Sélection musicale: les albums du moment #12

Entre rêves et réalité, on vous offre une douzième sélection d’albums laid back pour ralentir la cadence et se laisser tenter par une douceur de vivre bien méritée.

 

Arctic Monkeys – Tranquility Base Hotel & Casino

 

 

Cinq ans après l’agité AM, nos singes anglais préférés reviennent avec un album bien différent, sur le mode « luxe, calme et volupté ». Composé au piano pour ce qui devait être au départ un projet solo du frontman Alex Turner, ce nouveau disque est un summum de classe et de sophistication. On y retrouve un peu l’esprit Last Shadow Puppets, le groupe pop fondé avec son comparse Miles Kane. Car n’en déplaise aux haters qui regretteront l’absence de riffs énervés, Turner est un crooner-né, qui révèle ici toute son intensité.

En concert les 29 et 30 mai au Zénith de Paris – Infos 

Ecouter l’album

 

Fantomes – Fantomes

 

 

Nouvelle signature du label chouchou Pan European Recordings (Flavien Berger, Judah Warsky, Koudlam, Maud Geffray…), le duo Fantomes sort un premier EP éponyme à la mélancolie 90’s assumée, tiraillée entre Pond, Nirvana et Weezer. C’est tout un pan d’une adolescence presque oubliée mais jamais reniée qui refait surface. Celles des amours de vacances, des peaux dorées qui s’échauffent au soleil couchant et des larmes versées en écoutant en boucle les Pixies une fois l’été terminé. Merci pour ce moment de douce nostalgie partagée.

En concert le 31 mai au Pop Up du LabelInfos & Billets 

Ecouter l’album

 

Michael Rault – It’s a New Day Tonight

 

 

Wick Records, la sous-division rock du fameux label soul Daptone a eu le nez creux en signant l’auteur-compositeur-interprète canadien Michael Rault. Son cinquième album constitue en effet le mariage parfait entre folk/rock psyché de haute volée et power pop joliment arrangée. Si le son 70’s est omniprésent, ce nouveau disque évite néanmoins l’écueil du passéisme mais permet au natif d’Edmonton d’apporter sa pierre à l’édifice d’une certaine légende musicale.

Ecouter l’album

 

The Red Goes Black – Fire

 

 

Cela fait certes un moment que la « scène rock française » a fait ravaler à ce cher John Lennon sa célèbre tirade (dévastatrice mais tellement drôle) la comparant au vin anglais. On parie que si le Beatles était encore de ce monde, il n’aurait pas manqué de s’enflammer pour la nouvelle garde, d’autant plus quand celle-ci est originaire de Bretagne. Blues, soul, garage, le deuxième album des Red Goes Black fait feu de tout bois tout en faisant fi des étiquettes. On ne peut dès lors que se consumer (d’amour évidemment) pour Fire.

Ecouter l’album 

 

Beach House – 7

 

 

Le septième album du mystérieux duo de Baltimore est un condensé de dream-pop organique. S’il est peut-être plus en phase avec l’actualité que ses prédécesseurs (coucou #MeToo), c’est néanmoins au-delà du poids des mots plutôt le choc des expérimentations en studio qui en fait la sève. Co-produit par le légendaire Peter Kember aka Sonic Boom (fondateur de Spacemen 3 mais également producteur de Panda Bear et MGMT), la texture de 7  s’avère un peu moins légère qu’à l’accoutumée. Mais le lancinant onirisme qui caractérise le son de Beach House est toujours d’une déchirante beauté.

En concert le 15 octobre à l’Olympia – Infos & Billets

Ecouter l’album