Claus, le resto-épicerie chic du petit-déjeuner

10 h. Un samedi de septembre rue Jean-Jacques Rousseau. Une file d’attente composée de Parisiennes élégantes, bobos en espadrilles (c’est encore l’été) et touristes bien renseignés se forme devant Claus. À l’intérieur, c’est l’effervescence ; viennoiseries frémissantes, breuvages parfumés et assiettes sophistiquées défilent dans la petite salle.

A l’étage, on (petit)déjeune à la coule sur des banquettes moelleuse dans un cadre cosy au charme quasi british. Depuis son arrivée il y a quelques années dans le très select quartier du Louvre, l’enseigne ne désemplit pas. A tel point qu’elle s’est même dédoublée en épicerie sur le trottoir d’en face. Un succès qui ravit naturellement son créateur Claus Estermann, un Allemand émigré depuis vingt ans à Paris. « En Allemagne, le petit-déjeuner est un vrai repas, on se lève très tôt pour manger souvent de manière copieuse. Depuis que je vis à Paris, cette « culture » me manquait et j’ai voulu l’importer ici en ouvrant un lieu qui lui soit entièrement dédiée ».

A la carte de ce resto-épicerie pas comme les autres, du sucré comme du salé : céréales, café, œufs, jambon, carrot-cakes, jus de fruits pressés, compotes, cupcakes… bref une avalanche de petites délicatesses matinales – mais pas seulement puisque le petit-déjeuner est servi jusqu’à 14 h histoire de contenter les adeptes de la grasse mat’. Mention très bien pour les confitures artisanales (notamment la menthe-fraise), les tartines garnies (cream cheese, avocat, champignons assaisonnés…), les röstis (galette de pomme de terre avec un œuf poché, du saumon fumé et de la salade) et le fameux muesli maison, préparé la veille, macéré dans du lait la nuit et agrémenté de fromage blanc le matin pour un résultat aussi crémeux que goûteux. Évidemment, à peu près tout est bio et frais avec la volonté de mettre en avant les petits producteurs et le « consommer local », ce qui se ressent forcément sur les prix, au diapason du quartier. On conseille d’opter pour les formules qui proposent un bon aperçu de ce à quoi peut ressembler un vrai petit-déjeuner, qu’il soit léger et tradi (Le Français à 17 €) ou plus riche et singulier (Le Rive-Gauche à 31 €).

www.clausparis.com