3 expos pour un week-end arty à Bruxelles

Accessible en 1h30 de train (ou 4h de car pour les petits budgets), la belle Bruxelles se savoure à chaque saison. Cet automne, on vient regarder les parcs prendre de jolies teintes et on se réchauffe dans les musées, riches de très belles expositions. La preuve par 3. 

 

Aux Musées royaux, Dalí & Magritte

Salvador DALÍ – « La tentation de Saint-Antoine » (1946) | © Salvador Dalí, Fundació Gala-Salvador Dalí, Figueres | photo : J. Geleyns – Art Photography

 

Commençons par une exposition doublement mastodonte, consacrée par les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique à Salvador Dalí (1904-1989) et son comparse belge René Magritte (1898-1967). C’est la première fois qu’une exposition met face à face les deux géants du mouvement surréaliste : elle éclaire leur amitié, qui débute en 1929, puis leurs différends et leurs différences, à travers la réunion de 100 travaux variés (dessins, peintures, sculptures, photographies et films) et documents d’archives. Rêves et cauchemars, poèmes et inventions se croisent dans le dialogue de ces deux esprits fous. Une expo immanquable, qui mérite à elle seule le voyage.

Du 11 octobre 2019 au 9 février 2020
Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique

À Bozar, Yves Zurstrassen

© Yves Zurstrassen  

 

Après René Magritte, place à un autre artiste belge : Yves Zurstrassen (né en 1956 à Liège), qui vit et travaille aujourd’hui à Bruxelles, et dont les dix dernières années de travail sont exposées à Bozar. Pour comprendre cet artiste qui joue avec les formes abstraites, les éléments géométriques et les couleurs vives, il faut avoir à l’oreille le free jazz qu’il écoute et qui l’inspire. C’est pourquoi dans ce parcours à la chronologie inversée (on commence par les toiles les plus récentes pour aller vers les plus anciennes), le charme agit vers la fin de la visite, lorsque l’on entend un peu par hasard la bande-son rebondissante du documentaire vidéo qui lui est consacré. On revient alors sur nos pas pour regarder avec un œil enrichi ses grandes peintures, qui semblent se lire comme des partitions ; surtout, il est surprenant et vivifiant de voir à quel rythme effréné son travail de peintre évolue et expérimente.

Du 26 septembre 2019 au 12 janvier 2020
Bozar

Au WIELS, Gabriel Kuri

Courtesy the artist; Sadie Coles HQ, London; kurimanzutto, Mexico City, New York; Galleria Franco Noero, Turin; WIELS-Contemporary Art Centre, Brussels; Esther Schipper, Berlin Photo © Andrea Rossetti

 

Changement de décor radical au WIELS, où le sculpteur contemporain Gabriel Kuri (né en 1971 à Mexico), qui vit et travaille depuis 16 ans à Bruxelles, présente plus de 60 œuvres, dont plusieurs produites pour l’exposition. On découvre un travail lyrique et monumental, qui provoque des assemblages étonnants et évoque volontiers la célèbre phrase du comte de Lautréamont : « Beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d’une machine à coudre et d’un parapluie. » Des couvertures de survie comme des drapeaux, des distributeurs de serviettes et des coquillages, un paysage bosselé qui prend toute une salle… Ce travail n’est pas sans évoquer bien sûr les assemblages surréalistes de l’exposition Dalí & Magritte vue précédemment ; si ce n’est que les combinaisons de Gabriel Kuri suscitent une crainte sourde, l’artiste chatouillant les ressorts sombres de la société de consommation.

Du 6 septembre 2019 au 5 janvier 2020

WIELS