En Belgique, la Biennale de Mons agite 2018-2019

Élue « Capitale européenne de la culture » en 2015, Mons n’a rien perdu de son ambition et remet le couvert du 14 septembre 2018 au 30 juin 2019 en accueillant une Biennale des plus séduisantes. Grandes expositions (Niki de Saint-Phalle et Georgio de Chirico), concerts, spectacles de danse… Un week-end s’impose.

 

Niki de Saint-Phalle, une première en Belgique

Nanas de Niki de Saint-Phalle
© Niki de Saint-Phalle au BAM

 

Le BAM (Beaux-Arts de Mons) accueille la toute première rétrospective belge consacrée à l’artiste française Niki de Saint-Phalle (1930-2002). Cinquante années de création, des premiers tableaux-tirs aux célèbres Nanas, retracent l’histoire d’une artiste singulière, tombée dans le monde de l’art par hasard. Post-me too, cette rétrospective met également en lumière l’implication profondément féministe de Niki de Saint-Phalle, jeune fille violée par son père puis femme-artiste entourée d’hommes. S’ajoutent à cette exposition trois œuvres hors-les-murs : dans le jardin du BAM, au jardin du Mayeur et dans le parc du Beffroi. Majeur !

Niki de Saint-Phalle
Du 15 septembre 2018 au 13 janvier 2019 au BAM – Beaux-Arts Mons

 

Dix jours de hip-hop à la Maison Folie

Danseur de hip-hop au Mons Street Festival
© Mons Street Festival

 

À vos agendas : la Maison Folie, lieu pluridisciplinaire installé dans une ancienne école primaire, accueille la deuxième édition virevoltante du Mons Street Festival. Celui-ci est né en 2017 de l’envie d’apporter les cultures urbaines au cœur de la ville de Mons. Cette année, il se greffe à la Biennale et propose un alléchant programme : 10 jours de spectacles de danse, d’ateliers d’initiation, d’apéros sympathiques, de DJ sets et de street art. Avec, pour accessoires de choc, un skate park mobile et des installations artistiques. Et des invités venus du monde entier. Incontournable.

Mons Street Festival 
Du 17 au 31 octobre 2018 à la Maison Folie et dans les rues de la ville 

 

Ann Veronica Janssens au MAC

Oeuvre de Ann Veronica Janssens & Jean Glibert au MAC
© Ann Veronica Janssens & Jean Glibert au MAC

 

À mi-chemin entre l’art contemporain et le design, l’exposition consacrée aux artistes belges Ann Veronica Janssens et Jean Glibert au MAC (Musée des Arts Contemporains de la Fédération Wallonie-Bruxelles) invite les visiteurs à toucher les œuvres, à s’emparer des objets présentés… Jusqu’à faire du vélo dans les salles ! L’idée ? Engager un dialogue, à la fois entre les artistes et l’architecture lumineuse du musée, et entre les visiteurs et une expérience esthétique bien particulière, participative et ludique. Enfants bienvenus !

Ann Veronica Janssens & Jean Glibert
Jusqu’au 21 octobre 2018 au MAC 

 

Mons en musiques…

Vue extérieure de l'Arsonic
© Arsonic

 

Un coup d’œil au programme suffit pour le comprendre : la Biennale de Mons englobe une très large programmation musicale, aussi populaire que pointue. Exemples en vrac : le dimanche 7 octobre, Claire Goldfarb (violoncelle et voix) et Jean Jadin (piano et voix) s’associeront pour mettre en musique des films de Charlie Chaplin à l’Arsonic. Le jeudi 11 octobre, l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie jouera Schubert et Mozart dans la Salle Académique de l’université de Mons. Le vendredi 9 novembre, l’Américain fantasque JMSN se produira sur la scène du Mars. Le mercredi 21 novembre, Grand Corps Malade sera sur la scène du Théâtre Royal de Mons… Sans compter les concerts de carillon, le passage de Nolwenn Leroy, la découverte de la jeune artiste bruxelloise Blanche. Bref, impossible de ne pas trouver chaussure à son pied.

En ligne, l’agenda complet de la Biennale de Mons

 

Giorgio de Chirico, le rêve pour horizon

Oeuvre de Giorgio de Chirico
© Giorgio de Chirico

 

Autre rétrospective majeure de cette Biennale, celle consacrée au peintre italien Giorgio de Chirico (1888-1978) par le BAM. Sur ses toiles, architectures antiques, sculptures et ombres inquiétantes semblent tenir du rêve éveillé. Pourtant, l’univers reconnaissable entre mille de cet artiste que l’on dit, bien qu’il s’en défende, précurseur du mouvement surréaliste, est bien plus complexe qu’il n’y paraît. On découvrira dans cette exposition un peintre controversé, adulé puis sévèrement critiquée par de nombreux peintres de la modernité. Passionnant.

Giorgio de Chirico
Du 16 février au 2 juin 2019 au BAM – Beaux-Arts Mons