe a pâti de ce clip ringard à souhait. Non seulement le résultat est horrible, mais en plus la réalisation fut éprouvante : il faisait tellement froid que les comédiens courraient se réfugier dans les caravanes entre chaque prise, la petite amie de l’époque de Steve Perry, présente sur le tournage, ne supportait pas le mannequin tournant dans la vidéo et le faisait bien savoir, et Jonathan Cain était furieux que son acolyte se soit coupé les cheveux, jugeant la coupe pas assez rock à son goût. (on ne parlera pas de son débardeur non plus…).

David Bowie & Mick Jagger – Dancing In The Street

Ce clip est à la fois très classe et très WTF. On nage dans l’hystérie la plus totale, du premier au dernier plan. La combinaison de Bowie et sa façon de faire danser ses mains à travers les portes, les sauts au ralenti, les petits bonds et les yeux exorbités de Jagger, les chorégraphies et les jeux de hanches totalement désinhibés… Si on ne boude pas son plaisir devant cette vidéo mettant en scène deux immenses stars du rock se donnant en spectacle dans un pur moment de complicité et de folie, on se dit quand même que ce clip aurait pu servir de campagne anti-drogue.

Roger Glover And Guest Butterfly Ball – Love Is All

Le premier truc improbable concernant ce clip, c’est de savoir que la ritournelle ingénue qu’il illustre est chantée par ni plus ni moins que le chanteur de Black Sabbath (et composée par le bassiste de Deep Purple). Ce célèbre titre au refrain addictif et à la mélodie très Beatles-style s’accompagne d’un remarquable petit film d’animation. Véritable dessin animé, ce dernier rappellera sans doute aux plus anciens d’entre nous des souvenirs d’interlude sur Antenne 2. Réalisé d’après les dessins d’Alan Aldridge, qui avait travaillé avec les Beatles justement,  la vidéo met en scène un univers fantasmagorique peuplé de petits animaux, réunis pour un bal champêtre. Le tout est excessivement mignon, mais un peu flippant aussi : la plante à têtes de grenouilles, les animaux avec des masques d’autres animaux, tout ce petit monde extatique aux pupilles dilatées évoque finalement davantage le trip sous acide que le conte enfantin.

Marc Drouin – Vis ta vinaigrette

« Des fois je vis des hauts, des fois je vis des bas mais la plupart du temps je vis ma vinaigrette.  » Avec des paroles pareilles, on s’attend à un clip gratiné. Bingo. Tout ce que le Québec et les années 80 peuvent faire de mieux (ou de pire selon les goûts) se résume à cette vidéo. Le chanteur, assez obscur dans nos contrées, y interprète un personnage à mi chemin entre la loutre et Roch Voisine. Et il ne fait rien d’autre que… clapoter.  Grace à des effets spéciaux élégants, on le voit passer d’un toit à une rivière et marcher sur l’eau, tel un prophète de l’assaisonnement. Mais la plupart des scènes le montre surtout en train de s’asperger, de façon incroyablement intense. Délicieusement nanar !

David Lee Roth – California Girls

Des costumes (la salopette), aux mises en scènes (le maïs…) en passant par l’overdose de nanas en bikini et la profusion de chorégraphies ratées, difficile de trouver plus extravagant que ce clip dans lequel David Lee Roth joue un guide touristique azimuté. Habitué des vidéos kitsch, comme ce clip par exemple, le chanteur de Van Halen ne lésine ni sur les moyens ni sur l’auto-dérision pour illustrer sa reprise très personnelles du célèbre titre des Beach Boys.

Robbie Williams – Supreme

La vidéo est un hommage à Jackie Stewart, pilote de Formule 1 britannique, et met en scène Robbie Williams dans le rôle d’un concurrent fictif, Bob Williams. Le clip alterne grâce à des techniques d’écrans partagés et d’insertions numériques de vraies images de courses de l’époque et des plans du fameux Bob Williams, donnant l’illusion d’un réel championnat et d’une compétition au coude à coude entre les deux pilotes. Robbie Williams y apparaît sexy en diable (THE regard à 1m35…) et fanfaronne tout du long à grands renforts de scènes glamours, d’admiratrices et de bouteilles de champagne, ce qui rend la fin du clip encore plus surprenante. Le moment de la course ultime arrive, la tension est extrême, car tout le monde se demande où est passé Bob Williams. Et bien… pris d’une crise de diarrhée aiguë, Bob Williams se rue aux toilettes, rouleau de PQ à la main, avant de se faire enfermer dans sa propre caravane. Et rate donc le départ de la course.  Sans doute le clip le plus déconcertant – et déprimant – de cette sélection.

Soundgarden – Black Hole Sun

Dans la série des clips perturbants, celui ci tire son épingle du jeu avec ses effets spéciaux surréalistes, ses mises en scène kitsch et ses personnages chelous. Des banlieusards excessivement souriants (et crispants) atteints de crises de démence se partagent l’image avec des musiciens lévitant dans les airs, qui tels les cavaliers de l’apocalypse déchaînent les éléments sur les lotissements proprets. Cette vidéo, l’une des plus incontournables de MTV pendant les années 90, illustre à merveille le cauchemar suburbain des petites banlieues chics à l’apparence tranquille et à l’intérieur névrosé.

Salvatore Ganacci – Horse

LE champion incontestable de cette sélection !  Du n’importe quoi à ce point, ça frise le génie. A travers ce clip drôle et hautement barré, le DJ suédois dévoile son engagement pour la cause animale. Agissant en noble défenseur des animaux maltraités, il part à leur secours au volant d’une chaussure géante (??) et n’hésite pas à faire subir à leurs persécuteurs les pires outrages.

Braque – youpi yop

On clôture avec un grand classique du clip-nanar, qui vient illustrer un titre épique de Jérôme Braque, le « petit roi de Bavière » et président du Yopland, et sa vision avant-gardiste du bal musette.  Simple mais efficace, la vidéo montre le chanteur et une bergère en costume folklorique (probablement aussi gênée que le sont les spectateurs) en pleine gigue traditionnelle (enfin, c’est l’effet voulu).  Le tout est aussi improbable que la chanson elle-même, grand mélange de prononciation germaine outrancière, d’aboiements sortis d’un Casio, d’accordéons et de tsoin-tsoin aussi grotesques que jouissifs. ZIGNAL.


Ne manquez aucun de nos bons plans et jeux-concours en vous inscrivant à notre newsletter !