Home sweet home #21 : des idées à faire chez soi

Et si on commençait 2019 par prendre son temps ? Une parenthèse yoga avant de prendre le métro. Une séance de rangement après avoir fait sa lessive. La pose d’un abat-jour sur le plafonnier ou encore la lecture d’une newsletter… Voici des idées à faire chez soi. Demandez le programme !

 

On s’abonne à Curaterz

Curaterz, des idées à faire chez soi
capture d’écran

 

Votre boîte mails sature de spams et de pubs ? Vous ne trouvez plus rien à vous mettre sous la dent lorsque vous vous connectez – à part bien sûr la newsletter d’A Nous Paris ? Abonnez-vous à Curaterz, une chouette newsletter qui propose un jour sur deux « une découverte ». Au menu, de la pop culture : une liste de livres à lire, une expo qui vaut le détour, un artiste détonant, un podcast qui fait mouche, une série, un bon plan… Bref, tout ce qui leur plaît, de manière totalement aléatoire. Cerise sur le gâteau : le format court se lit en une station de métro, à peine. Avouez que c’est mieux que de scroller sur Twitter à l’infini…

Curaterz

 

On s’éclaire avec Maison Paloma

lampe paloma des idées à faire chez soi
© Maison Paloma

 

Vous avez sûrement déjà croisé ses luminaires sur Instagram. Maison Paloma, jeune marque de déco imaginée par Laura Aucourt, propose des suspensions et lampes à poser tissées à la main à partir de fils de coton. Des objets aux formes géométriques et au design très graphique. Les couleurs des luminaires s’inspirent de grands paysages américains : l’Antelope Canyon, les Dunes Mesquites de la Death Valley, le bassin de Badwater, le parc de Joshua ou encore le village Havasupai. À vous de choisir votre terre d’évasion… Quant à ceux qui auraient déjà une idée en tête, Laura propose un onglet personnalisation sur son site : après avoir sélectionné la structure de la lampe, on se cale sur un nuancier. Comptez entre 180 et 390 euros la lampe sur mesure.

Maison Paloma

 

On s’essaye au chien tête en bas dans son salon

Tapis de Yoga- Baya Gemma x Georgia Horackova

 

Si l’on peut pratiquer le yoga à peu près partout, le mieux reste encore sur un tapis antidérapant. Histoire de ne pas recommencer 10 fois sa salutation au soleil pour cause de mains moites… Baya, la très chouette marque d’accessoires pour yogistes fondée par  Agnès Gardelle et Hortense Bourgois en 2016, propose sur son site la panoplie parfaite du yogi. Des tapis confortables, stables et écolo, pensés pour la pratique. Un choix pléthorique (soft, intense, travel) et coloré. Si, par exemple, vous avez l’habitude de glisser, on vous conseille la gamme Intense. Des tapis en caoutchouc naturel recouverts d’un revêtement en micro-fibres antidérapant. En gros, plus l’effort augmente, plus vous suez et plus le tapis adhère. De quoi garder les pieds sur terre.

Baya – tapis Gemma x Georgia Horackova – 60 euros en version soft 

 

On range avec Marie Kondo

L’art du rangement avec Marie Kondo @ capture d’écran Netflix

 

La prêtresse du tee-shirt plié débarque sur Netflix. La méthode KonMari, si vous l’ignorez encore, a été inventée par la Japonais Marie Kondo et constitue en une apologie du rangement. Une méthode que l’on pourrait résumer en trois étapes :  trier, jeter, ranger. Après avoir vendu des millions de livres, Marie Kondo a désormais son émission de télévision. La première saison compte huit épisodes de 45 minutes environ pendant lesquelles elle aide des familles à faire le vide.

Fini les piles de fringues qui dégoulinent du placard et à la poubelle les jeans que vous ne mettez plus depuis 10 ans. « Je suis tellement excitée, parce que j’adore le bordel » s’enthousiasme-t-elle en débarquant chez une famille bordélique. Vous l’aurez compris, vous allez voir pendant une quarantaine de minutes des personnes jeter des jouets cassés, plier des tee-shirts et évidemment pleurer. Parce que comme tout bon programme de télé-réalité, le véritable sujet ici c’est l’humain, ses failles, ses doutes et ses angoisses. On apprend ainsi qu’il est parfois impossible de jeter un objet, même inutile.

L’art du rangement avec Marie Kondo sur Netflix 

 

On joue à Scarabya

© Blue Orange

 

Derrière ce jeu sorti fin 2018, on retrouve deux pros des jeux de société : Bruno Cathala d’un côté et Ludovic Maublanc de l’autre. Illustré par Sylvain Aublin, ce jeu très facile à prendre en main peut rassembler jusqu’à quatre joueurs dès 8 ans. Le principe est plutôt simple : il faut placer des pentominos (des  pièces de puzzles de différentes formes géométriques) sur un plateau modulaire sans recouvrir les scarabées. Pour engranger des points il faut donc enfermer les insectes dans une surface d’une à quatre cases. Chaque partie dure environ une quinzaine de minutes.

Scarabya chez Blue Orange  – 26,90 euros