2 livres de philo qui ne font pas mal à la tête

Croyez-le ou pas, la philosophie est à la mode ! Poussés par une quête de sens, les lecteurs se tournent vers les ouvrages de vulgarisation qui dopent les ventes de livres dans ce domaine. L’art de philosopher et de comprendre le monde n’a plus rien d’archaïque et les grands penseurs sont désormais à portée de main. Voici deux livres écrits par des philosophes qui sont ENFIN ludiques et accessibles à tous.

livres de philo
©Allary © Flammarion © Versilio © Charlotte Jolly de Rosnay

La confiance en soi, une philosophie, de Charles Pépin

Dans l’imaginaire collectif, la confiance en soi, c’est comme la Rolex, indispensable pour réussir sa vie. Ce Graal à atteindre nourrit pléthore de livres de développement personnel et de recettes miracles sur le sujet. A l’inverse, Charles Pépin, philosophie français, s’intéresse à la dimension philosophique de la confiance en soi. Car contrairement aux apparences, ce n’est pas inné. Avoir confiance en soi s’apprend et se cultive. C’est un entraînement. On ne naît pas confiant, on le devient. Charles Pépin s’évertue à comprendre l’origine et le fonctionnement du sentiment de confiance en soi, ainsi que les mécanismes qui l’accentuent.

A travers l’expérience de grands sportifs comme Serena Williams et d’artistes de la pop culture comme Madonna, les Beatles et David Bowie, il donne des clés pour avoir confiance en soi et distingue trois ressorts fondamentaux : la confiance en l’autre, la confiance en ses capacités et la confiance en la vie. Car la confiance en soi est à la fois une question de maîtrise, d’apprentissage et d’abandon : il faut accepter l’inconnu et avoir confiance en l’avenir. Un programme facile à lire et à comprendre, qui stimule autant qu’il inspire. A la clé, de nombreuses citations à retenir !

La confiance en soi, une philosophie, de Charles Pépin, Allary Editions, mars 2018, 224 pages, 18,90€

Descartes pour des jours de doute, de Marie Robert

Après l’immense succès de son livre précédent « Kant tu ne sais plus quoi faire, il reste la philo », traduit en 15 langues, Marie Robert réitère avec « Descartes pour des jours de doute » : 12 situations du quotidien évaluées sous la pensée de grands philosophes français. Au programme : Rousseau, Montaigne, Descartes, Voltaire, Baudrillard… Autant de noms qui évoquent de mauvais souvenirs de lycée, et beaucoup de stress au bac, et qui paraissent, sous la plume de Marie Robert, d’une simplicité déconcertante. Comment expliquer cet écart ? C’est l’art et la manière de présenter le savoir ! Avec une approche ludique et décomplexée, Marie Robert intègre la pensée des philosophes dans notre actualité. Ou comment Paul Valéry peut vous aider à être moins timide, Jean Baudrillard à guérir votre addiction aux réseaux sociaux, Simone Weil à avoir du sang-froid devant les situations difficiles…

Les + du livre : chaque chapitre offre une rapide bio de l’auteur, un livre référence et une citation « à emporter ». De la philo fast-food ? Non, une approche novatrice où la philo n’est pas opaque mais sexy. C’est en effet l’adjectif utilisé par Marie Robert sur son compte instagram Philosophyissexy qui cartonne également. On troque la figure vieillotte du philosophe au profit d’une image jeune et souriante, quel plaisir !

Descartes pour les jours de doute – Et autres philosophes inspirants, de Marie Robert, Flammarion, 2019, 208 pages, 16.90€.

 

Extrait du livre de Charles Pépin :

« Madonna Louise Ciccone est d’abord une enfant timide, manquant de confiance en elle. Elle perd sa mère à l’âge de cinq ans d’un cancer du sein et vit mal le fait que son père ait rapidement d’autres enfants avec sa nouvelle femme. Elle peine à trouver sa place dans cet espace familial. Depuis toute petite, elle pratique le piano et la danse classique, mais avec le sentiment de n’être pas très douée, d’être une laborieuse. C’est seulement à l’adolescence, inscrite par sa belle-mère dans une école catholique de Detroit, qu’elle rencontre Christopher Flynn, un professeur de danse qui va changer sa vie. A l’occasion de la préparation du ballet de fin d’année, il lui dit ce qu’on ne lui a jamais dit, en tout cas jamais avec ces mots-là : elle est belle et talentueuse, elle a un charisme fou. Des années plus tard, Madonna a expliqué que ces quelques mots changèrent sa vie. Avant, elle ne croyait pas en elle. Maintenant, elle se voit danseuse à New-York ; elle se sent naître à elle-même. Lors du spectacle de fin d’année, elle surprend tout le monde, son professeur le premier, en dansant avec une énergie incroyable… et à moitié nue ! Madonna est née. Avant Christopher Flynn, elle avait eu d’autres professeurs de piano ou de danse. Ils lui avaient appris bien des choses, des techniques, des méthodes, mais aucun ne lui avait fait ce cadeau de lui donner confiance. » 


Ne manquez aucun de nos bons plans et jeux-concours en vous inscrivant à notre newsletter !