À New York, un autre shopping est possible

Vous aimeriez rapporter de Big Apple quelque chose de plus original qu’un jean Levi’s ou qu’une tablette Apple ? Ça tombe bien, la ville regorge d’adresses où dégoter des cadeaux qui changent de l’ordinaire. Parcours en dix spots lifestyle proposant accessoires, articles de déco et objets de qualité.

Accessoires de cuisine et objets insolites

Kiosk

Photo DR (Kiosk)

Probablement la boutique la plus barrée de New York. Celle de deux voyageurs, Alisa Grifo et son mari Marco ter Haar Romeny, qui ramènent de leurs longs séjours en Floride, Allemagne, Japon ou Suède une collection d’objets kitschouilles et insolites. Près de Washington Place, dans le quartier de la New York University, leur boutique Kiosk renverse le décor pour brouiller nos repères et sort, sous fond de musique psychédélique japonisante, couteau à champignons improbable, machine à bulles made in Berlin, masques de Mickey à la mexicaine, stylos kawaï, jouets pour chats à base de Matatabi (la meilleure herbe pour chats), sacs à crottes pour bobos et pierres précieuses venues d’autres planètes. De 7 à 50 dollars en moyenne.

S’y rendre

540 LaGuardia Place (déménagement en janvier au 41 Union Square West 925)

Home sweet home 

Steven Alan Home

Photo DR (Steve Alan Home)

Collègue de Jonathan Adler, superstar de la déco aux States, Steven Alan est, lui, une institution du cocooning chic à New York. Il possède neuf magasins en ville (dont deux à Brooklyn), les deux plus charmants se trouvant dans les rues pavés de Tribeca, l’un dédié à la mode, le second à la maison. Dans un décor zen, de briques blanchies et plantes en suspension, le magasin Home compile les beaux articles, savons aux emballages vintage (Saipua), chandeliers en laiton, bois et marbre (Iittala), céramiques japonisantes (Mazama) ou supra graphiques (Umbra Shift). Le meilleur est au fond, sous la verrière, avec les sublimes plaids de Virginia Star Busmann (Forestry), en laine de Nouvelle-Zélande, doux et pointés de graphismes bien dosés. À embarquer encore, les plaquettes de chocolat aux amandes Alma, les bouquinsde cuisine de Phaïdon et planches à pain géniales de Fort Standard.

S’y rendre

158 Franklin Street

Inspirations artistiques 

MoMA Design Store 

Esprit arty à la boutique du design MoMA. Photo DR (MoMA Design Store)

Un temple du shopping à New York, lié au musée d’art moderne, le MoMA, décliné sur la cinquante-troisième rue puis à Soho. Ce mini-Colette arty expose de petites pièces de design du quotidien, de grandes signatures comme des jeunes talents, des gadgets à gogo, jouets et objets high-tech. Au rez-de-chaussée d’abord, le corner arty et les collab’ avec Uniqlo déclinant sacs et tee-shirts inspirés par Basquiat, Keith Haring ou Jackson Pollock. De la vaisselle aussi, celle imaginée par Toiletpaper ou inspirée par Matisse. Pour trouver la pépite, prendre le temps de fouiner. Là une boule de sapin de Noël en forme de burger, la Kit Kat Clock culte des States, les post-it en forme d’avion ou les sets de Malle w Trousseau. On passe la section affiche – la même depuis dix ans – pour squatter le rayon enfants, bien garni et astucieux.

S’y rendre 

81 Spring Street

Chefs-d’œuvre 

Matter

Chez Jamie Gray (Matter), du mobilier et de la déco inspirée par l’Amérique des années 30 à 50.. Photo DR (Alexis Chenu)

Avec sa barbe et ses tatouages sur les bras, Jamie Gray incarne bien l’image du Brooklyn boy arty. C’est d’ailleurs dans ce quartier qu’il a ouvert en 2003 sa première adresse, avant de revenir dans Greenwich Village, dans une galerie-boutique épatante. Une référence du design à New York où trouver mobilier, luminaires et accessoires inspirés par l’Amérique des années 30 à 50, pensés par quelques créateurs locaux ou connus dans le monde entier À retenir : la série monumentale de luminaires mariant verre et laiton signée de la designer Bec Brittain ; créativité et légèreté pour les suspensions sphériques en pin de Karl Zahn ; bizarreries chics avec cette collection de plats et bols marbrés et colorés conçus par Hilda Hellstrom à partir de la jesmonite, une résine aux effets cosmiques. Jamie Gray édite aussi ses propres objets via sa ligne Matter-Made : ceux qu’il dessine dont les lampes-miroirs Discus, ou ceux de pointures comme Roman and Williams (Ace Hotel…). Budget conséquent à prévoir.

S’y rendre 

405 Broome Street

Chinoiseries 

Pearl River 

Photo DR (Alexis Chenu)

Trente-cinq ans que cette institution de Chinatown existe. D’abord établie sur Catherine Street, la petite boutique montée par des étudiants de Taiwan, rejoints par quelques immigrants de Chine, s’installe ensuite sur Canal Street puis migre sur Broadway en 2003. Un immense espace réparti sur quatre étages, au décor traversé de têtes de dragons, ombrelles et cages à oiseaux par dizaines. Les Chinois de New York viennent y faire leurs courses, passent à la pharmacie, préparent leurs achats du Nouvel An, tandis les touristes du monde entier viennent y chercher les objets les plus kitsch du moment. De la dinde en plastique à gonfler au dentier qui claque, en passant par les bottes en plastique léopard ou le maneki-neko (le fameux chat porte-bonheur) décliné dans toutes les tailles, Pearl River réserve toujours son lot de surprises.

S’y rendre

477 Broadway

Trucs et design 

Beam

Formes géométriques et couleurs vives chez Beam. Photo DR (Beam)

Ce magasin de Williamsburg jouit probablement de la plus belle vue sur Manhattan. Ouvert fin 2013 par Ali Arain, Beam rassemble une tonne d’accessoires et d’objets pour la maison dans un esprit joyeux et coloré. Sur les étagères, quelques noms connus tels Tom Dixon qui présente ici son service à thé en laiton, les bronzes de l’autrichien Carl Aubock, les assiettes hybrides de Seletti, les objets drôles de Jonathan Adler, et toute une sélection de designers émergents. Parmi eux, Axel Peemoeller et ses bouteilles rétro recyclées en bougies, le Guatémaltèque Diego Olivero et ses cousins perlés, ou l’Italien Alessandro Zambelli et ses lampes de table à néons. La bonne playlist de la maison, le service efficace et les étiquettes descriptives complètes sur chaque objet en vente font repartir les mains pleines.

S’y rendre

240 Kent Avenue, Brooklyn

Objets d’art 

Mociun 

Caitlin Mociun propose un superbe choix de céramiques. Photo DR (Caitlin Mociun)

Nouvelle figure du Brooklyn hype, Caitlin Mociun présente un concept store dédié aux accessoires, objets d’art et bijoux. Inspirée par le Bauhaus comme par David Bowie, la créatrice est devenue une référence pour les New-Yorkais branchés, et pour les futurs mariés qui passent ici chercher leurs alliances. Pas cucul pour un sou, un brin vintage et rompant avec les classiques. Sinon, il faut s’arrêter devant le choix extra de céramiques aux motifs galactiques signées Robert Blue, ou se jeter sur les mugs cosmiques dessinés par la créatrice du coin, Josephine Heilpern. Pro du textile, Caitlin propose aussi foulards et lassos, les corbeilles en coton et corde de Doug Johnson et des coussins maison aux imprimés hypnotiques. Quelques pièces d’artistes, talismans brodés, objets cousus, à franges, et souvent étranges, complètent l’ambiance décalée de Mociun.

S’y rendre

224 Wythe Avenue, Brooklyn.

Concept 

Space Ninety 8

Photo DR (Alexis Chenu)

Si les Français vénèrent l’enseigne Urban Outfitters (sans doute parce qu’aucune boutique n’a encore ouvert en France), les branchés new-yorkais la bouderaient presque. Comme Starbucks ou American Apparel, trop déjà vu. L’ouverture d’un concept store sur quatre niveaux à Brooklyn, en avril dernier, annonçait l’ultime stade d’une uniformisation galopante – Sandro, Maje (et bientôt The Kooples) sont déjà installés à Williamsburg… –, jusqu’à ce que vienne l’idée de Space Ninety 8 : le concept store de la marque, comme un spin-off de série télé, rejeton sortant du ventre de la maison mère et bercé à la sauce brooklynienne. On passe les rayons de prêt-à-porter, partout identiques, pour se concentrer sur The Place Market, l’espace dédié aux créateurs locaux, la vraie nouveauté. Une quinzaine au total, made in Brooklyn pour la plupart. La Gallery rameute les foules quand une marque vient s’exposer. Le bar de l’étage homme, le resto The Gorbals d’Ilan Hall, sacré par l’émission sacré Top Chef, et le rooftop façon Perchoir parisien – mais en mieux – sont les autres intérêts du lieu.

S’y rendre

98 N 6th Street, Brooklyn

Editions limitées

Chamber 

Chamber, un véritable cabinet de curiosités. Photo DR (Chamber)

Il faut passer dans ce coin reculé de Chelsea offrant un accès direct à la High Line de New York, cette passerelle verte surélevée offrant des vues uniques sur le Lower West Side. Un peu cachée, la boutique-galerie Chamber joue au cabinet de curiosités, alignant des créations en édition limitée choisies par l’Argentin Juan Garcia Mosqueda. Son idée : laisser à un artiste, designer ou créatif le choix des pièces de design ou d’objets d’art. À voir en ce moment (et à acheter si l’on veut/peut), la Chamber Collection 1 confiée au collectif allemand Studio Job, et qui expose ici une batterie d’objets barrés : lampes à lunettes, applique téton… En complément, les sélections de Chamber, parfois loufoques comme ce vélo tout en cuivre, des sculptures en forme de toilettes ou un miroir en forme de timbre…

S’y rendre

515 W 23rd Street

Magique John

Derian 

La vitrine richement décorée de la boutique de John Derian. Photo DR (Matthew Sandager)

Peut-être le magasin le plus dépaysant de la ville. Remplie de bibelots, cette adresse de Noho présente les créations poétiques et illustrées du créateur américain John Derian. Un expert dans l’art du collage et de la peinture qu’il combine pour donner naissance à une série d’assiettes, de plateaux, vide-poches où scarabées, personnages mystiques, Hercule et arcs-en-ciel qui se retrouvent recouverts de verre. Un petit musée, complété par les collaborations avec le céramiste français Astier de Villatte, et quelques souvenirs du Maroc, de France et du Pakistan collant parfaitement à l’ambiance.

S’y rendre

6 East 2nd Street