La colocation intergénérationnelle : comment ça fonctionne ?

Alors que de plus en plus de binômes entre un jeune et un senior se forment, la loi Élan introduit un nouveau bail pour inciter les seniors à louer ou sous-louer une partie de leur logement à des personnes de moins de 30 ans. Mais comment fonctionne la coloc intergénérationnelle et quels en sont ses avantages ?

Un nouveau contrat de location

colocation intergénérationnelle
©Tiago Muraro on Unsplash

 

Encore marginale, la colocation intergénérationnelle espère connaître un second souffle avec la mise en vigueur d’un contrat de cohabitation intergénérationnelle solidaire, instauré par la loi Élan. Un arrêté à venir définira les contours précis dudit contrat. Pour l’instant, ce dernier permet aux plus de 60 ans, qu’ils soient locataires ou propriétaires de leur bien, de louer ou sous-louer à des jeunes de moins de 30 ans, dans le cadre d’un contrat de cohabitation intergénérationnelle, une pièce du logement. Le montant du loyer est totalement libre et c’est aux deux parties de convenir de la somme adéquate. Pour trouver ce type de colocation, il est recommandé de passer par l’une des deux associations de référence sur le sujet. La première, le réseau CoSI, qui fédère les 28 structures en France métropolitaine et en outre-mer de cohabitation solidaire intergénérationnelle. La seconde, ensemble2générations.fr, qui dispose de 25 agences en région dont 6 en Île-de-France, et facilite l’accès au logement pour les étudiants.

Des avantages sur le loyer pour le locataire…

colocation intergénérationnelle
© Grant on Unsplash

 

Par ce biais le locataire profite d’un espace plus grand pour un loyer très bas. D’après les chiffres du réseau CoSI, le montant moyen du loyer pour ce genre de colocation est de 214 euros par mois. Une aubaine, surtout lorsque l’on sait que la quasi-totalité de ces coloc’ ont lieux dans des grandes villes comme Paris, Lyon ou Bordeaux où les loyers sont biens plus importants. En s’engageant, le jeune de moins de 30 ans consent également à rendre des services, en plus de son loyer, à la personne âgée qui l’accueille. La loi stipule que ces services sont « sans but lucratif pour aucune des parties ». Il peut s’agir de faire les courses, un peu de ménage ou tout simplement d’assurer une présence au sein de l’habitation. Plus le nombre de services rendus est important, plus le montant du loyer est bas. Ces prestations doivent être souples et ponctuelles.

… sur la fiscalité pour le propriétaire

colocation intergénérationnelle
©BENCE BOROS on Unsplash

 

L’avantage de la colocation intergénérationnelle pour le senior, outre la présence d’une personne au quotidien pour rompre avec la solitude, est la fiscalité. D’abord, le fait de percevoir un loyer modeste de la part du locataire n’empêche pas le senior de continuer à toucher des APL s’il en avait. Le locataire peut lui aussi faire une demande d’aide au logement pour son propre compte. Si la situation de la personne âgée est conforme à l’article 35 bis du Code général des impôts, elle n’est pas imposable sur le montant des loyers perçus. Pour ce faire il faut mettre de façon habituelle à la disposition d’un locataire une ou plusieurs pièces de son habitation principale, et ne pas dépasser les 185 euros de plafond de loyer annuel par mètre carré en Île-de-France et 136 euros dans les autres régions. Un montant tout à fait atteignable pour la mise en location d’une chambre de 18m² louée 160 €/mois à Paris par exemple.


Ne manquez aucun de nos bons plans et jeux-concours en vous inscrivant à notre newsletter !