Sur ma platine #2 : 5 vinyles à avoir dans sa collection

Vous rêvez d’offrir à votre platine la collection de vinyles parfaite ? Pointue et hétéroclite ? Voici une sélection de cinq disques qui feront de vous un musicophile digne de ce nom.

 

Miles Davis, Kind of Blue

vinyles
©Miles David – Discogs

 

Considéré par beaucoup comme le meilleur album jazz de tous les temps, Kind Of Blue est certainement le vinyle classique par excellence. Celui à posséder dans sa collection. Enregistré il y a plus de 50 ans, ce disque reste le chef-d’oeuvre absolu de Miles Davis, précurseur du « Cool Jazz », et a influencé plusieurs générations de musiciens jazz et rock. Pas étonnant pour un album qui a innové dès le départ avec son approche modale de la composition jazz, laissant aux musiciens (trompette, saxophone, contrebasse, piano et batterie) la liberté d’improviser, sous la direction de Davis, pour atteindre le son parfait, l’harmonie suprême.

Ecouter l’album

 

The Beatles, The Beatles

vinyles
©The Beatles – Discogs

 

Le vinyle parfait pour (re)découvrir les Beatles dans leur pluralité. Ce disque double a été enregistré en 1968 après leur retour d’Inde. C’est pendant leur séjour dans l’ashram du Mahararishi Mahesh Yogi où ils étaient censés profiter d’une retraite spirituelle, qu’ils imaginent les chansons qui figureront dans l’album. Enregistré dans un climat tendu, les Beatles n’en restent pas moins, comme toujours, hyper productifs. C’est d’ailleurs le premier album où chaque membre signe une composition. Le rendu résolument rock’n’roll, avec des paroles et des compositions moins alambiquées que dans les précédents opus plus psychédéliques, fait du White Album un succès considérable. Notamment grâce à des hits comme Ob-La-Di, Ob-La-Da et Revolution. Mention spéciale aussi à Eric Clapton, qui fait le solo de l’incroyable While Genly Weeps composé par Harrison.

Ecouter l’album

 

Marvin Gaye, What’s Going On

©Marvin Gaye – Discogs

 

Du rock, du hip-hop, de l’électro à foison… Que d’éloges sur l’éclectisme de votre discothèque ! Mais avez-vous de bons vinyles de soul ? En plus du magnifique Dock of the bay d’Otis Redding qui trône désormais en bonne place dans votre collection, il vous faut absolument What’s Going On de Marvin Gaye. Un monument de la soul qui a bien failli ne pas voir le jour. La Motown était en effet quelque peu frileuse en découvrant la dimension politique d’un album bien plus sombre qu’il n’y paraît. Ce dernier raconte le retour au bercail d’un vétéran du Vietnam affligé par la démesure de l’injustice régnant dans son pays, ravagé par la drogue, la pauvreté et la pollution. Finalement, bon choix de sortir l’opus, composé, interprété et produit par Marvin, étant donné le succès qui a suivi. Un vinyle culte et poignant, sublimé par la voix sans pareil de Marvin Gaye et son saxo ensorcelant.

Ecouter l’album

 

Simon & Garfunkel, Bridge Over Troubled Water

vinyles
©Simon and Garfunkel – Discogs

 

Un album mythique, indispensable en vinyle. Classé parmi les 500 meilleurs albums de tous les temps par le magazine Rolling Stone. Must du songwriting, Paul Simon déploie tout son talent de compositeur dans cet album qui révèle des sonorités plus pop que les précédents. Dans ce disque brillant figure ce qui restera parmi les grands succès du duo. Comme l’entêtant Cecilia, bouleversant hit éponyme de l’album Bridge Over Troubled Water. Et en toute objectivité, sans doute le plus beau morceau de tous les temps, El Consor Pasa, reprise d’une vieille chanson péruvienne.

Ecouter l’album

 

Alain Chamfort, Amour année zéro

vinyles
©Alain Chamfort – Discogs

 

Assurément le vinyle de variété française qui embrasera votre platine. C’est lors d’un séjour à Los Angeles, à l’aube des années 80, et en bonne compagnie (sa copine du moment Lio, Serge Gainsbourg et Bambou), qu’Alain Chamfort (qui ne cesse de se ré-inventer) va concevoir un album au succès commercial certes mitigé, mais à la qualité artistique immense. Amour année zéro brille en effet par son avant-gardisme. Avec des morceaux vaporeux qui inspireront sans doute les figures électro pop des années 2000, comme Sébastien Tellier.

Sans oublier les tubes merveilleux qu’il contient. Du très sensuel Paradis au langoureux Chasseur d’Ivoire en passant par le lancinant Malaise en Malaisie. Pour l’anecdote, si Gainsbourg est l’auteur de la plupart des chansons, la collaboration fut très conflictuelle. Chamfort trouve en effet les textes de son acolyte trop simples, pas assez travaillés. Le chanteur l’a tellement poussé à bout que Serge décide de quitter l’aventure suite à une énième dispute. Il embarque avec lui un morceau – offert plus tard à Catherine Deneuve – qui sera remplacé par le génial Paradis, écrit par Eric Hagen-Dierks, parolier de Banana Split. Fichtre !

Ecouter l’album 

Retrouver notre sélection de disquaires à Paris