Le Gabriel à La Réserve

La dernière fois que nous avons entendu parler de la rue du Cirque, c’était au sujet des escapades d’un président en scooter avec une actrice. Cette rue revient sur le devant de la scène, mais pour une raison gastronomique.

À l’angle de l’avenue Gabriel, après deux ans de travaux et 250 tonnes de marbre lustrées, Paris accueille un nouvel établissement hôtelier de luxe. Michel Reybier, le maître des lieux, est allé débaucher au restaurant Lucas Carton le talentueux Jérôme Banctel qui a eu des mois pour peaufiner ses créations.

Les esprits chagrins trouveront les prix démesurés. Certes, mais l’équation “avenue Gabriel, hôtel de luxe et chef de ce pedigree”, ça a un coût. Et si chaque assiette n’est pas une claque démentielle, il y a tout de même de belles satisfactions comme cette lisette snackée et crème de citron qui vous prépare le palais à ce qui va suivre.

De l’encornet déposé sur une purée de maïs grillé. Jusque là, rien de transcendant. Mais c’était sans compter sur le pistou de coriandre qui vient booster ce petit monde avec une efficacité redoutable.

La canette de Challans, navet, raifort et sucs de clémentine est l’exemple parfait d’une association de saveurs savamment dosées. Aucune ne prend le dessus mais toutes se taquinent. La mousse de chocolat au lait, cœur praliné croquant et sauce caramel parachève des débuts prometteurs.

Note de la rédaction : 4 sur 5