A la rencontre des fondateurs du Biches festival et de Papillons de Nuit

Avec Biches ou Papillons de nuit, la Normandie prouve qu’elle n’a rien à envier aux festivals parisiens. Bien au contraire, ces manifestations nées d’une véritable entraide entre les associations de la région peuvent attirer jusqu’à 60 000 participants chaque année. A Nous Paris est allé à la rencontre de leurs fondateurs.

 

Festival Papillons de nuit © Aurèle Bossan

 

Papillons de nuit : de la soirée communale au festival indépendant

 

portrait de Patrice Hamelin, fondateur du festival Papillons de nuit
Patrice Hamelin, fondateur du festival Papillons de nuit © Amandine Vignal

 

« Ce n’est pas du tout mon métier. A la base je suis agriculteur éleveur laitier » annonce Patrice Hamelin, le fondateur du festival Papillons de nuit. Il est même aux antipodes de l’image que l’on se fait des personnes dans le milieu. L’agriculteur mélomane ne passe pas son temps à courir les concerts à travers le monde, mais préfère s’occuper de ses vaches dans sa commune de Saint-Laurent-de-Cuves. «  A l’époque nous voulions seulement animer la commune de 300 habitants. Nous avons organisé plusieurs manifestations dont une soirée concert qui fonctionnait très bien. Puis celle-ci ayant eu beaucoup de succès, nous avons décidé d’en faire une fête de trois jours ».

La première édition a donc débuté avec deux scènes et une quinzaine d’artistes pour devenir, au fil des ans, l’un des évènements incontournables de la région. Le site est ainsi passé de 9 000 personnes la première année à 60 000 lors de la dernière édition. Un succès qu’il doit également aux autres associations de  la région : « Je pense que la réussite du festival réside dans le fait d’avoir tisser tout un milieu associatif autour de l’évènement. A la base, l’association dont je faisais partie comptait seulement une quinzaine de membres. Pour le festival nous avons décidé de tous nous unir ». Une entraide qui s’étend au-delà des associations de Saint Laurent de Cuves puisque le festival accueille plus de 1 400 bénévoles chaque année. Une manière pour chacun de sortir de sa routine quotidienne comme le souligne si bien Patrice Hamelin : « c’est une expérience enrichissante parce qu’on nous donne l’opportunité de faire une autre activité et de partager du temps avec des gens qui ont un métier diffèrent du mien ».

Bien qu’il organise l’événement depuis bientôt 18 ans, Patrice déclare avec beaucoup d’humilité : « j’ai su m’entourer de gens très talentueux, ce qui nous a aussi permis d’avoir une programmation un peu plus pointue ». Et c’est le moins que l’on puisse dire ! Lors de la dernière édition qui s’est tenue du 18 au 20 mai dernier, des noms comme Suprême NTM , Juliette Armanet ou  Robin Schulz ont foulé les planches des Papillons de nuit. Rendez-vous le 7 juin 2019 pour la prochaine édition.

 

Le Biches Festival : la concrétisation d’un projet de vie

Margaux Rousset, co-fondatrice du festival © Sophie Feuillade

 

« Je me suis donnée l’objectif d’organiser un  festival avant l’âge de 30 ans » déclare Margaux Rousset. Pour la jeune fondatrice du festival Biches, la volonté d’organiser un évènement de cette ampleur découle d’une passion sans borne pour la musique, et d’une grande expérience dans le milieu. « J’ai travaillé plusieurs années en tant que bénévole dans des festivals pour connaître de l’intérieur l’organisation et mieux organiser le mien. J’ai fait l’expérience du bar, du montage et démontage de Rock en Seine, Solidays ou encore Calvi on the rocks ». Mais c’est en 2015, avec son compagnon Tristan, que le projet de Biches se concrétise.

Fort de ses expériences dans la pub, le couple crée l’association du festival Biches. « Je m’occupe de la production, de la logistique et de la programmation. Tristan se charge de l’identité visuelle et de la scénographie. Il veille à la cohérence globale du festival ».

Mais au-delà d’une promotion bien rodée, c’est surtout grâce à l’entraide des différentes associations locales que le festival a réussi à voir le jour. « C’était important de trouver un lieu où on avait des attaches locales pour mieux s’implanter sur le territoire. Pour créer un événement, l’aide des gens du coin est nécessaire ne serait-ce que pour nous mettre au courant des bons plans par exemple » insiste la jeune femme. Avant de poursuivre : « depuis, un  véritable écosystème est né puisque de notre côté il nous arrive d’aider d’autres associations locales qui nous le demandent ».

De l’organisation au choix du lieu, l’aide de commune, dont la mère du co-fondateur est maire, fut essentielle à la bonne marche du festival. Et notamment pour convaincre le propriétaire de leur louer le pâturage dans lequel ses vaches se prélassaient. Depuis, Dominique Becourt met au placard son métier d’agriculteur durant quelques jours afin de veiller au bon déroulement du festival. Pari gagné pour le couple puisque la troisième édition se tiendra du 22 au 24 juin prochain. On retrouvera sur scène  des artistes comme Arnaud Rebotini, Therapie Taxi ou encore Kaviar Special.