Retour fracassant de Michael Kiwanuka

Michael Kiwanuka est de retour et ne va pas prendre de pincettes. Retrouvez le ce mercredi 2 novembre pour son concert à la Cigale.

On avait fini par croire que l’époque des grands albums était révolue, que ce temps où un musicien entrait en studio pour peaufiner une œuvre, y passer ses journées et ses nuits, comme si sa vie en dépendait, ne reviendrait plus. En écoutant Love & Hate de Michael Kiwanuka, nous pensons à Marvin Gaye et à son merveilleux What’s Going On ou à Astral Weeks de Van Morrison, des créations portées par l’absolu et une ambition démesurée. Kiwanuka se situe à ce niveau. L’artiste du Nord de Londres d’origine ougandaise, s’est révélé en 2012 avec un premier album très apprécié, Home Again. Mais le succès l’a sacrément perturbé. Il a déprimé, a failli se retirer définitivement de la lumière, avant de nous offrir, quatre ans après, dans la chaleur de l’été, ce deuxième monument gorgé de cordes sombres, de voix soul sensible, de chœurs, plein de mélodies d’une ampleur rarement vue depuis longtemps. L’entrée est audacieuse, nous amenant vers un long morceau de dix minutes à plusieurs étages, un instrumental lyrique où se glisse un chant de félin griffé. La lenteur et le soin que Kiwanuka met à installer son écran en cinémascope est un défi à notre époque zapping et bâclée. Un motif de grande admiration tout simplement.  

La Cigale. 2 novembre. 20 heures. 29,60 €. 120, bd Rochechouart (18e). M° Anvers.  Tél. : 01 49 25 89 99.