La Table de Cybèle

L’adresse n’est pas récente mais quel plaisir de découvrir qu’après plusieurs mois d’activité, elle n’a rien perdu de sa verve. En témoigne le lancinant « Nous sommes complets. – Et demain ? – Pareil. – Alors, deux couverts pour après-demain ».

Salle pleine comme un œuf, un groupe, des tables d’amoureux, des tables de collègues, des tables de collègues amoureux, de joyeux ripailleurs qui enquillent cinq verres de pouilly-fuissé cuvée Terres de Vergisson des Bret Brothers puis trois côtes-du-Roussillon cuvée le Petit Taureau de Jean-Philippe Padié, le tout pioché dans une carte axée autour des vins bio et nature à laquelle s’ajoute une belle sélection de bières artisanales.

Et pour escorter tout cela ? Un menu à moins de 30 € avec du choix et une longue hésitation entre une poêlée de pieds bleus et chanterelles accompagnés d’un œuf à 64 °C et une émulsion d’épines de pin ou de la bonite fumée maison, crème d’aubergine, fenouil et compote d’orange. Alors certes, la crème d’aubergine n’apparaît que sous forme de petits points, la compote aussi mais posées sur un dé de bonite, l’accord fonctionne à merveille. Au même titre que la purée de panais et le maigre de ligne même s’ils sont quelque peu malmenés par un poireau trop terreux. Un arrière-goût vite effacé par un croustillant au chocolat noir, ganache de chocolat au lait praliné.

Note : 3/5