Est-ce vraiment la folie à La Folie Douce ?

De Val d’Isère en passant par Val Thorens, Megève ou encore Chamonix, ce ne sont pas moins de sept destinations où a su s’implanter la marque festive et attractive de La Folie Douce. Mais en quoi consiste vraiment ce concept précurseur pour l’époque et unique en son genre qui perdure depuis un demi-siècle ? Nous sommes allés jeter un œil du côté de Val d’Isère pour mieux comprendre.

 

La Folie Douce fête ses 50 ans en 2019

groupe de musique à la folie douce
© La Folie Douce a 50 ans – Source : La Folie Douce

 

A défaut d’avoir eu l’occasion de s’y rendre, chacun d’entre nous a déjà forcément entendu parler de La Folie Douce. Mais sans y avoir posé un après-ski, peux-t-on vraiment s’en faire une idée réaliste ? La plupart imagine un lieu déjanté dans lequel on s’arrose de champagne en combinaison de ski – ou de Pikachu – à longueur de journée sous les décibels d’un club à ciel ouvert. La vérité ? C’est bien plus que ça. Alors oui, les lieux sont propices au divertissement… C’est même l’essence de départ de son créateur Luc Reversade : la fête de jour dans des lieux perchés. DJs, danseurs, artistes et performeurs s’y retrouvent dès la fin de matinée et ce, jusqu’à la fermeture des pistes pour vous faire passer un moment inoubliable en altitude. Mais si la fête fait recette, c’était sans compter sur la cuisine qui y est proposée dans des conditions de rêve.

 

A La Folie Douce, on ne fait pas que danser, on mange aussi

3 Salles, 3 Ambiances

Depuis sa création, la cuisine occupe une place prépondérante dans la stratégie de la marque. Et son fondateur s’est volontairement entouré de chefs imaginatifs ayant à cœur de proposer une cuisine de terroir qui met en valeur les spécialités montagnardes.

La Petite Cuisine – Sur le pouce

la petite cuisine à la folie douce
© A La Folie Douce

 

Si vous n’avez pas envie de faire une pause trop longue en haut des pistes et d’empiéter sur vos futures descentes, La Petite Cuisine est le bon compromis. Self branché et décontracté, il vous permet de déjeuner en terrasse avec à la fois une vue imprenable sur les sommets et sur le show artistique du Cabaret. On vous assure que les plats proposés n’ont rien de comparable avec un self d’entreprise, bien au contraire. Ce sont des plats dignes d’un restaurant qui y sont présentés – avec le temps d’attente en moins.

 

La Fruitière – Restaurant chic d’altitude

la fruitière à la folie douce
© A La Folie Douce

 

A la Fruitière, la tradition sera au centre de votre déjeuner. Dans un décor mêlant authenticité et modernité, vous pourrez déguster des recettes locales revisitées comme les sucettes de Reblochon, la soupe à l’oignon au Beaufort ou encore les crozets de Savoie cuisinés tels une tartiflette. En revanche, si vous décidez d’enchaîner par pure gourmandise sur une généreuse – et délicieuse – part de tarte aux myrtilles, on ne répond plus de rien. Il est possible que vous rouliez jusqu’à la station. Mais honnêtement, c’est un risque que l’on vous incite à prendre.

 

Les 3 Caves

les 3 caves à la folie douce
© A La Folie Douce

 

C’est la grande nouveauté de cette année. Pour ses 50 ans, La Folie Douce Val D’Isère a aussi souhaité se faire plaisir en ouvrant un nouvel espace indépendant avec vue sur le Mont Blanc. Les 3 Caves est un endroit raffiné qui vous offre la possibilité de vivre une expérience privilégiée – pour ne pas dire 3 – loin de l’agitation musicale. Cave à vins, cave à cigares et cave à fromages se font la part belle. Notre palpitant se porte vers une cave à fromages hors-pair de 200 mètres carrés composée de dizaines de fromages finement sélectionnés par le MOF Pierre Gay dont l’unique but est de transmettre dans votre assiette la richesse des alpages et le savoir-faire de ses producteurs. Un menu à 35 euros avec fromages à discrétion est disponible. Pour ne rien gâcher, cet endroit est privatisable en journée et soirée. Alors, on réserve ?


Plus d’informations sur la Folie Douce