Le livre qui fait le buzz : Encre sympathique, de Patrick Modiano

Il a vu, il a vécu, il est revenu. Prix Goncourt en 1978 pour « Rue des boutiques obscures », Prix Nobel de Littérature en 2014, Patrick Modiano, le grand, l’immense, revient sur le devant de la scène avec un nouveau roman : Encre sympathique. Verdict ?

Modiano
© Gallimard

L’oubli, l’absence, thèmes de prédilection de Modiano

Chez Modiano, rien n’a changé. On retrouve tous ses thèmes de prédilection : l’absence, le souvenir, le travail de mémoire. Le Paris romancé où le narrateur erre dans le XVe arrondissement, rue de la Convention, et boit un café boulevard des Capucines, près de la place de l’Opéra. Le style est également parfait, précis, poétique, paré de belles phrases : « Les souvenirs viennent au fil de la plume.» Un récit de qualité (il en est tout de même à son 29e roman !) sur fond d’enquête de gens disparus qui laissent peu de traces derrière eux. Comme des visages oubliés, des fantômes, mais, rassurez-vous, inoffensifs ! Disons sympathiques, tout comme le titre de son livre, Encre sympathique. Sans surprise, le lecteur est en terrain conquis et l’auteur dans sa zone de confort.

Une enquête énigmatique dans un Paris démodé

L’histoire ? Celle d’un apprenti détective à la recherche d’une femme disparue et énigmatique. Nonchalant et distrait, le narrateur peine à avancer sur son enquête. Comment ne pas penser à Antoine Doinel dans Baisers volés, le personnage culte des films de François Truffaut ? D’ailleurs, l’ambiance du livre a ce charme truffaldien : on se pose au bistrot sans savoir ce qu’on y cherche, sans emploi du temps, on va chercher son courrier à la poste restante… Un Paris en noir et blanc, un peu passé, voire démodé. La preuve page 63, où « L’Internet » (!) ne lui « ai d’aucun secours » dans l’avancement de son enquête. Certes, ce n’est pas le meilleur roman de Modiano, mais qui s’en souviendra ? L’oubli, thème central du livre, vaut aussi pour le lecteur… Qu’importe, l’écrivain reste au patrimoine ! Vous remarquerez d’ailleurs que, comme Truffaut, son nom est devenu un adjectif : on dit modianesque, truffaldien, la classe. A tous ceux dont le nom n’est pas au dictionnaire, il vous reste les souvenirs des excellents livres de Modiano, dont La Place de l’Etoile, Un pedigree et tant d’autres encore à lire ou à relire !

Encre sympathique, Patrick Modiano, Gallimard, 144 pages, 16€

Extrait du livre :

Les souvenirs viennent au fil de la plume. Il ne faut pas les forcer, mais écrire en évitant le plus possibles les ratures. Et dans le flot ininterrompu de mots et des phrases, quelques détails oubliés ou que vous avez enfouis, on ne sait pourquoi, au fond de votre mémoire, remonteront peu à peu à la surface.  Surtout ne pas s’interrompre, mais garder l’image d’un skieur qui glisse pour l’éternité sur une piste assez raide, comme le stylo sur la page blanche. Elles viendront après, les ratures.

 


Ne manquez aucun de nos bons plans et jeux-concours en vous inscrivant à notre newsletter !