Six podcasts fascinants pour fous de faits divers

Amateurs de Faites entrer l’accusé, bienvenue ! Alors que cartonne la chaîne YouTube de l’émission de France 2, nombreux sont les podcasts à narrer les pires faits divers et autres « cold cases » sordides. La preuve avec ce florilège. Oreilles sensibles s’abstenir. 

Fenêtre Sur Cour

Derrière ce titre malicieusement hitchcockien se tient une création sonore des plus immersives – comme seule Arte Radio, précurseur du podcast en France, sait nous en proposer. Un mercredi sur deux, la chroniqueuse judiciaire Elise Costa (Slate.fr) apporte un regard différent aux affaires les plus sordides. Parce qu’elle rend avant tout compte de son propre ressenti face à ces dossiers criminels que l’on a l’habitude de voir étalés dans les journaux – télévisés ou non – la journaliste provoque l’identification. En privilégiant l’introspection façon carnet de bord, servie par une narration mesurée, précise et didactique, Elise Costa rend justice à ces émotions – forcément fortes – qui nous assaillent face aux horreurs de la rubrique « fait divers » : l’incompréhension, l’obsession et la répulsion.

Jours de Polar

L’excellent site d’infos Les Jours.fr n’est pas en reste question « faits réels » avec leur podcast Jours de Polar, concentré d’histoires policières véridiques. On restera évidemment scotché à notre casque en réécoutant l’interminable récit de l’assassinat de Grégory Villemin. Une trentaine d’années après les faits, l’affaire dite des « corbeaux » suscite encore de nombreux rebondissements, entre doutes intacts, lettres anonymes, traumatismes éveillés et mystères non résolus. Série estivale, Jours de Polar est achevée depuis plusieurs mois. On espère cependant qu’une nouvelle saison saura nous réjouir à l’approche de l’été prochain.

Affaires Sensibles

Affaires Sensibles, c’est évidemment une voix. Celle de Fabrice Drouelle, caverneuse et chaude, forte comme un café bien frappé. Le journaliste est depuis cinq ans le « conteur de la crypte » de la Maison de la Radio, pourvoyeur d’histoires vraies toujours palpitantes et sinueuses. Parmi ces récits de procès, de révolutions sociales et de trajets de vie incroyables s’immisce un éventail de disparations mystérieuses, parcours de tueurs en série abjects et autres enquêtes à tiroirs. Happé par cette voix-off palpitante, l’on se replonge dans l’esprit insondable du mythomane Jean-Claude Romand et l’on épouse les pas de Roberto Succo, assassin matricide et « Rôdeur de la Pleine Lune ». Drouelle nous en apprend autant sur Valérie Solanas, l’intellectuelle féministe qui voulait tuer Andy Warhol, que sur le monstre Marc Dutroux, auteur sanguinaire d’une véritable « tragédie belge ». Indispensable.

Inspiré de faits réels

Attention, contrairement à ce que suggère le titre, pas de reconstitution de ce qui est (peut être) « arrivé près de chez vous » dans Inspiré de faits réels, mais un plongeon tête la première dans cette culture populaire qui ne cesse de nous inspirer les fantasmes les plus fous et les insomnies les plus tenaces. Le duo de podcasteurs à la tête de cette émission cinéphile dévoile à grands coups de funfacts les dessous des films d’horreur à l’origine de nos plus rudes cauchemars, des Griffes de la Nuit à L’exorciste en passant par Ça et Le Projet Blair Witch. Le point commun de ces fictions ? Toutes se nourrissent d’un ensemble d’éléments narratifs – anecdotes croustillantes et traumatismes – qui oscillent entre le fait divers bel et bien réel et la légende urbaine la plus graphique. Résultat, l’on écoute ce making-of comme on le ferait d’une histoire de croquemitaine : l’oreille  alerte, très attentif, au coin du feu.

Hondelatte Raconte

Qui ne connaît pas Christophe Hondelatte, le digne héritier de Pierre Bellemare ? Après avoir filé les rênes de Faites entrer l’accusé, l’animateur promène sa si singulière diction sur les ondes d’Europe 1 avec l’émission Hondelatte Raconte, lointain écho à la série à suspens Alfred Hitchcock Présente. Les habitué.e.s du bougre ne seront pas étonné.e.s de la teneur des sujets abordés, des frasques des abominables serial killers Ed Gein et Ted Bundy à l’incompréhensible disparition de la petite Estelle Mouzin, des atrocités commises par « l’étrangleur de Vienne » à celles des « ogres » Jourdain. Toutes ces affaires intrigantes sont relevées par le fameux ton Hondelatte : un certain goût de l’effet théâtral, des intonations pleines de vie, une indiscutable érudition, et surtout une passion déconcertante pour l’humanité dès lors qu’elle s’avère complexe, tordue, amorale et répulsive. Une fascination discutable et épineuse évidemment, mais toujours aussi contagieuse.

Distorsion

Petite excentricité s’il en est, le podcast québécois Distorsion ne ressort pas les vieux dossiers d’investigation lus et relus mais dépoussière le champ de la création sonore dite « de faits divers » en nous immergeant au sein des cultures numériques. Car la Toile a elle aussi ses mystères sanglants et ses angoisses, ses légendes urbaines, ses disparitions et ses meurtres. Théories du complot et réseaux sociaux, forums de discussion et cyber agresseurs, dark web et énigmes 2.0 composent cet inquiétant imaginaire où, loin des ruelles sombres, il suffit parfois d’un simple écran d’ordinateur, d’un profil Snapchat et d’une bonne connexion wifi pour qu’éclosent des histoires bien tordues. L’exemple emblématique de Luka Magnotta suffit à démontrer qu’aujourd’hui, une webcam, un compte YouTube et une diffusion en streaming sont autant d’éléments accablants potentiels, aussi éloquents qu’une arme blanche.


Ne manquez aucun de nos bons plans et jeux-concours en vous inscrivant à notre newsletter !