A.Ecouter

Sélection musicale : les albums du moment #33

Parmi les (très) nombreuses sorties de cette rentrée, notre choix s’est porté sur des albums pour certains plus confidentiels que les mastodontes annoncés. Mais ils n’en restent pas moins tout aussi passionnants. Et méritent dans tous les cas d’être écoutés !

 

The Murder Capital – When I Have Fears

Les Dublinois de The Murder Capital sont arrivés dans le récent sillon post-punk UK déjà bien creusé par Fontaines D.C. (également originaires de la capitale irlandaise) et autres Shame. Ils s’en démarquent néanmoins par un nom de scène un chouïa plus agressif et des références (entre autres le titre de l’album) au poète romantique John Keats. Entre chant habité (qui n’est pas sans rappeler celui d’un certain Ian Curtis) et mélodies anxiogènes, When I Have Fears est la bande-son d’une génération qui n’a pas encore capitulé.

Ecouter l’album
En concert le 6 novembre au Nouveau CasinoInfos & Billets

 

Sparkling – I Wan To See Everything

Ce pétillant trio de post-punk originaire de Cologne replace la ville rhénane, jusque-là plus connue pour l’électro grâce à l’excellent label Kompakt, mais hélas aussi pour son insupportable folklore carnavalesque, sur le planisphère rock.

Pour son premier album, Sparkling s’est intelligemment adjoint à la production les talents d’Andy Ramsay (Stereolab) et de Jimmy Robertson (qui a bossé avec Foals et les Artic Monkeys). Mais au-delà du name dropping, la maturité du pourtant jeune projet impressionne. Après des années de galère souvent inhérentes au choix d’une carrière de saltimbanque, ils veulent à présent, comme ils le chantent, « voir le monde ». On ne doute pas qu’ils y parviendront rapidement.

Ecouter l’album
En concert (gratuit) le 2 novembre au SupersonicInfos 

 

Ala.Ni – Acca

Acca – pour « a cappella », le second album de la brillante autrice-compositrice-interprète britannique ALA.NI est une gageure. Dépouillé mais inspiré, ce disque dessine à travers la voix majestueuse de la chanteuse la palette de ses obsessions : ses amis, ses amours, ses emmerdes, ce qui en gros fait le sel de la vie.  Niveau collaborations, ALA.NI a vu juste en conviant la légende Iggy Pop (dont le dernier album Free est au passage très beau) ou encore l’incroyable beatboxer Dave Crowe (Heymoonshaker). Parti d’une idée a priori hasardeuse, le résultat est une réussite lumineuse.

Ecouter l’album

 

Raphael Saadiq – Jimmy Lee

Ce nouvel album poignant signe le retour en force (et en forme) après 8 ans d’absence du soulman Raphael Saadiq. Témoignage aussi sombre qu’empathique du combat (perdu) de son frère aîné (Jimmy Lee donc) contre l’addiction, il s’agit probablement de son disque le plus personnel. Si la participation (très réussie il est vraie) de Kendrick Lamar himself a été maintes fois commentée, les autres featuring méritent également l’attention, entre le rappeur Ali Shaheed Muhammad (A Tribe Called Quest), le guitariste Rob Bacon ou encore le producteur Brook D’Leau. Un futur classique.

Ecouter l’album
En concert le 21 octobre à l’Elysée MontmartreInfos & Billets

 

PION – 22.22

On aimait déjà ces doux-dingues à leur époque Blind Digital Citizen. C’est peu dire que l’on est fan de leur retour plus barré que jamais avec le projet PION. L’absurdité poétique qui s’en dégage ne se niche pas tant dans leur démarche créative que dans la peinture d’une société abîmée, décrite à coup de textes aussi cinglants que décalés. Le son est expérimental, d’aucuns diront futuriste. Mais même sans prédire l’avenir, une chose est sûre : en musique comme en politique, il y a toujours eu d’un côté les innovateurs et de l’autre les suiveurs (pour ne pas dire les copieurs). PION fait définitivement partie de la première catégorie.

Ecouter l’album
En concert le  11 octobre au Pop-Up du Label Infos & Billets 

 

EP Bonus : Periods – Vocoder 3000

C’est un premier EP jouissif que nous livrent les sœurs de Periods (« règles » en anglais). Sur fond de synthés, basse et  boîte à rythmes, le trio synth-punk balance des textes percutants parce que féministes, à une époque où certains considèrent (encore) qu’il s’agit d’un gros mot ou se croient intouchables. Parce que c’est en appelant une chatte une chatte que le quotidien qu’elles décrivent ne sera bientôt plus celui d’aucune femme.

Ecouter l’EP
En concert le 26 octobre à l’Espace BInfos