U-Roy incarnation du Reggae Roots

Si l’on pouvait écrire une histoire parallèle du reggae et de la musique jamaïcaine, on dirait qu’aux origines était U-Roy ! Et avec lui, une grande partie culture mondiale a fait un bond dans le futur !

Premier DJ à avoir enregistré ses improvisations parlées sur les versions instrumentales jouées dans les sound systems jamaïcains au début des années 60, Ewart Bekford alias U-Roy a révolutionné l’art du toasting.
En y incorporant ses cris, son chant, et des passages parlés, U-Roy a surtout su innover un style rugueux mais poétique, totalement imprégné de la vie de la rue et de ses propres expériences. Un style qui fait du natif de Jones Town aujourd’hui agé de 74 ans une légende de la musique jamaïcaine et l’une des dernières sources vivantes de la culture de la fin du 20èm siècle. Du rap au dancehall moderne en passant par le dub, « The Originator » et son expression si urgente et particulière ont influencé les plus brillants esprits artistiques – de Lee Scratch Perry et King Tubby à Mad Professor et KRS-1. Il faut dire que le monsieur n’a pas son pareil pour graver dans le marbre (et sur sillon) quelques pièces sonores maitresses : le titre culte Earth’s Rightful Ruler – aussi connu sous le titre original de Selassie sous la houlette de Lee « Scratch » Perry et avec la participation de Peter Tosh ; mais aussi son tube Wake the Town produit par John Holt qui atteint le sommet des charts jamaïcains pendant plus de 12 semaines en 1970. Dynamiteur d’horizon sur disque (écoutez son chef d’œuvre Dread in a Babylon paru en 1975 et premier classique de ragamuffin), U-Roy est une aussi une attraction scénique qui confine autant de l’expérience shamanique que de la performance théâtrale. La danse, l’invective et la transe ne sont jamais loin de faire basculer ses concerts dans des contrées surréalistes.