10 romans qui changeront votre vie

Bien sûr, il y a les incunables, ces romans connus de tous qu’il faut avoir lu une fois dans sa vie  pour parfaire sa culture classique. Mais comme pour tous les chemins, les détours vers des sentiers moins battus permettent de faire de belles découvertes iconoclastes et d’ouvrir ses horizons. Chacun garde le plus souvent pour soi ses petits secrets de lecture, mais c’est le moment pour nous de les partager avec vous. Alors bonnes lectures !

L’éminence grise, par Aldous Huxley

romans à lire
©thierry ehrmann CC BY 2.0 Flickr

 

Aldous Huxley, ce n’est pas uniquement l’auteur du Meilleur des Mondes. Il a imaginé une remarquable histoire d’intrigues politiques au temps de Richelieu alors que les guerres de religion font rage dans ce qui ne s’appelle pas encore l’Allemagne. L’auteur accompagne le père Joseph dans ses pérégrinations tout en devisant sur les rapports entre politique et religion. Son analyse des rapports entre l’Allemagne et la France à travers les siècles est éblouissante.

Le démon, par Hubert Selby Jr

romans à lire
©Edition 10/18

 

Hubert Selby Jr, ce n’est pas seulement Last Exit to Brooklyn. L’auteur américain underground raconte l’histoire d’un homme victime de ses pulsions. Tout en tentant de les canaliser dans un travail où il excelle, la culture des plantes, un mariage heureux, elles se révèlent impossibles à maîtriser et le héros s’enfonce dans la débauche jusqu’à commettre l’irréparable. La descente aux enfers fait froid dans le dos. Un livre à offrir à vos meilleurs amis.

Les racines du ciel, par Romain Gary

romans à lire
©Gallimard

 

Romain Gary, ce n’est pas seulement La promesse de l’aube. Avec Les Racines du Ciel, l’auteur remporte son premier Prix Goncourt avec ce héros qui n’a qu’une seule idée en tête : sauver les éléphants, déjà dans les années 50. Morel est un héros romantique, pourchassé par les autorités et au centre de conflits politiques où les aspirations à l’indépendance commencent à éclore. Un beau roman sur une Afrique fantasmée.

Gatsby le magnifique, par F. Scott Fitzgerald

romans à lire
©Gallimard

 

Scott Fitzgerald, c’est quand même beaucoup Gatsby le magnifique. Épris d’une femme qui ne regarde que le confort et la richesse, le knickerbooker fait fortune dans la contrebande et organise des fêtes somptueuses pour attirer le regard de l’amour de sa vie. Mais il n’est pas de ce monde, il n’est qu’un arriviste, et malgré la poudre aux yeux et les artifices, il ne connait pas les codes. Nick Carraway raconte l’histoire d’un amour impossible qui traverse les générations.

La conversation de Bolzano, par Sandor Marai

romans à lire
©Livre de poche

 

Sandor Marai, ce n’est pas seulement Les Braises. En narrant un épisode de la vie de Casanova, l’immense auteur hongrois trouble le lecteur avec un séducteur partagé entre la tentation de l’amour et sa vie de facilité décadente. La belle Francesca se matérialise dans ce style inimitable aux airs d’Opéra. Quand la belle écrit « Je dois te voir » à Casanova, suivent 15 pages d’une immense beauté sur l’analyse littéraire de l’amour. Un livre insuffisamment connu, une vraie pépite cachée.

Le désert des Tartares, par Dino Buzzati

romans à lire
©Pocket

 

Dino Buzzati, ce n’est pas seulement Le K. Le désert des Tartares compte l’histoire d’un homme qui attend un conflit qui ne survient que lorsqu’il est trop âgé pour y prendre part. La métaphore est évidente, il ne faut pas attendre qu’il ne soit trop tard pour vivre. L’auteur est égal à lui-même avec son style pour suggérer la fuite inexorable du temps et l’inéluctabilité de la mort. Un livre profond comme un océan sans fond.

Le Mépris, par Alberto Moravia

romans à lire
©Flammarion

 

Le Mépris, ce n’est pas que l’adaptation du roman par Jean-Luc Godard. Bien évidemment, c’est toujours l’histoire d’un homme qui aime sa femme, mais elle ne l’aime plus. Par rapport au film, les perspectives sont modifiées. Paul et Camille y sont Riccardo et Emilia, toujours rapprochés d’Ulysse et Pénélope, toujours séparés par ce fameux Mépris. Il faut lire le livre pour mieux comprendre le film, et vice versa.

Demande à la poussière, par John Fante

romans à lire
©Edition 10/18

 

John Fante, c’est pour toujours son héros Arturo Bandini protagoniste de ses romans les plus connus. Looser magnifique aux ambitions littéraires contrariées, Bandini vivote dans un hôtel miteux. Amoureux d’une serveuse mexicaine dont il peine à se détacher, Bandini est déchiré entre ses rêves de gloire et cet amour. Toujours semi-autobiographique, l’œuvre de John Fante émeut par sa profonde sincérité.

Léviathan, par Paul Auster

romans à lire
©Babel-Acte Sud

 

Paul Auster s’est fait connaître chez nous avec ce beau roman. Un écrivain raconte la vie de son ami Benjamin Sachs, explosé dans sa voiture en tentant de fabriquer une bombe. Lui-même écrivain, Benjamin n’a écrit qu’un roman et vit une existence tragique. Paul Auster multiplie les détails pour une histoire d’individus complémentaires entre écriture et action, en quête d’identité et en pleine perte de repères.

Le Grand Meaulnes, par Alain Fournier

romans à lire
©Gallimard

Le Grand Meaulnes est le roman principal d’un jeune homme trop tôt disparu à l’orée de la Grand Guerre. C’est le roman de l’enfance par excellence, avec le narrateur François Seurel qui se souvient de son ami Augustin Meaulnes. Livre sur l’amour perdu et la quête d’absolu, il ne cesse de faire rêver des générations de lecteurs par le caractère intrépide de son personnage principal. Un livre à lire une fois à l’adolescence et une fois devenu adulte pour en faire la synthèse.


Ne manquez aucun de nos bons plans et jeux-concours en vous inscrivant à notre newsletter !