Un long week-end à Abu Dhabi

Alors que d’immenses immeubles de verre s’étirent vers le ciel, au loin, des dunes de sables fondent avec l’horizon. Abu Dhabi, la capitale des Émirats Arabes Unis, se découvre avec plaisir le temps d’un long week-end et derrière un fin filtre sépia. Dans cette région du monde baignée par un soleil de plomb l’été, le désert n’est jamais bien loin. Récit de voyage, à l’ombre des palmiers.

 

Abu Dhabi 
Abu Dhabi © Elsa Pereira

 

« Prince Ali / Plus fort que lui / Je n’en connais pas / Qui vous porte d’Abu Dhabi / à bout de bras ». Dans l’imaginaire collectif, la capitale des Émirats n’a guère été chantée que par un Aladdin en VF… Car en Occident, c’est souvent Dubaï, sa petite sœur, qui attire les regards. Les nuits endiablées, les distributeurs de lingots d’or, les parcs aquatiques privatifs, les gratte-ciel qui défient les records… C’est à Dubaï qu’on les trouve. Plus sage, moins touristique, mais tout aussi envoûtante, Abu Dhabi accueille en bordure de mer les joyaux de l’Émirat : la sublime Mosquée Cheikh Zayed, l’immense Palais Présidentiel, le Louvre Abu Dhabi, la Sorbonne… Un parcours culturel qui a rendu célèbre cette destination embrassée par le Golfe arabique d’un côté, et le désert Rub al Khali de l’autre.

Déjeuner sur le pouce au marché aux poissons

© Elsa Pereira

 

Après vous être barbouillé de crème solaire, direction le port de  Mina Zayed, au nord de l’île. C’est là, les pieds dans l’eau, à deux pas du port, que s’érige le plus grand marché aux poissons du pays. Une immense halle où turbots, huîtres, loups de mer et gambas sont nettoyés, décortiqués et préparés avec dextérité.

À chaque couleur d’uniforme, sa responsabilité. Une hiérarchie bien huilée puisqu’ici les vendeurs sont vêtus d’une chemise bleue, les décortiqueurs en combinaison rouge et les transporteurs en jaune. Les zones d’exécution sont délimitées mais la circulation entre les stands est fluide et le spectacle étonnant.

Après avoir acheté des black pomfrets (zubaidhi), direction le restaurant du marché pour une grillade de poissons ultra frais.

© Elsa Pereira

 

À quelques mètres du marché aux poissons, un autre marché attise nos papilles. C’est le marché aux dattes, des rangées de boutiques où l’on peut déguster et acheter des dattes sucrées par dizaines. Si vous cherchez un produit à emporter dans vos valises, c’est assurément ici qu’il faut garder les yeux et le porte-monnaie ouverts !

Visiter le berceau d’Abu Dhabi : le Qasr Al Hosn

Qasr Al Hosn © Elsa Pereira

 

Lorsque le  soleil est à son zénith, l’intérieur du Qasr Al Hosn offre un spectacle étincelant. Un camaïeu de beiges ponctué par quelques palmiers verdoyants. Niché dans le quartier d’Al Hisn, la forteresse Al Hosn est la plus ancienne bâtisse d’Abu Dhabi, son berceau historique. Vestige de 1790, ce fort, blanchi à la chaux, a été érigé par les Bani Yas avec des coraux, du sable, des coquillages et le bois des mangroves alentours.

 

Circuler dans ce monument national, c’est remonter le temps, découvrir Abu Dhabi avant son architecture verticale, à l’époque des perles et des bédouins. C’est découvrir l’artisanat. Transformé en musée en 2018 après 11 ans de travaux, l’entrée du Qasr Al Hosn est gratuite.

Qasr Al Hosn 

Séjourner dans un palace au pied du désert

La piscine bordée de palmiers du Jumeirah Al Wathba Desert Resort & Spa © EP

 

Dormir dans le désert, ok, mais pas dans une tente. Vous avez peur des araignées des sables et des scorpions, du moindre bruit du vent dans la nuit ? Nous ne sommes pas tous obligés d’apprécier l’inconfort pour bien découvrir un pays. Et si le porte-monnaie suit, pourquoi ne pas profiter d’une nuit dans une chambre douillette ? L’un des plus bel hôtel du groupe Jumeirah vient d’inaugurer au cœur des dunes fossiles le Al Wathba Desert Resort & Spa. Ce somptueux palace niché dans le désert, à 45 min en voiture d’Abu Dhabi, se déplie sur plus de 20 000m2 à travers 90 chambres et suites et une douzaine de villas. Outre sa sublime piscine extérieure bordée de palmiers, il possède un spa sur-équipé (sauna, hammam, cryothérapie) tout aussi majestueux. Comptez autour de 200 euros la nuit en deluxe room au mois de mai.

Jumeirah Al Wathba Desert Resort & Spa

Dunes fossiles © Elsa Pereira
© EP

 

Après l’opulente verticalité de la ville, le désert offre une parenthèse méditative. Soulevé par des bourrasques de vent, le sable dessine un horizon illimité devant nous. C’est en suivant le dodelinement des dromadaires que l’on découvre la mystérieuse Al Wathba, une région connue pour son décor de dunes fossiles, d’étranges formations de sables sculptées par le vent. Des promenades  en fat bike (des vélos munis d’épaisses roues) dans le désert sont proposées depuis Jumeirah Al Wathba Desert Resort & Spa. Une sortie sportive à faire de préférence en début ou fin de journée.

Découvrir le premier hôpital pour faucons

© Elsa Pereira

 

Sur la route du retour, à deux pas de l’aéroport, Abu Dhabi abrite le plus grand hôpital au monde à être entièrement dédié au faucon. Il faut dire que dans ce coin du monde, le rapace fait (presque) parti de la famille. Animal emblématique, il est soigné avec délicatesse par des dizaines de vétérinaires affectueux. Au programme : ponçage des griffes, remplacement des ailes abîmées, check-up complet… Des visites (en anglais) permettent aux voyageurs de circuler au cœur de l’hôpital. Avec un peu de chance, vous pourrez caresser les ailes majestueuses de ce volatile qui ne voyage, ici, qu’en première classe !

Falcon hospital

Flâner dans les couloirs du Louvre Abu Dhabi

Louvre Abu Dhabi ©EP

 

Sa calotte étoilée exonde des eaux turquoises de  l’île de Saadiyat. Depuis son inauguration en 2017, le Louvre Abu Dhabi a fait couler beaucoup d’encre. Pont artistique et culturel entre la France et le Golfe Persique, cet immense musée n’a aucun point commun architectural avec son vaisseau amiral, et pourtant sa filiation nous paraît évidente une fois à l’intérieur. Étiré sur près de 24 000 m, ce chef-d’œuvre signé Jean Nouvel a été imaginé par les dirigeants de l’Emirat d’Abu Dhabi comme « un grand musée d’art à vocation universelle » avec un seul mot d’ordre : « voir l’humanité sous une nouvelle lumière ».

Le résultat applique à la perfection le précepte de tolérance en vigueur cette année. En faisant dialoguer les œuvres entre elles, au-delà des civilisations et des périodes, l’approche muséographique perpétue l’idée selon laquelle l’art est universel. Une certaine idée du partage que l’on découvre à travers des pièces mythiques : La Belle Ferronnière de Da Vinci, le pendentif de Ras al Khaimah ou encore Le Jeune Émir à l’étude de Osman Hamdy Bey. Pédagogique et inclusif (aucun escalier n’entrave la circulation des visiteurs), le Louvre d’Abu Dhabi est un incontournable. Même si vous ne passez qu’un long week-end à Abu Dhabi !

Louvre Abu Dhabi © EP

Le Louvre Abu Dhabi

• Entrée 15 euros en tarif plein
• Visite guidée de 90 min en français tous les vendredis à 11h et audio-guides gratuits
• Des circuits d’une heure en kayak permettent de découvrir l’intérieur et l’extérieure de la sublime structure architecturale : la fameuse Rain of light. Comptez environ 30 euros, tous les vendredis et samedis entre 10h et 17h30

Se recueillir à la Grande Mosquée Cheikh Zayed

Mosquée Cheikh Zayed Abu Dhabi © Elsa Pereira

 

 

Érigée en hommage au Cheikh et fondateur de la fédération des EAU, la Grande Mosquée peut réunir dans sa cour intérieure jusqu’à 31 000 fidèles. Elle est, à juste titre, l’une des plus grandes mosquées au monde.

Monument spectaculaire, la Mosquée Cheikh Zayed n’est pas seulement un lieu de recueillement mais un chef-d’œuvre d’architecture. Y poser les pieds, c’est se sentir happé par l’immensité du monde. Dans un déluge de marbre étincelant, la bâtisse compte près de 82 dômes en or massif et environ 1 096 colonnes en marbre, lapis lazuli et nacre. Inspirée par le Taj Mahal, elle conserve en son sein le plus grand tapis tissé à la main au monde. Un trésor que l’on ne peut plus fouler, mais seulement admirer depuis des barrières. Qu’importe, la structure monumentale vaut à elle-seule les milliers de photographies qui y sont prises chaque jour.

Le mieux reste encore de visiter la Mosquée à la tombée du jour et d’attendre avec le coucher du soleil, l’heure de la prière.  Vous pourrez ainsi observer le chant du muezzin habiter le silence du lieu.

La Grande Mosquée Cheikh Zayed 

Grande Moquée Cheikh Zayed © Elsa Pereira

Infos pratiques

Y aller : En avion depuis Paris-CDG avec Etihad, compagnie aérienne 5 étoiles Skytrax, à partir de 420 euros, ou lors d’une escale vers l’Asie du sud.
La meilleure saison : de novembre à avril. En mai et juin, les températures restent relativement supportables et les prix meilleur marché.
Tenue à prévoir : si vous souhaitez visiter la mosquée, il est recommandé de porter une tenue qui couvre les jambes et les bras. Pour les femmes, il est également exigé de porter un foulard sur la tête.


Ne manquez aucun de nos bons plans et jeux-concours en vous inscrivant à notre newsletter !