René Urtreger

Nous commencerons l’année avec René Urtreger, encore porté par le merveilleux livre que lui a consacré la romancière Agnès Desarthe

Nous commencerons l’année avec René Urtreger, encore porté par le merveilleux livre que lui a consacré la romancière Agnès Desarthe. Il fallait bien une jolie plume pour évoquer l’un des plus grands pianistes français, compagnon de route de Miles Davis (en particulier sur la mythique musique d’Ascenseur pour l’Echafaud), et de tant d’autres.  Elle a dû contourner la pudeur d’un homme qui ne s’est jamais beaucoup exprimé. « C’est un livre sur le jazz que tu vas écrire. Tout le monde s’en fout de ma vie. » Elle ne l’a pas écouté, racontant le parcours de ce fils de boucher, grandi dans un Paris hivernal occupé par les Allemands. Ce beau livre dessine l’époque de l’après-guerre où les clubs de jazz parisiens attiraient de prestigieuses signatures, Miles, Dizzy Gillespie ou John Lewis. Il y avait beaucoup de travail. Et René Urtreger réussira à s’y ménager une place, même s’il dut, à Paris, affronter le mépris de certains musiciens noirs victimes de racisme et devenus à leur tour injustes comme le grand Ben Webster qui voit en lui un «p’tit connard blanc ». Il y aurait tant à dire de ce sensible ouvrage, mais laissons parler la musique passionnée de René que nous irons écouter au Sunside cette semaine.    

Agnès Desarthe. Le Roi René, Odile Jacob, 190 pages, 21,90 €. Sunside. 6 et 7 janvier. 21 h. 28 €. 60 rue des Lombards (1er). M°Châtelet-Les-Halles. Tel : 01 40 26 46 60.