Doha, terre inconnue

Le Qatar a fait du tourisme l’une de ses priorités pour le futur. De quoi se montrer curieux et aller voir ce qu’offre cet émirat richissime et mystérieux.

De petit état méconnu du Moyen-Orient (pour se rendre compte, il est coutume de dire qu’il est grand comme la Gironde), le Qatar est devenu en quelques années le centre de beaucoup de toutes les attentions et de beaucoup de questionnements. C’est que le pays, l’un des plus riches au monde grâce à ses ressources naturelles, ne reste pas dans son coin, investissant ailleurs et notamment chez nous, dans le sport, le luxe, l’immobilier…

Une stratégie de l’après, après le pétrole et le gaz voués à se tarir, qui amène le pays à miser beaucoup sur l’éducation de ses enfants mais aussi sur le tourisme. En arrivant à Doha, d’ailleurs, ce qui frappe d’emblée, ce sont les chantiers et la multiplication des constructions. En vue de la prochaine (et polémique) Coupe du Monde, bien sûr, mais pas seulement. Avec ses tours grandioses (comme le Burj Qatar de Jean Nouvel) et ses hôtels de luxe qui se multiplient, le Qatar ne compte visiblement pas satisfaire que ses seuls 300 000 natifs. D’ici à 2030, partout des panneaux l’indiquent, le pays sera une destination incontournable.

Et force est de penser en regardant à la fois les anciens bateaux de pêcheurs, les îles artificielles et la skyline qui scintille, sur la Corniche qui borde Doha, qu’entre tradition et démesure, il pourrait y parvenir. Aujourd’hui, déjà, un court séjour s’y annonce riche d’expériences.

Culture

(C) Qatar Tourism Authority

Le plus connu des musées de Doha est le MIA, Musée des Arts Islamiques, que l’on doit au célébrissime architecte Pei. Installé sur une île artificielle, ce bâtiment en pierre calcaire semble être surmonté d’un visage dont ne ressortent que les yeux (qu’on dit être ceux des femmes voilées) qui nous regardent, quel que soit l’angle selon lequel on l’observe. L’intérieur, magnifique, abrite des collections d’objets et bijoux du VIIè au XIXè siècle, mais on pourra être davantage séduit par le large éventail des expositions temporaires à la scénographie moderne. De quoi aussi bien s’interroger sur les critères de beauté féminins en Iran au 19è siècle, qu’entrer dans l’univers des contes et légendes d’Islam, peuplé de créatures merveilleuses. Pour les amateurs de concret cependant, le cinquième étage, avec le restaurant Idam d’Alain Ducasse, mis en scène par Philippe Starck, est un passage obligé.

Pour les amateurs d’art moderne, le Mathaf, auquel on peut accéder en prenant une navette gratuite (un bus rose inratable) montre des œuvres venues de tout le monde arabe, mais aussi des travaux d’étudiants et des expositions thématiques mêlant objets et projections.

Des expositions de peinture ou de photo, mais aussi des spectacles et des opéras sont à voir dans le très ambitieux village culturel de Katara. Entre deux mosquées, on se promène d’un bâtiment à l’autre en arrêtant une voiturette de golf qui vous dépose où on le souhaite, on ne manque pas de faire un arrêt pour voir l’incroyable amphithéâtre en plein air, digne de la Grèce Antique.

Dans le désert

(C) Qatar Tourism Authority

Les incroyables dunes de sable du désert qatari se parcourent en 4X4, dont les chauffeurs expérimentés connaissent les moindres recoins et s’amusent à faire des sessions de « dune bashing », activité très proche des montagnes russes. La destination rêvée de ce trip surprenant est alors la mer intérieure de Khor Al Adaid, rare endroit du monde où le désert finit par devenir une plage. Là, dans un environnement très peu fréquenté, on peut se baigner, déguster un barbecue (un incontournable), faire une balade à dos de chameau ou décider de rester pour la nuit dans une tente, au confort évidemment bien pensé.

Shopping

(C) Qatar Tourism Authority

Les rues ne sont pas très peuplées à Doha où l’on roule plutôt qu’on ne flâne, et le meilleur moyen d’approcher ce qui ressemble le plus à une foule, est d’entamer une visite du Souq Waqif, espace rénové et propret qui a cependant gardé pour peu que l’on entre dans certaines échoppes, un côté authentique. Si tapis, bijoux et histoires de pêcheurs de perles ravissent toujours les touristes, l’étonnement viendra plutôt du côté du marché aux faucons, où des oiseaux aux yeux (souvent) cachés attendent immobiles, le jour heureux où il partiront à la chasse (un sport national).

Au souq bien sûr, répondent des centres commerciaux luxueux, comme celui de The Pearl, une île artificielle vouée au shopping et aux riches habitations, où les vêtements et la maroquinerie de la marque qatari Qela, côtoient les maisons européennes les plus haut-de-gamme. Les malls, ultra-climatisés, sont bien sûr aussi une attraction, comme le célèbre Villagio que l’on peut traverser en gondole vénitienne…

Sport

(C) Qatar Tourism Authority

Si l’un des sports nationaux est la chasse au faucon, l’autre animal roi est le cheval, version pur-sang dont le royaume est le haras Al Shaqab, qui accueille des compétitions internationales et se visite sur réservation. Si l’on peut pratiquer nombre de sports au Qatar (golf en tête), il existe à Doha, un complexe sportif des plus monumentaux, l’Aspire Zone, soit 250 hectares d’infrastructures en tout genre où le concept de stade de foot bien sûr semble prendre une nouvelle dimension. Pour le surplomber, The Torch, une tour-flambeau de 318 mètres qui clignote à tout va, accueille un hôtel décoré sur le thème du sport, des restaurants et une piscine comme en apesanteur le long de la façade.

Tenue vestimentaire

Les Qataris arborent tous une tenue traditionnelle. Les hommes portent une dishdasha, longue chemise blanche et se couvrent la tête d’une ghutra, foulard plié en deux et retenu par une corde noire (l’agal). Les femmes, elles, sont en noir avec un long vêtement ample, l’abaya, et ont souvent une shayla sur leurs cheveux. Pour les étrangers, si une tenue correcte et pas trop déshabillée est simplement recommandée dans les rues pour ne pas choquer les habitants, les touristes s’habillent selon leurs convenances.

Infos : www.qatartourism.gov.qa

Exemple de séjour 5* au Qatar : avec Directours 6 jours/4 nuits à partir de 1095 € ttc par personne base chambre double, petit déjeuner, vol au départ de Paris. Toutes taxes incluses. Un tour de ville de Doha offert.