24h pour aimer le 16e arrondissement

Arrondissement mal aimé, le 16arrondissement de Paris fait souvent rouler les yeux des Parisiens. Bourgeois, résidentiel, le 16e serait « le pire endroit de la capitale », le lieu de l’ennui, une no go zone pour qui souhaiterait s’amuser. Il faut dire que dans les médias, il s’affiche souvent comme une enclave peuplée de réacs qui s’opposent fréquemment aux logements solidaires d’urgence (migrants, SDF). Au milieu des immeubles en pierre de taille et des caniches blancs se cachent pourtant quelques bonnes adresses. Voici le programme d’une journée pour commencer votre découverte du 16e. 

 

9h : jus d’orange au Holiday Café

 

Holiday Café, 16e arrondissement de Paris
© Franklin Azzi

 

Si le cliché de la Parisienne (cette femme chic vêtue d’une chemise d’homme, d’un slim noir et de ballerines) avait son café, ce serait celui-là : le Holiday Café. Planqué au fin fond du 16e arrondissement, pas très loin de la Porte de Saint-Cloud, le Holiday café draine une faune de journalistes mode et de stylistes branchés. Il faut dire que le lieu a été imaginé par le magazine Holiday lui-même. Au menu, un granola composé de fromage blanc, muesli bio, de miel et de fruits de saison et un grand crème. On parie que l’intégralité de votre repas finira sur Instagram. Et on ne vous jette pas la pierre !

Holiday café
192 avenue de Versailles,16e
Métro : Porte de Saint-Cloud

 

11h : emplettes à la Grande épicerie de Paris

 

La grande épicerie de Paris, 16e arrondissement de Paris
©La Grande Epicerie de Paris

 

Depuis novembre 2017, on peut désormais se rendre à la Grande épicerie de Paris depuis la Rive droite. Au choix, 6 000 produits d’épicerie de France et du monde : sels, moutardes, vinaigres, thés, confitures… On y dégote de l’huile d’olive de Grèce, du nougat d’Alicante ou encore de la pâte de curry Panang. Un tour du monde des meilleurs produits internationaux. Les prix sont modérés et le lieu particulièrement réussi. Seul bémol, il ne faut pas être trop regardant sur son empreinte carbone.

La Grande Épicerie de Paris
80 rue de Passy,16e
Métro : La Muette 

 

13h : déjeuner à la Maison de la radio

 

salle du restaurant Zebra, 16e arrondissement de Paris
salle du restaurant Zebra © Benoit Linero

 

Deux options pour déjeuner avec les yeux sur la Maison de la radio. Directement sur place chez Radio Eat. Le resto de Thierry Bassard propose une cuisine de classiques de brasserie avec un menu du midi un poil onéreux (comptez 27 euros pour entrée-plat-dessert). Le petit plus ? La vue imprenable sur la tour Eiffel. De l’autre côté de la rue, le Zébra s’impose comme une solution tout aussi chic. Le jeune chef Eloi Spinnler propose, dans un écrin de marbre, un menu de bistrot raffiné : tartare de bœuf haché minute, foie de veau grillé, saucisse purée…

Zebra
3 place Clément Ader, 16e

Radioeat
116 avenue du Président Kennedy, 16e

 

14h30 : plein art au Palais de Tokyo

 

©Fred Romero CC BY 2.0

Le 16e arrondissement de Paris n’est pas avare de musées. On y croise la fondation Louis Vuitton dans le bois de Boulogne, le musée Yves Saint-Laurent inauguré en 2017,  le musée d’Art moderne de la ville de Paris, le musée Marmottan Monet, le Palais Galliera, l’aquarium de Paris… Bref, vous aurez de quoi vous instruire en vous promenant dans les rues du quartier. Si vous aimez l’art contemporain et que vous brûlez de connaître les nouveaux noms du marché d’art, filez au Palais de Tokyo. Le lieu propose sur un espace de 22 000 m² répartis sur quatre étages : expos, performances, librairies et concerts.

Palais de Tokyo
13 avenue du Président Wilson,  16e
Métro : Iéna 

 

20h : orgie de chocolat chez Substance

 

Décor chic du restaurant Substance, 16e arrondissement de paris
© Substance

 

Immense coup de cœur pour la nouvelle adresse du Chef Matthias Marc – Racine des Prés, Meurice, Saint James. Dans un écrin aux subtiles nuances de gris et de bleu acier, on déguste une gastronomie de haute voltige. Ici, les plats conjuguent technicité et gourmandise. Tout est maîtrisé et sourcé en bonne intelligence. À ne pas manquer : la poêlée de gnocchis et son cresson fermenté baigné d’un jus à la Morteau et jaune d’œuf fumé en entrée. Un plat réjouissant qui mélange saveurs et textures. On arrose le tout d’un blanc aromatique. Ce jour-là, nous avions dégusté un Menetou-salon du domaine de Henry Pellé (AOC). Gardez de l’appétit pour le dessert, il vaut le coup de cuillère : un soufflé au chocolat São Tome serti d’un crumble cacao amer et d’une crème glacée au sapin. L’assiette se partage mais ne se manque pas !

Substance
18 rue de Chaillot, 16e

 

22h : un Trocadéro chez Cravan

 

Cocktail du bar Cravan, 16e arrondissement de Paris
© Cravan Instagram

 

Vermouth, picon et curação. On profite de nos dernières minutes dans le 16e pour siroter un cocktail de quartier. Et pas n’importe lequel : le Trocadéro. Dans ce micro-bar de destination, on oublie le temps qui passe et l’ébriété qui monte. Inspiré par le neveu d’Oscar Wilde, le poète et boxeur Arthur Cravan (qui rêvait d’ouvrir un café), le Cravan s’est installé entre les murs d’un ancien café-restaurant. Le lieu est unique : façade Hector Guimard, faïence et miroirs patinés, plafond de verre… Et derrière l’immense zinc, le mixologue Franck Audoux, jamais avare de conseils en dégustation.

Cravan
17 rue Jean de la Fontaine, 16e
Métro : Jasmin