The Legendary Johnny O’Neal Trio

Un véritable jazzman au Duc des Lombards

Le terme “légendaire” pourrait être un peu exagéré. Le grand public connaît peu ce musicien coiffé d’un chapeau années 1940, mais c’est tout le mérite et toute l’utilité des clubs de jazz de nous faire découvrir des noms moins célèbres. Et ce maître du piano ne devrait pas laisser indifférent ceux qui auront la chance de se rendre au Duc des Lombards. Né à Detroit, Johnny O’Neal n’a jamais appris la musique en épluchant les solfèges, mais dans la chaleur des clubs, au hasard des rencontres. Cette nature autodidacte lui a permis d’intégrer au début des années 1980 les Messengers d’Art Blakey, de tourner avec Clark Terry jusqu’à croiser son idole Oscar Peterson sur la scène du prestigieux Carnegie Hall. Il a aussi accompagné Dizzy Gillespie, menant une carrière dévouée, un peu dans l’ombre, marquée par de fréquentes disparitions dues à une santé très précaire. Il fume, a mené une vie dissolue et a cravaché pour revenir, renaître, ranimer une existence déchirée entre le sublime et l’abîme. C’est donc bien un artiste légendaire qui se produit, créateur d’une musique vibrante, charnelle, à l’image de sa vie sous le signe du swing. Un vrai jazzman.

Mercredi 15 et jeudi 16 février à 19h30 et 21h30, au Duc des Lombards, 42, rue des Lombards, 75001. M° Châtelet-Les-Halles. 
Tél. : 01 42 33 22 88. Places : 35 €.