Le top 4 des destinations européennes

Le printemps, les ponts et quelques bonnes raisons d’aller faire un tour ailleurs, pas trop loin, mais suffisamment pour un bon dépaysement.

Munich, option très chic


© Munich ThinKstock 

Non, Munich n’est pas que la destination ultime pour une fête de la bière immodérée. Et l’Office du tourisme allemand le clame à raison, la ville est la capitale de l’art de vivre du pays. Après un tour sur la splendide et historique Marienplatz, passage obligé au cœur de Munich, on pourra ainsi vite changer d’atmosphère en découvrant les nouveaux quartiers tendance de l’endroit (gentrification oblige), aux noms pas très prononçables pour les non-germanophones – Glockenbachplatz, Gärtnerplatz ou Müllerstraße -, mais incontournables en matière de shopping pointu, de clubs, ou de bars. Les amateurs d’art moderne fileront au Musée Brandhorst et les adeptes du bien manger au Viktualienmarkt, food-market qui allie spécialités bavaroises et découvertes du monde entier, avant de se poser dans le Jardin anglais, au nom trompeur puisque cet espace vert splendide de 373 hectares est l’un des parcs urbains les plus vastes du monde, plus grand que Central Park, c’est dire. On ne manquera pas tout de même de s’arrêter dans l’un de ses Biergartens pour y boire une choppe. On est à Munich, tout de même.

 

Lisbonne, un hot spot très frais


Glacier Fiori à Lisbonnes © Fransico Almeida Dias/Courtesy Casa do Passadico 
 

On ne comptera plus les raisons d’aller faire un tour à Lisbonne la cool, qui à sa situation plus qu’agréable et à ses riches traditions ajoute depuis quelques années un dynamisme et une modernité sans faille qui font qu’on y découvre à chaque fois, une foultitude d’adresses en tout genre, parfaitement irrésistibles. Parmi les nouveautés du moment, on ne manquera pas de faire un tour chez le glacier Fiori, endroit à la fois typique et tendance, dépaysant s’il en est. Installé au bord de l’eau dans un authentique bâtiment en bois qui appartenait à l’ancienne police maritime de la ville au siècle dernier, le lieu vient tout juste d’être revisité par le studio portugais Casa do Passadiço, dans un style clair et moderne, qui associe une mosaïque au sol et du mobilier, réalisés dans la plus pure tradition de l’artisanat local. Un must.


Cais Do Sodré, Libonne.

 

Londres, style, food & art


Carnaby  Street à Londres © Carnaby 

A Londres, en ce printemps, c’est à Carnaby que ça se passe, avec tout d’abord le 4 mai prochain, la nouvelle édition de la Carnaby Style Night, en collaboration avec le magazine GQ, et donc davantage tournée vers les hommes, même si les femmes peuvent en profiter aussi. Au programme, des réductions dans plus d’une centaine de boutiques, des cadeaux pour les plus stylés, des prestas gratuites (comme une coupe chez le barbier-coiffeur 60’s Johnny’s Chop Shop), des animations, des lives, etc. (pour participer, s’inscrire sur www.carnaby.co.uk). Le 3 juin, le quartier s’animera de nouveau, avec le festival Carnaby Street Eat, qui mettra à l’honneur la soixantaine de restos indépendants du périmètre, et tous les nouveaux concepts food innovants qui s’y déploient. Au chapitre des événements encore, et puisqu’on ne saurait faire un tour à Londres sans y voir quelque expo, on quittera Carnaby pour arpenter toute la ville en mode artistique et nocturne lors de l’événement Museums at Night, du 17 au 20 mai. Pour ceux qui louperaient la date, on rappellera le programme 2FOR1 d’Eurostar, qui sur présentation de leur billet, permet aux visiter de ne payer qu’une entrée pour deux dans les plus grands musées.
www.eurostar.fr

 

Venise, aux rythmes de la Biennale


Maquette de l’installation Studio  Venezia par Xavier Veilhan © Veilhan/ADAGP, Paris, 2017
 

A partir du 13 mai, Venise gravitera autour de sa très en vue Biennale d’art contemporain, événement majeur en matière de création, qui se poursuivra jusqu’à fin novembre. On y découvrira le travail de plus de 120 artistes pour la plupart jamais exposés ici au fil de pavillons thématiques, tandis que les divers pays invités proposeront de leur côté, leurs propres structures créatives. Pour la France, les clés ont été données à l’artiste Xavier Veilhan, qui a conçu pour l’occasion son Studio Venezia, un espace rempli d’instruments où des musiciens réputés venus de tous les horizons, du classique à l’électro, pourront venir s’exprimer, seuls ou en collab, soutenus par des ingénieurs du son. Les visiteurs pourront assister à ces work in progress étonnants, et entendre entre autres, Flavien Berger, Zombie Zombie, Jennifer Cardini, Chassol, Money Mark, Alexandre Desplat, Sébastien Tellier ou Chloe. En parallèle, pour s’occuper la nuit, on notera la tenue du More Festival, du 8 au 11 juin, qui alignera lives et  Dj sets (dOP, Jacques, Todd Terje…) et où Xavier Veilhan viendra jouer les sélectors.