“Hard”, saison 3 : pas si normal

Après le hard, c’est plus le hard… ou presque. Petit rappel des faits : Sophie (Natacha Lindinger) veuve coincée d’un producteur de films X, a dû mettre la main à la pâte, si l’on peut dire, en reprenant le flambeau.

Après un séjour en prison, la bourgeoise retrouve son nouveau mari Jean-Marc Danel (François Vincentelli), alias Roy Lapoutre le bien nommé, désormais rangé des voitures, à la tête d’un restaurant normal. Mais que les amateurs de olé-olé se rassurent, Hard n’est tout de même pas devenu une série culinaire, comme l’explique la réalisatrice Mélissa Drigeard : « Pour Sophie, se retrouver dans une sorte de vie normale, finalement, ça ne lui convient pas. Elle va se détacher de Roy pour créer un club échangiste secret dans les sous-sols du restaurant dont ils ont hérité ».

Un club libertin qui donne lieu à des situations cocasses avec la bande de potes délurés de Roy (dont les truculents comédiens Charlie Dupont et Jonathan Cohen), à des situations surréalistes – mais pas tant que ça – avec la présidente de la République en personne (Michèle Laroque) qui a décidé de venir s’y encanailler, et à des situations évidemment torrides et pimentées… Mais pas que, comme nous l’explique le producteur Gilles Galud : « On est dans quelque chose de beaucoup plus réaliste. Les personnages posent des questions sur la famille, le couple, sa durabilité.

Personne n’en avait jamais parlé de cette manière-là. C’est un miroir pour plein de gens et puis ça satisfait la curiosité. Parce que le libertinage, tout le monde en parle mais il y a 100 000 libertins en France – ce qui est quand même énorme –, et donc environ 60 millions de gens qui ne le sont pas. Passer derrière le rideau, c’est toujours intéressant ». Alors, pour passer un œil derrière le rideau, c’est dès ce lundi 1er juin sur Canal+.

Hard, saison 3. Douze épisodes de 30 minutes. Créé par Cathy Verney, avec Natacha Lindinger, François Vincentelli, Claire Nadeau et Mehdi Nebbou. Diffusion le lundi 1er juin à 20 h 55 sur Canal+.