5 nouveaux restaurants à Paris : notre sélection de juillet

Pas de vacances en juillet ? Allez, on se console avec les nouvelles ouvertures de restaurants qui nous font voyager malgré tout entre la Bretagne, l’Italie, les côtes méditerranéennes et le Mexique.

 

Les saveurs orientales de Blitz

piperade dans une poêle sur une table en bois
© Blitz

 

S’éloigner des classiques falafel et shawarma, telle était la volonté de Charleli Frati, le propriétaire de Blitz. Au premier coup d’œil, le restaurant est séduisant par sa déco sobre mais raffinée (baie vitrée, comptoir et tables en bois, banquette). Ici, on garde quand même la base de la cuisine du Proche-Orient, le houmous, qu’on déguste sans l’originale pita, mais avec un pain épais en provenance de la boulangerie de Benoit Castel. On débute par des aubergines rôties et patates douces que l’on déguste avec du labneh et de la tahina puis des latkes (galette de pomme de terre) qui se marient parfaitement avec les keftas de bœuf. Un mezze d’entrées bien copieux. Côté plats, la carte nous fait de l’œil (schnitzel, salade fattoush, paleron de bœuf), mais on reste raisonnable avec une shakshouka, sorte de ratatouille de tomates et poivrons accompagnée de piment d’œuf. Un sans faute qui se poursuit jusqu’au dessert : le malabi, une panna cotta libanaise à la fleur d’oranger et pistaches. 

Blitz
6 rue Rochebrune, 11e
Ouvert du mardi au dimanche de 12h à 14h30 et de 19h à 23h

 

Une journée dans le 11e arrondissement de Paris

 

La Cantine Bretonne à Ourcq

Crêpe de la Cantine Bretonne
© La Cantine Bretonne

 

Si le quartier de Montparnasse reste le repère des crêperies à Paris, la Cantine Bretonne implantée dans le 19e a du répondant ! Le lieu est dynamique et mêle le chic au style cosy : plantes vertes, fauteuils club, canapé et un joli bar en verre. La carte est quant à elle bien pêchue. On y retrouve des galettes bio et sans gluten classiques ou revisitées (à l’image du Hot Dog breton), ainsi que des plats régionaux. On se laisse par exemple tenter par des rillettes de cabillaud bien frais puis par La Boucanière (poulet mariné, emmental, comté, marmelade d’oignons et crème). Ça croustille et ça fond en bouche, tout comme les potatoes au jus de poulet. On en oublierait presque les pétillantes bolées de cidre (8 bouteilles au choix). Enfin, en dessert, on préfère délaisser la farine de blé pour se faire plaisir avec un Kouign-amann pistache, glace vanille et coulis de caramel au beurre salé qui nous retourne les papilles. Reste plus qu’à se faire une bonne balade digestive au canal de l’Ourcq, situé à quelques pas.

La Cantine Bretonne
22 bis rue de l’Ourcq, 19e
Ouvert tous les jours de 8h à 1h

 

Balade arty : le canal de l’Ourcq en 5 adresses

 

Coucher de soleil chez Pansoul

Terrasse du restaurant Pansoul avec vue sur la Seine
© Pansoul

 

Un restaurant gastro sur la péniche de la Concrète ? Cette annonce nous avait assez étonnés, le lieu étant surtout connu des fêtards et amateurs de musiques électroniques. Un pari réussi pour l’équipe de Pansoul qui détonne par ses plats et ravi par sa vue. Si l’intérieur avec canapés, chaises vintage et tables d’écoliers en jette, le gros plus demeure la terrasse au bord de la Seine avec vue sur le soleil couchant. Alexandre Marchon, le jeune Chef aux fourneaux table sur une carte de saison qui varie avec des produits issus d’un circuit court.

On se laisse bercer par le ballet des bateaux en dégustant des praires, coquillages s’approchant des palourdes, qui baignent dans un bouillon miso. S’ensuit un merveilleux faux-filet normand bien costaud qu’on nous apporte sur un lit de foin encore enflammé. Aussi beau à voir que bon à dévorer. Une viande moelleuse qui s’accompagne d’une assiette de légumes et une espuma à la Fourme d’Ambert (un fromage auvergnat). Des mets raffinés et dressés soigneusement, jusqu’à cette ganache de chocolat qui s’accouple avec une crème avocat / banane surprenante. Un petit bémol : une carte qui ne comporte aucune option de secours pour les végétariens… Pansoul reste le restaurant éphémère à tester cet été. Les prix sont raccords avec la cuisine proposée et le cadre offert.

Pansoul
Port de la rapée, 12e
Ouvert du mercredi au vendredi de 18h à 2h et le week-end de midi à 2h

 

Les terrasses éphémères les plus cool de l’été

Escapade mexicaine avec Lito

guacamole, nachos, boissons, citron vert et cactus sur une nappe colorée
© Lito Mexican Food

 

Avec le houmous, le guacamole est devenu l’un des incontournables lors des apéros. C’est la base de la gastronomie mexicaine et il est difficile de s’en passer. Direction Lito Mexican Food, le nouveau venu dans le quartier des Batignolles, où les valeurs sûres répondent à l’appel : tacos, burritos, quesadillas et donc guacamole. On craque sur notre poulet fermier et sa purée de tomates et piment chipotle enfermé dans une tortilla croustillante. Afin d’éviter d’avaler le tout trop rapidement, on picore notre salade de jeunes pousses et de quinoa. On expérimente également la grande tortilla de maïs garnie de purée de haricots, de Cantal AOP et d’avocat, plus connue sous le nom de Tlayuda. Ça respire les saveurs d’outre-Atlantique chez Lito. En cas de pause dej assez courte, optez pour les formules à emporter qui se mangent facilement sur le pouce !

Lito Mexican Food
52 rue des Batignolles, Paris 17e
Ouvert du mardi au samedi de 12h à 14h30 et du mercredi au samedi de 19h à 22h30

 

La démesure italienne à La Felicità

Salle de restauration de la Felicita
© Jerome Galland

 

On n’arrête plus le groupe de Big Mamma. Après avoir multiplié les ouvertures de restaurants dans tout Paris (East Mamma, Mamma Primi, Popolare, Pink Mamma…), les voilà à l’assaut de la Station F avec La Felicità, le plus grand resto d’Europe. Au menu ? Cinq cuisines, une boulangerie, une caffètteria, trois bars, un biergarten et un stand de burgers. Ils n’ont pas lésiné sur la déco gigantesque (deux wagons de train ont même été aménagés) et l’expérience est totale pour que vous y restiez le plus tard grâce aux expos de street art et aux concerts. On y mange toujours aussi bien, c’est un fait. Chaleur estivale oblige, on se rabat sur une grande salade savoureuse : cœur coulant d’une burrata, tomates anciennes, petits pois, pesto, fenouil, épinards, féta. On goutte aussi à ce panini au pain brioché garni de ribs fondants de yaourt et de coriandre. Pour y manger, c’est loin d’être intimiste, mais le lieu vaut clairement le détour, à condition d’accepter de faire la queue et ce petit côté « à la chaîne » qui peut en fatiguer plus d’un.

La Felicità
5 parvis Alan Turing, 13e
Ouvert du lundi au vendredi de 12h15 à 14h30, du mercredi au vendredi de 18h à 1h, le samedi de 12h à 1h et le dimanche de 12h à 23h