Amadaé, l’adresse des habitués

Le Sentier réserve de nombreuses surprises dont Amadaé, une adresse qui émerveillera vos papilles !

À la table voisine : « Je serais toi, si tu aimes la coriandre, je prendrais le boeuf façon tataki, fenouil et pamplemousse, il déchire. » De l’autre côté : « Ce n’est même pas la peine que je regarde la carte, je la connais par coeur et pour moi, ce sera velouté de patates douces, chorizo et coriandre, puis merlu de ligne, artichauts et purée de courgettes. »

Ça sent les habitués dans cette maison nichée dans une petite rue dominée par les pas-de-porte spécialisés en textile. L’adresse ne fait pas beaucoup de bruit, mais elle semble avoir son fan-club. À l’issue de cette découverte, on ne peut que le rejoindre après avoir goûté une cuisine « fusion », même si ce mot englobe tout et rien. Une cuisine orchestrée par la cheffe Kayori Hirano passée notamment au Peninsula et qui distille dans quelques assiettes, mais pas toutes, une délicate association de mets japonais et français, à l’instar de ce tartare de saumon, wakamé (algues), groseilles et concombre. C’est frais comme la rosée du matin, léger et très parfumé. Plus classique, le risotto aux cèpes. Généreux, riche en cèpes et en copeaux de parmesan, il semble avoir été cuit dans un bouillon trop peu corsé. Quant aux mirabelles, un peu fermes, elles se lovent sur une crème mascarpone qui elle-même recouvre un sablé croustillant. On chipote, ces petits détails n’entachent en rien notre enthousiasme.