Karamel

En ouvrant Karamel, Nicolas Haelewyn propose un retour en enfance à travers un voyage au pays du caramel et du chocolat.

Après des années passées chez Ladurée à voyager, Nicolas Haelewyn a voulu retomber en enfance. Se souvenant des pièces montées et du caramel qu’il adorait, le chef décide de travailler la recette et de l’incorporer à toute une série de pâtisseries. Flan, millefeuille, éclair, tarte aux fraises, chaque gâteau a été réinventé ici avec sa touche de caramel, et sans effet « trop sucré » ajouté. Suivant dans le même esprit : mendiants, tuiles, granola et même pâtes à tartiner, la tarte au citron et le choix de viennoiseries – tiens 3 barres pour le pain au chocolat bon et généreux – échappant à l’enrobage  caramélisé général. Point fort de la maison, sa Chocolathèque, une bibliothèque murale étalant un choix de tablettes intenses, fait découvrir des associations caramel et vanille, fleur de sel, miel, citron vert ou passion, la plus addictive au chocolat blond (un chocolat blanc dont on a caramélisé les protéines de lait) et noix de pécan. Pour la dégustation, la maison sert dès le petit-déjeuner dans un salon de thé charmant où mobilier vintage, tables rustiques, photos d’avant et gramophone aux sons de vinyles font l’ambiance. Pour l’arrivée de l’été, la maison vient de sortir sa collection de thés glacés, mais aussi son chariot à glaces, juste à l’angle du boulevard de la Tour-Maubourg. 

67, rue Saint-Dominique, 7è. Du mardi au samedi de 7h30 à 19h30, le dimanche de 7h30 à 13h. karamelparis.com