Tous les Parisiens rêvent-ils de quitter Paris ?

“C’est décidé, je quitte Paris !” Combien de fois avez-vous prononcé cette phrase ou l’avez vous entendue dans la bouche de vos  amis ? Qu’ils sautent le cap ou non, en 2018, 84% des cadres vivant à Paris ou en banlieue l’envisageraient.

 

Should I stay or should I go ?

Paris, pollution, Tour Eiffel
Paris façon Apocalypse Now par jour de pollution – Photo via Flickr – Storm Crypt

 

Que ce soit suite à un pic de pollution, un attentat ou après avoir déboursé les trois quarts de votre salaire pour payer le loyer d’un appartement aussi spacieux qu’une place de parking, vous  avez forcément déjà pensé à quitter Paris

C’est fini, Paris
C’est décidé, je me barre
Finis le ciel gris, les matins moroses,
On dit qu’à Toulouse les briques sont roses
Oh là-bas, Paris, les briques sont roses”

Comme dans la chanson de Camille, 84% des cadres parisiens et franciliens déclarent vouloir quitter “le ciel gris et les matins moroses” de Paris pour embrasser un mode de vie plus détendu. C’est ce que révélait un sondage mené par Cadremploi au mois d’août dernier.

 

Pourquoi vouloir quitter Paris ?

rame de métro, Paris
Métro – boulot – dodo – Métro – Photo via Flickr – Damien Roué

 

Mais pourquoi tant de haine ? Une si belle ville, fourmillant d’activités, de culture et de patrimoine… Accrochez-vous, vous risquez de ne pas être surpris : pour 77% des cadres, c’est à cause du coût de la vie. Il faut dire que notre chère city (c’est le cas de le dire) se classait cette année au douzième rang des villes les plus onéreuses du monde. Entre les loyers exorbitants, les supermarchés qui gonflent les prix et le coût des sorties, difficile de s’y retrouver à la fin du mois. Ajoutez à cela un nombre de tentations incalculables et vous aurez… un découvert !

Mais ce n’est pas l’unique raison pour laquelle Paris ne fait plus l’unanimité pour tous. Le temps passé dans les transports et le manque de proximité avec la nature sont les deux autres points noirs de la vie parisienne. L’avènement de la trottinette électrique en libre service suffira-t-elle à endiguer l’hémorragie ?

 

Quitter Paris oui, mais pour aller où ?

Toulouse Garonne
On dit qu’à Toulouse les briques sont roses – Photo via Flickr – Julien REBOULET

 

Vouloir quitter Paris est une chose, mais pour aller où ? Changer de ville, changer de vie, voilà un projet ambitieux qui se travaille en amont. Numéro 1 sur la to do : trouver son plan B. Au top des villes plébiscitées par les fuyards, on retrouve Bordeaux. Bon climat, TGV et situation économique florissante, la ville apparaît comme un eldorado pour bon nombre de Parisiens. Nantes et Lyon se dispute ensuite la deuxième position. La première grâce à son nouveau statut de smart city, à la pointe comme pas deux, en matière de technologie. Lyon pour sa part reste le deuxième bassin d’emploi de l’hexagone. Rassurant donc. Enfin, petite dernière sur le podium, Toulouse, avec son soleil et ses briques roses fait rêver plus de 30% des cadres qui ont répondu à l’enquête.

Attention néanmoins, dans la chanson, Camille finit par rentrer au bercail…