L’année immobilière à Paris résumée en 5 chiffres

Des prix de l’immobilier au plus haut et des acheteurs de plus en plus fortunés, découvrez quelques chiffres clés pour comprendre l’année immobilière qui s’achève à Paris.

10 300 €/m²

Tout le monde l’attendait. Les notaires l’ont confirmé dès le mois de septembre dernier. Les prix de l’immobilier à Paris dépassent désormais les 10 000 €/m² en moyenne. « Dans le détail, à Paris, le prix au m² a atteint 10 080 € au 3e trimestre 2019, soit une hausse annuelle de 6,1%. D’après nos indicateurs avancés sur les avant-contrats, une légère accélération de la hausse des prix pourrait se produire et le prix au m² approcherait 10 300 € le m² en janvier », précisent ainsi les notaires de la capitale. Parmi les trois quartiers les plus chers de la capitale, on retrouve celui de l’Odéon dans le 6e arrondissement (16 010 €/m² en moyenne), celui des Invalides dans le 7e (15 510 €/m² en moyenne) et celui de Saint-Germain-des-Prés dans le 6e (15 390 €/m² en moyenne). La capitale ne compte plus que 7 arrondissements sous la barre des 10 000 €/m² et seulement deux sous les 9 000 €/m².

90 %

C’est le taux de personnes aisées ayant acheté un bien immobilier à Paris. Les prix dans la ville sont si élevés que selon les notaires, 9 acheteurs sur 10 sont aujourd’hui issus des catégories socio-professionnelles supérieures (artisans, chefs d’entreprise, cadres et professions intermédiaires) soit 17 % de plus qu’il y a 20 ans. Les employés et les ouvriers ne représentent plus que 5% des acquéreurs à Paris, contre encore 15% en 1998. Le courtier en crédit immobilier Vousfinancer révèle ainsi dans une étude que pour acheter aujourd’hui un 50 m² dans la capitale, un ménage de deux personnes doit cumuler plus de 7 000 € de revenus mensuels tout en étant en CDI, et jusqu’à 11 000 € s’il s’agit d’un 75 m².

Crédit photo : Free-Photos pour Pixabay

1,13 %

C’est le niveau des taux de crédit immobilier en moyenne toutes durées confondues, hors frais d’assurances, qu’il est possible d’obtenir aujourd’hui. Les populations les moins aisées recourent beaucoup au crédit bas pour accéder à la propriété dans la capitale ou dans les villes de la petite couronne. Un taux qui sera encore plus faible si les emprunteurs sont jeunes (moins de 35 ans) et disposent d’un apport (environ 10 % du prix du bien).

Crédit photo : martaposemuckel pour Pixabay

1000 €

C’est le montant de loyer mensuel qu’il faudra débourser pour un 30 m² situé dans le quartier de la Madeleine. Dans sa fourchette la plus basse, cette catégorie de logement atteint les 720 € dans le prestigieux 8eme arrondissement. A contrario, pour une superficie équivalente dans le quartier de Flandre au nord-ouest de la capitale, le montant du loyer variera entre 500 et 700 € hors charges selon les chiffres des loyers médians de l’observatoire des loyers. Malgré la mise en place de l’encadrement des loyers, ces derniers demeurent anormalement élevés dans la capitale.

Crédit photo : vydumka pour Pixabay

298 500 euros

C’est le montant des amendes collectées par la Mairie de Paris pour les personnes ayant mis leur logement en location sur des plateformes comme Airbnb sans respecter la loi (obligation de déclaration du bien auprès des services de la mairie, limite de la location à 120 nuitées par an, etc.). Une somme assez maigre comparée au 2 millions récoltés en 2018. De nombreux dossiers sont actuellement bloqués à la suite du dépôt d’un recours de l’entreprise américaine auprès de la Cour européenne des droits de l’Homme. Toutefois, dès le 1er décembre 2019, les plateformes de location saisonnière devront fournir aux communes, une fois par an, la liste détaillée des logements loués par leur intermédiaire. Une nouvelle arme pour contrôler et lutter contre le développement massif des locations de type Airbnb qui assèchent le parc locatif dans la ville, selon la municipalité.

Crédit photo : edmondlafoto pour Pixabay