Traversées : un week-end d’art à Poitiers

Bonne nouvelle : un nouveau festival d’art est à découvrir à moins de deux heures de Paris. Pour leur première édition, les Traversées de Poitiers invitent l’artiste coréenne Kimsooja à investir les plus beaux lieux patrimoniaux de la ville. L’occasion d’un week-end enchanteur dans le chef-lieu de la Vienne.

Découverte du Palais des Ducs d’Aquitaine

© Tadashi Kawamata, Nest (2019). Photo : Maïlys Celeux-Lanval

 

Merveille absolue, le Palais des Ducs d’Aquitaine a été récemment « rendu » à la ville et à ses habitants puisqu’il n’en est plus le Palais de Justice – celui-ci ayant été transféré dans un autre lieu.

Dès l’extérieur, on aperçoit une œuvre de Tadashi Kawamata (artiste invité par Kimsooja) agglutinée sur une colonne, qui signe l’entrée dans le festival Traversées : quelques planches de bois, formant comme une ruche, et qui se prolongent de l’autre côté du bâtiment en un drôle de tunnel. Ainsi, le visiteur est très naturellement invité à traverser le bâtiment pour en explorer les richesses.

© Maïlys Celeux-Lanval

 

Richesses d’abord patrimoniales puisque sa salle des pas perdus est l’une des plus belles de toute l’Europe et mesure pas moins de 900 mètres carrés. On note notamment les trois cheminées monumentales, sculptées avec la finesse absolue du style gothique flamboyant… Et on imagine volontiers le faste des banquets qui se sont tenus dans ce palais stupéfiant.

Ensuite, des richesses contemporaines, puisque Kimsooja y déploie trois œuvres monumentales et participatives. La première est une table, immense, autour de laquelle on est invité à s’asseoir après s’être emparé d’un morceau de terre, que l’on roule dans sa main pour en faire une petite planète, à lancer sur la table. Au fil des jours, celle-ci prendra la forme d’une constellation de visiteurs…

Puis, dans une salle voûtée d’arcades, on se balade pieds nus sur un sol de miroirs, qui étend l’espace et perturbe les repères. Enfin, une vidéo consacrée au savoir-faire manuel captive le regard… Mais il est déjà temps de repartir pour explorer la ville.

Balade en ville

© Maïlys Celeux-Lanval

 

Kimsooja, le jour de l’inauguration, a déclaré à la presse venue nombreuse pour l’occasion que c’était « une opportunité formidable pour un artiste de se voir donner toute une ville« . Et quel plaisir pour les visiteurs de découvrir Poitiers à travers un festival qui se déploie dans ses rues et ses lieux emblématiques ! En sortant du Palais des Ducs d’Aquitaine, on empruntera donc la rue de la Cathédrale, peuplée de l’une de ses œuvres les plus politiques : des voiles flottants au vent, qui font coexister en les superposant les drapeaux de différents pays.

© Maïlys Celeux-Lanval

 

Puis, sur la place de la Cathédrale, on découvre un conteneur recouvert de lignes colorées : celui-ci contient les affaires personnelles de Kimsooja, qui a récemment décidé de quitter les États-Unis où elle résidait jusqu’alors. Toute sa vie se trouve donc ici contenue… Quoiqu’enfermée à double tour.

© Maïlys Celeux-Lanval

 

Ensuite, rendez-vous dans la crypte de l’église Sainte-Radegonde, où l’artiste a recouvert d’un film translucide les quelques fenêtres afin d’envelopper l’espace de couleurs irisées (même topo à la chapelle des Augustins). À la chapelle Saint-Louis est exposé son travail le plus célèbre : une vidéo et une installation intitulée Bottari-Truck Migrateurs (2007), soit un camion empli de baluchons filmé à travers les rues de Paris et ici présenté.

À ses côtés, des projets de Sammy Baloji (qui explore le passé colonial du Congo à travers une installation et une vidéo, à la chapelle des Augustins), de Subodh Gupta (qui présente une structure en forme de maison et entièrement faite de vieilles casseroles, où des repas sont servis, à la Maison de l’Architecture) ou encore de Thomas Ferrand (qui proposera aux visiteurs d’arpenter la ville sur les pistes des plantes sauvages qui y poussent).

Escapade au Confort Moderne

© Maïlys Celeux-Lanval

 

Après cette belle découverte du patrimoine de Poitiers, on s’offre un détour contemporain au Confort Moderne, lieu multiple et hyperactif de la ville. On peut y déjeuner, flâner dans sa fanzinothèque, prendre part à l’exposition de Kimsooja (une déclinaison de son projet aux sols de miroirs déjà aperçu au Palais des Ducs d’Aquitaine, ici d’autant plus impressionnant) et, le soir venu, assister à un concert.

Le programme du festival Traversées est lui aussi riche de nombreux rendez-vous vivants : de la danse (Lenio Kaklea le 22 novembre), des repas partagés, des conférences, des lectures, des soirées… Découvrez le programme en ligne pour choisir vos dates de week-end !

Traversées, dans tout Poitiers
Du 12 octobre 2019 au 19 janvier 2020