5 livres essentiels parus récemment

 

Il manque entre vos mains un livre à dévorer, à aimer, de ceux qu’on rêve de ne jamais finir ? Voici une sélection de 5 livres essentiels sortis en cette fin d’année 2017 et qui méritent notre attention. Cinq livres piochés ici et là, peut-être même cinq cadeaux de Noël de dernière minute. Cinq ouvrages de genres différents, aux histoires simples, belles et proches du réel, qui parlent de quotidiens, de lieux de vie, de ce que nous sommes, avec beaucoup de fraicheur et d’intelligence.

 

La Conversion, de James Baldwin (Roman)

 

James Baldwin (c) Allan Warren
James Baldwin © Allan Warren

 

Avec l’immense succès du documentaire I’m Not Your Negro, l’oeuvre littéraire et politique de l’écrivain américain James Baldwin, s’est offert un souffle renouvelé, entre nouvelles éditions ou traductions. La Conversion est son premier roman paru en 1952 : l’histoire d’une famille de Harlem racontée par John, 14 ans, qui veut vivre libre malgré la pression religieuse de son père. Un père qui compte parmi ces adultes marqués par la vie et qui nourrissent leurs enfants du lait de leurs angoisses et de leurs souffrances. Elevée par une écriture d’une grande richesse évocatrice, l’oeuvre attire vers des « profondeurs inconnues », celles des êtres humains. Eblouissant.

Ed. Rivages, Traduction par Michèle Albaret-Maatsch, 2017, 330 p., 20€

 

 

Libérées, de Titiou Lecoq (Essai)

 

Titiou Lecoq (c) Laura Steven
Titiou Lecoq © Laura Steven

 

La chaussette traine par terre, la femme la regarde. La journaliste Titou Lecoq prend pour point de départ cet autoportrait et constate : même lorsque nous avons l’impression que la répartition des tâches ménagères entre hommes et femmes est parfaite, la « charge mentale » des femmes est plus importante. Plus, les femmes auraient même intériorisé des comportements qui n’ont rien d’inné, malgré ce qu’on voudrait leur faire croire. Ménage, enfants, sac à main, sexisme. Un livre qui – derrière sa couverture quelque peu agressive – se dévore avec plaisir et réfléchit à raison, à la manière de déconstruire une pensée uniformisée sur nos manières de vivre. Le tout s’appuyant sur des sources intéressantes et quelques bons exemples qui (mince, alors !) trouvent écho.

Ed. Fayard, 2017, 260 p., 17€

 

Tiens ils ont repeint !, d’Yves Pagès (Beaux Livres)

 

Tiens ils ont repeint ! page 16 d'Yves Pagès, La Découverte (c) DR
Tiens ils ont repeint ! (page 16) d’Yves Pagès, La Découverte © DR

 

« Mon ombre est une valse triste » (Paris, 1992), « NOUS NE VOULONS PAS UNE PART DU GATEAU, NOUS VOULONS LA BOULANGERIE! » (Paris 18e, 1998). Récolter ces petites phrases que l’on peut lire sur les murs de France et d’ailleurs, celles qui nous font tantôt sourire, tantôt réfléchir, devant lesquelles on passe parfois sans les voir, c’est la mission que s’est fixée Yves Pagès. Une entreprise chronologique de 1968 à nos jours qui redonne vie aux inscriptions, aux « aphorismes urbains », en restant au plus proche de leur lecture d’origine (jusqu’à conserver les fautes d’orthographe). Mots poésie, mots d’esprit, mots politiques, anonymes ou signés. Un grand livre pour entrevoir différemment la société – ses opinions, ses révoltes – et s’accorder des pages et des pages de liberté d’expression, totale.

Ed. La Découverte, 2017, 300 p., 19€

 

 

L’air de rien, d’Aude Picault (Bande Dessinée)

 

livres : L'Air de rien, page 5 (c) Aude Picault
L’Air de rien, page 5 © Aude Picault

 

La dernière née d’Aude Picault ! L’air de rien, « des Parisiens » dans leur quotidien ou en vacances, habitants d’un théâtre citadin où se jouent des scènes qui disent beaucoup de ce que nous sommes. Relations amoureuses, enfants, travail. Aude Picault pointe du crayon nos contradictions, nos rapports aux autres. Elle retranscrit ces conversations qu’il nous arrive d’avoir, et dessine ces réactions, ces postures qui s’emparent de nos corps. Une BD solaire toute en humour et bienveillance sur la vie de tous les jours. Idéale !

Ed. Dargaud, 2017, 72 p., 16,45€

 

 

Femmes d’ici, Cuisines d’ailleurs, d’Alexis Jenni (Livre de Cuisine)

 

livres : Femmes d'ici, cuisines d'ailleurs d'Alexis Jenni, Photo (c) Denis Svartz/Dessin (c) Emmanuel Prost
Femmes d’ici, cuisines d’ailleurs d’Alexis Jenni, Photo © Denis Svartz/Dessin © Emmanuel Prost

 

Né d’un concours de cuisine organisé en banlieue lyonnaise, ce livre est un parcours des délices, un voyage culinaire dans la vie de quinze femmes qui livrent la recette personnelle d’un plat de leur choix. Pour dire et montrer autre chose des quartiers, pour savourer la diversité culturelle. Algérie, Centrafrique, Irak, Guadeloupe, Cambodge, les origines se racontent à travers un repas dessiné, photographié, dégusté qu’on rêve vite, vite de faire nous-mêmes. Ces pages construisent bien plus qu’un livre de cuisine ; on parle là de familles, de cultures, de transmission, de consolation, de la vie en somme, au gré de ses bonnes odeurs. Aux fourneaux.

Ed. Albin Michel, 2017, 224 p., près de 200 illustrations, 29,90€