Les meilleures expositions du moment à travers le monde

Allez, rêvons un peu : rêvons qu’on pourra s’échapper le temps d’un week-end à New York ou à Florence, à Londres ou à Amsterdam, pour découvrir une belle exposition. Pour certains, la lecture de cet article ne servira qu’à faire semblant d’être parfaitement au parfum de l’actualité artistique internationale. D’autres, bien plus chanceux, fileront tout de suite sur les sites de réservations de train ou d’avion. Quoi qu’il en soit, le temps de quelques minutes, imaginons l’ailleurs !

 

Dorothea Tanning à la Tate Modern (Londres)

Dorothea Tanning, Birthday (1942). Philadelphia Museum of Art

 

La Tate Modern est l’un des rares musées à faire attention (et depuis peu) à exposer autant d’hommes que de femmes. Rien d’étonnant donc à ce que le musée consacre à la peintre et sculptrice américaine Dorothea Tanning (1910-2012) sa première grande rétrospective depuis 25 ans. On découvre à travers une centaine de travaux et 70 ans de carrière toute l’ambiguïté et la fureur de cette artiste proche des Surréalistes – elle fut mariée 30 ans à Max Ernst, qui la repéra dans une exposition grâce à son autoportrait Birthday (1942). Surtout, Tanning expérimenta sans complexe et s’essaya à la peinture abstraite, à l’imagerie érotique, à la poésie, aux compositions oniriques et aux sculptures en tissu. Une artiste qui ensorcelle.

Dorothea Tanning 
À la Tate Modern, Londres, Royaume-Uni
Du 27 février au 9 juin 2019

 

Robert Mapplethorpe au Guggenheim (New York)

Robert Mapplethrope, Andy Warhol (1986). Solomon R. Guggenheim Museum, New York Gift, The Robert Mapplethorpe Foundation, 1995

 

Même s’il était vide, le musée Guggenheim de New York vaudrait le voyage. Rien que pour l’exceptionnelle architecture de Frank Lloyd Wright (qui décéda quelques mois avant l’ouverture du musée à l’automne 1959), marquée par une rampe monumentale qui guide en douceur le regard vers le ciel. Mais on ne boudera pas l’exposition du moment, consacrée au photographe américain Robert Mapplethorpe (1946-1989). Implicit Tensions réunit les travaux emblématiques du sulfureux preneur d’images – natures mortes de fleurs, nus féminins et masculins, portraits d’artistes. Une seconde exposition, plus audacieuse, sera dévoilée dès cet été, présentant quelques photographies aux côtés d’une sélection d’œuvres contemporaines – signées Zanele Muholi, Catherine Opie et on en passe.

Robert Mapplethorpe
Au Guggenheim, New York, États-Unis 
Du 25 janvier au 10 juillet 2019, puis du 24 juillet 2019 au 5 janvier 2020

 

Kiki Smith aux Offices (Florence)

© Kiki Smith. What I saw on the road. Le Galeria degli Uffizi

 

Célébrissime musée florentin, la Galerie des Offices dévoile au sein d’une architecture palatiale une exceptionnelle collection d’œuvres de Dürer, de Goya, de Botticelli… Et, en ce moment, de la grande artiste contemporaine Kiki Smith, née en 1954. Entre ses mains, broderies, dessins et peintures voient cohabiter toutes sortes de créateurs, de fleurs et d’environnements poétiques et délavés, qui ont des allures de rêves… Ou d’étranges cauchemars. Une poésie de conte de fées, dont on ne se lasse pas et qui, au sein de ce superbe décor patrimonial, voit sa stature particulièrement bien mise en valeur.

Kiki Smith 
À la Galerie des Offices, Florence, Italie 
Du 16 février au 2 juin 2019

 

Rembrandt au Rijksmuseum (Amsterdam)

Rembrandt van Rijn, Self-portrait, c. 1628. © Rijksmuseum

 

Événement absolu de cette année artistique 2019 : la grande rétrospective que consacre le Rijksmuseum d’Amsterdam, l’un des plus beaux musées d’Europe, à son artiste-star, Rembrandt van Rijn (1606/1607-1669). Pour célébrer le 350e anniversaire de la mort du peintre, le musée réunit 22 peintures, 60 dessins et plus de 300 œuvres graphiques de ses collections. Dont la fameuse Ronde de nuit, quelques autoportraits, La Fiancée juive et les portraits de Marten Soolmans et Oopjen Coppit. L’occasion idéale de se plonger dans la lumière subtile et la touche vibrante de Rembrandt. Soit une expérience esthétique inoubliable.

All the Rembrandt 
Au Rijksmuseum, Amsterdam, Pays-Bas
Du 15 février au 10 juin 2019

 

Frida Kahlo au Brooklyn Museum (New York)

© Nickolas Muray, Frida Kahlo (1946). Brooklyn Museum

 

Une exposition entière dédiée à Frida Kahlo (1907-1954), il y a de quoi avoir des frissons d’envie ! L’artiste mexicaine est présentée en majesté dans le deuxième plus grand musée de la ville de New York (après le Metropolitan Museum of Art). Des autoportraits, des dessins et des photographies, bien sûr, mais aussi et surtout une splendide collection de ses robes et objets personnels. Ceux-ci révèlent un portrait intime et singulier de l’artiste, passionnée de bijouterie pré-colombienne, de vêtements Tehuana et de corsets peints à la main. Frida, icône de l’art, et icône de la mode.

Frida Kahlo 
Du 8 février au 12 mai 2019 
Au Brooklyn Museum, New York, États-Unis