Ron Sexmith au New Morning

Le Canadien Ron Sexmith fait partie des musiciens discrets qui, depuis plus de vingt ans, tricotent de belles chansons, à mi-chemin du folk et de la pop underground.

Ils se ménagent au fil des années un public fidèle et précieux, jusqu’à occuper des scènes illustres comme le New Morning. Ron Sexmith dans le temple du jazz ? Pourquoi pas. L’intimisme de sa guitare, de son piano, de sa voix chaude lui autorise toutes les scènes, à commencer par le Royal Albert Hall, à Londres.

Apprécié d’artistes aussi différents que le guitariste Bill Frisell et Bob Dylan, il a joué avec Leonard Cohen, vu l’une de ses chansons reprises par le crooner Michael Bublé, et surtout semé une pelletée de beaux albums, tous bien accueillis. Il vient de publier son quatorzième disque, Carousel One, sans la moindre lassitude, indifférent au succès public.

Produit par Jim Scott qui a travaillé avec des pépites musicales comme le groupe américain Wilco, ce nouvel opus offre de fines et attachantes mélodies – Sure as the Sky ou Saint Bernard –, idéales pour célébrer le vingtième anniversaire de sa carrière. Il a invité en première partie un musicien country-folk anglais, Sam Palladio. Une jolie soirée en perspective.