« Kings of Cocaine » : les enquêtes choc

Vice US a produit « Kings of Cocaine », trois courts documentaires qui décryptent l’univers des narco-trafiquants, de Pablo Escobar aux cartels d’aujourd’hui. Passionnant.

Dans « Kings of Cocaine », trilogie de vidéos produites par Vice US, on découvre sous forme de pastilles concises, l’histoire et le fonctionnement des cartels ou encore les forces en présence dans la lutte qui oppose les criminels à ceux qui les traquent. 

Après avoir retracé le parcours de Pablo Escobar dans un premier volet intitulé, « Le Commencement », l’heure est venue de s’interroger sur son héritage. Avec « Narcos, Sicarios & Pérou », le second épisode de ce programme saisissant, on quitte la Colombie pour le Pérou, pays aujourd’hui reconnu comme le premier producteur de coca et de cocaïne. Là, pour comprendre de quelle manière le trafic de drogue à grande échelle a inévitablement engendré une plongée dans la violence, on part littéralement à la rencontre des « sicarios », de jeunes tueurs à gages qui font perdurer une pratique initiée par Escobar lui-même dans les années 80. Aussi paranoïaque que sanguinaire, le narcotrafiquant qui ne cessait de craindre pour sa vie s’était constitué une véritable « armée urbaine ».

Recrutés parmi les plus pauvres de Medellin, ceux qui la constituaient n’étaient alors que des adolescents, influençables et attirés par l’argent « facile », que l’on mandatait pour se livrer à des exécutions sommaires. C’est ce que raconte Elmo, un « repenti » de cette époque, qui après avoir collaboré avec les autorités colombiennes a migré vers le Pérou où il tente désormais de faire rentrer dans le droit chemin les jeunes tueurs à gage qui y sévissent de plus en plus nombreux. Masqués, quelques-uns d’entre eux, 15 ou 16 ans tout au plus, témoignent également. De leur misère, de leur absence de scrupules, du fait aussi que leur domaine d’action n’est plus aujourd’hui seulement cantonné au monde de la drogue.

Aujourd’hui ainsi, pour quelques centaines d’euros (parfois même quelques dizaines), ils accèdent à la demande de quiconque souhaite voir abattre un ennemi ou un simple gêneur. Poussées désormais à leur paroxysme, ces pratiques sont pourtant bien à mettre sur le compte de Pablo Escobar, dont le règne aura laissé encore beaucoup d’autres empreintes sur le monde actuel ; ce qu’on verra bientôt dans le dernier volet de ce documentaire.

D’ici là, on pourra aussi découvrir la série Narcos, inspirée de la vie du parrain colombien de la drogue et actuellement diffusée sur Netfix. Beau travail de reconstitution parsemé d’images d’archives, ce biopic de José Padilha – déjà auteur dans un genre similaire, du film Troupes d’Elite – se regarde d’un œil encore plus aiguisé sous l’éclairage de « Kings of Cocaine ».