Coronavirus : comment les commerces de bouche parisiens s’adaptent

Restaurants, épiceries, livraison de petits plats à domicile… Pendant le confinement dû à la crise du coronavirus, les commerces de bouche ont dû s’adapter. Petite revue – non exhaustive – des initiatives parisiennes.

Les commerces de bouche qui restent ouverts

Commerçants de bouche boucherie grégoire
Boucherie Grégoire / Crédit : Virginie Garnier
Les mots du gouvernement sont clairs : depuis le dimanche 15 mars, les lieux « non indispensables », comme les restaurants et les bars, doivent garder leur rideau baissé. Plusieurs commerçants de bouche peuvent néanmoins continuer à faire fonctionner leurs lieux, que ce soit les grandes surfaces, les épiceries, les marchés à ciel ouvert… Pourtant, de nombreux commerces alimentaires, à Paris et ailleurs, ont décidé de fermer boutique, estimant que la sécurité de leurs équipes ne pouvait être assurée (distances de sécurité difficiles à mettre en oeuvre, manque de masques ou de gants, de gel hydro-alcoolique…) Parmi nos adresses préférées, certaines oeuvrent pour maintenir un service minimum afin de continuer à nous approvisionner en produits frais ou plats préparés.
Les enseignes qui restent sur le qui-vive ont dû prendre des mesures pour continuer à servir tout en assurant la sécurité des personnels et des clients. La Maison Plisson, par exemple, limite la fréquentation à dix personnes en même temps dans les boutiques (seul Petit Plisson est fermé). Des marquages au sol indiquent les distances de sécurité à respecter. La gamme de produits disponibles à la livraison est également élargie, tandis que les magasins fermeront le dimanche. La boucherie Grégoire a aménagé ses horaires elle aussi, avec un créneau réservé aux personnes âgées entre 9h30 et 10h30.  À partir du 24 mars, des plats mijotés dont la recette changera chaque jour seront disponibles à la vente. La marque de charcuterie espagnole Bellota-Bellota continue d’alimenter sa partie « épicerie fine » dans ses comptoirs, qui restent ouverts entre 10h et 20h, tout en maintenant la livraison à domicile et son partenariat avec l’application anti-gaspi Too Good to Go.

Qu’en est-il de la livraison à domicile ?

Panier de la semaine Petrossian, commerçants de bouche
Le panier de la semaine de la maison Petrossian / Crédit : Petrossian

 

Plusieurs sites de commerce alimentaire en ligne et de livraison à domicile maintiennent leur activité à Paris, et parfois en région parisienne. C’est le cas de la plateforme Frichti, qui a instauré la livraison sans contact, à Paris et en petite couronne. Pour des fruits et légumes frais à domicile, l’on peut compter sur le Comptoir des Producteurs ou la Maison Colom. Le site Pour de bon affiche quant à lui un catalogue de plus de 300 producteurs à travers la France. Au rayon bidoche, la Boucherie Moderne continue de livrer ses viandes et autres produits d’épicerie fine (oeufs, fromages, légumes…) à domicile, avec la livraison gratuite dès 60€ d’achat. Vous pouvez également toujours commander du thé ou du café de la maison Verlet, qui maintient également ses livraisons via son e-shop. Enfin, la maison Petrossian a imaginé un « Panier Semaine » mêlant plusieurs spécialités – saumon fumé mariné à la betterave, crabe Royal ou encore œufs de saumon – livrable gratuitement (moyennant 244 euros, tout de même).

Initiatives solidaires

Juste après la fermeture, de nombreux restaurateurs et commerçants de bouche ont décidé de faire don de leurs stocks ou d’écouler leurs productions à petits prix à leurs clients. À l’approche de Pâques, des chocolatiers ont choisi d’offrir leurs productions de chocolats, pralinés et autres oeufs colorés aux soignants. Ainsi, Jacques Genin et Pierre Marcolini vont distribuer leurs créations aux personnels des hôpitaux de Paris.