Songline

S’il fallait décerner une palme du disque classique le plus original de l’année, le programme Songline que le baryton Marc Mauillon vient d’enregistrer (pour le label Le Petit Festival) serait à coup sûr très bien placé dans la compétition.

Classique ? Le mot est à prendre au sens le plus général du terme ici car c’est en fait à une alternance entre le répertoire médiéval (De Machaut, De Ventadorn, De Lescurel, etc.) et la musique contemporaine (Scelsi, Aperghis, Leroux et Meredith Monk) que le chanteur se livre en solo. William Christie avait vu juste en favorisant l’essor de Mauillon au début des années 2000. Il s’impose aujourd’hui parmi les plus belles personnalités de sa génération, très attaché à la musique baroque, mais pas uniquement comme le prouve son disque et le spectacle qu’il donne pour trois soirs à la Pop (l’ex-Péniche Opéra). Seul à bord : tel pourrait être la devise d’un projet musical où l’artiste, inspiré par les itinéraires chantés des aborigènes australiens, entreprend un parcours initiatique et intimiste. Une seule ligne de chant, aucun accompagnement instrumental : la proposition peut a priori surprendre, mais le résultat se révèle fascinant par la richesse et l’incroyable malléabilité d’une voix portée par une intelligence et une sensibilité musicales rares. Yannick Huron (chorégraphe) et Stéphanie Langard (scénographe) apportent leur contribution à un spectacle idéalement adapté à la proximité scène/public qui singularise la pop.