Printemps de Bourges : les 10 jeunes talents à ne pas louper

Arrêtez tout ! Le printemps est là, et avec lui ses victuailles ! Pour sa 42e édition, le Printemps de Bourges vous donne rendez-vous du 24 au 29 avril 2018. Ce festival, qui a le chic d’accueillir à la fois talents confirmés et jeunes pépites, réunit une fois de plus le meilleur de la scène émergente actuelle.  Voici les jeunes talents que vous ne devez absolument pas louper.

 

Ash Kidd


Mercredi 25 avril, 20h20
La Halle au Blé

Il casse les codes du rap, et c’est peut-être ce qu’on adore le plus chez lui. Les chansons d’Ash Kidd seraient même idéales pour un réveil en douceur. Vaporeuses et mélancoliques, ses envolées sont toutes d’ambiant teintées, cette fameuse atmosphère musicale onirique si propre à l’électro. Le rappeur chante l’amour et la vie quotidienne, la drogue, la mélancolie souvent, et ce n’est jamais déprimant, toujours planant.

 

Tamino


Mercredi 25 avril, 20h30
Le Théâtre Jacques Coeur

C’est la sortie discrète de ce début de printemps : Tamino est un jeune talent à la voix ensorcelante qui joue tantôt dans les graves abyssaux, tantôt dans les aigus célestes. Belge d’origine égyptienne, Tamino a la douceur de l’Orient et le spleen de l’Occident. De son single habibi, on ne se remet toujours pas. Attention pépite.

 

Lomepal


Mercredi 25 avril, à 21h25
La Halle au Blé

Il a le timbre de Julian Casablancas, un flow irréprochable et des paroles tranchantes. Lomepal, Antoine Valentinelli de son vrai nom, est le rappeur qui connaît depuis quelques mois une ascension fulgurante. Après son dernier Flip certifié disque de platine et une récente Cigale complète, l’artiste entamera cet été une tournée des festivals de France. Tenez-vous prêts, car si vous n’adorez pas déjà, cela ne saurait tarder.

 

Théo Lawrence & the Hearts


Jeudi 26 avril, 17h50

La Grande scène Séraucourt

De la soul, rien que de la soul ! Et un peu de rock peut-être… Craquez pour le groove irrésistible de Théo Lawrence & the Hearts, un groupe qui a tout des crooner américains, mais qui est bel et bien tricolore. Leur musique sent bon l’Amérique et ses coffee house, les dimanches après-midi intimistes et les soirées au coin du feu. Un univers bien élégant en somme, qui nous replonge dans les années 60 et leur blues délicieux.

 

Eddy de Pretto


Jeudi 26 avril, 20h30
Le Palais d’Auron

Doit-on réellement le présenter ? En l’espace de quelques mois, Eddy de Pretto s’est fait un nom par sa plume et son ton cru. Il ne chante pas vraiment et ne rappe pas tout-à-fait, mais on peut le dire, Eddy de Pretto nous emporte. Loin des tabous, des sentiers battus et des clichés. Après une première « Cure » par les mots, Eddy de Pretto affiche des Cigale et autres Olympia déjà complètes. Heureusement, les festivals permettront aux retardataires de le retrouver tout l’été.

 

Angèle


Jeudi 26 avril, 19h30

Le Palais d’Auron

Mais quelle est donc cette voix si douce, délicieusement jazzy ? Elle dira probablement quelque chose à certains, car sa suavité ne trompe pas. Après avoir teinté de grâce certains morceaux de Roméo Elvis par ses chœurs, Angèle a ravi la toile de ses petits tubes La loi de Murphy ou Je veux tes yeux. En attendant de découvrir son premier album prévu pour septembre 2018, le futur phénomène belge vous attend cet été dans les festivals, à commencer par Le Printemps de Bourges.

 

L’impératrice


Jeudi 26 avril, 23h55

Le 22

Ils sentent les vacances et leur crème solaire. Le groupe L’impératrice, c’est toute la douceur de la Californie tout droit venue d’une époque révolue. Leur disco-funk sonne comme une pause dans le temps, un moment irrésistiblement vintage qui nous ferait presque aimer les trajets en métropolitain. Une musique tropicale de circonstance pour l’été imminent.

 

Clara Luciani


Samedi 28 avril, à 22h20

Le 22

Révélée au tremplin Inrock Lab 2016, Clara Luciani est une découverte pop qui fera du bien aux fans de chanson française, l’ancienne, la vraie. Au revoir les midinettes aux petites voix, aussi fluettes qu’interchangeables. Faites place à la sensation Clara Luciani, au timbre grave mais à la grâce bien printanière. Dans son premier EP Monstre d’amour, Clara Luciani chante ses peines et sa tristesse altière. Prenez garde : son premier album est sorti le 6 avril 2018.

 

Thérapie TAXI


Vendredi 27 avril, 01h15

Le W + Le Palais d’Auron

Cette thérapie-là passe ou casse. Ils sont impertinents mais francs, acerbes quoi que grisants : les jeunes énergiques de Thérapie TAXI se sont vite fait un petit nom de leur Hit Sale. Un single sulfureux qui illustre bien leur premier album éponyme sorti début février. Des histoires d’amour et de haine, parfois douces, souvent amères, fidèles à une génération Y désenchantée. On sent déjà venir le live électrisant.

 

Polo & Pan


Vendredi 27 avril, 23h20

Le W + Le Palais d’Auron

Attention, leur musique rend heureux. On rêve et voyage volontiers sur les mélopées joyeuses du duo désireux de partager une « musique positive de qualité ». On ne vous le dira jamais assez, la déprime c’est dépassé. Autant rêver d’ailleurs et d’été sur l’électro-pop enchanteresse de Polo & Pan.