The Shoes

C’est l’histoire d’un concert qui aurait dû se tenir le mercredi 18 novembre. Mais, considérant la tragédie du 13, le duo The Shoes a préféré reporter la date de son second Olympia. Pas le cœur à faire la fête, et par respect envers les victimes, leurs familles et leurs proches. Comme on les comprend.

Le souvenir demeure, vif, mais The Shoes a repris la route, parce que la vie doit reprendre ses droits. Une vitalité qui, justement, jaillit de toute part sur l’album des Rémois paru à la rentrée : « Chemicals ». On se souvient que quelques singles remuants, dont le carton Time To Dance (2012), leur avaient déjà valu une notoriété internationale. Un savoir-faire pop et une passion du son qui ont vu Benjamin & Guillaume être enrôlés dans des productions soignées (Woodkid, Sage) et sollicités pour des remixes de prestige. Restait à retrouver ses esprits et le déclic pour écrire la suite de « Crack My Bones » (2011). Semblerait qu’il n’ait pas fallu longtemps, au studio Pigalle, pour que la musique coule de source : « On ne savait pas ce qu’on allait faire mais tout a été assez vite, on a eu le feu », dit Benjamin Lebeau (A Nous Paris n° 703, du 12 octobre 2015). En premier lieu, une étincelle de nature à illuminer la piste de danse. Quelques titres diablement entrainants en portent la marque – dont le tube Give It Away, le tribal Us & I ou le très déterminé 15 Instead & Brown.

Mais The Shoes est avant tout un groupe passionné par le format pop, le refrain évident qui marque les esprits. Et comme Benjamin & Guillaume ne chantent pas, ils peuvent jouer sur toutes les tonalités en invitant des amis chanteurs à la fête (plaisir d’entendre notamment Blaine Harrison et de retrouver Sage de Revolver pour une chanson à deux vitesses : Drifted). « Pour l’album, le maître mot pour nous, c’était le contraste. Un peu comme dans une chanson de Nirvana, douceur et violence qui s’alternent », dit encore Guillaume. Du contraste certes, mais un « background » à forte teneur anglaise, de la pop façon Beatles à la new-wave, en passant par la touche dance-hall et trance UK. De quoi agiter l’Olympia en tous sens. Et The Shoes d’annoncer quelques surprises en ce qui concerne les invités sur scène…