3 épiceries fines à Paris qui vont vous donner l’eau à la bouche

Et si plutôt que d’acheter des produits sous vide, sous blister et délestés de saveurs, vous dégustiez des terrines, confitures, fromages de « petits » producteurs régionaux ? A Paris, de nouvelles épiceries fines voient le jour avec l’espoir de changer nos modes de consommation, en renouant notamment avec la diversité de notre terroir. Voici la crème de la crème des artisans de bouche à emporter ou à déguster sur place.

 

Papa Sapiens : renouer avec l’humain

Velouté et pain vus du dessus chez Papa Sapiens
© EP

 

Chez Papa Sapiens, le crédo a bon goût : « Apporter au bon peuple de Paris des produits qui sortent la tête du rang, des produits fiers d’eux, qui n’ont pas à rougir de ceux qui bombent le torse. » En d’autres termes, les plaisirs du palais sont débusqués sans relâche chez des producteurs passionnés par la qualité plutôt que par la quantité. Il y a Etienne Godart, chaponneur de volaille, Vérène et Marie-Charlotte Indekeu, maîtresses confituriers ou encore Philippe Prévost, éleveur de Wagyu.

Après une première adresse rue Bayen dans le 17e, les six copains de Papa Sapiens ont investi la Rive gauche rue de Bourgogne et viennent d’inaugurer une nouvelle adresse tournée sur la restauration avec une quarantaine de couverts et des ronds de serviette gravés au nom des clients les plus fidèles.

Dans l’assiette : jambon de Franck Leurond, tartare d’Alexandre Polmard ou encore pélamine pêché au filet par Benjamin au Cap Ferret. Ici, vous ne repartirez pas sans savoir le prénom du producteur ou de l’éleveur responsable du frétillement de vos papilles.

Papa Sapiens
24 rue Feydeau, 2e
Métro : Grands Boulevards 

 

Maison Plisson 1 et 2 : alimentation géniale

Devanture de la Maison Plisson
© Maison Plisson

 

Alimentation générale d’exception, la Maison Plisson a ouvert mi-juillet 2018 sa nouvelle succursale à deux pas du Marche Saint-Honoré. Même objectif que pour son adresse boulevard Beaumarchais dans un espace trois fois plus grand (1 200 m2 sur trois étages). Des fruits et légumes en bonne santé, une cave à vins au premier étage, un rayon quincaillerie bien nommé « Gratounette ». Et des kilomètres de fromages et de charcuterie… L’antre de Delphine Plisson référence près de 5 000 produits français sourcés auprès de producteurs, éleveurs, maraîchers, crémiers…

Si l’on peut y faire des emplettes sept jour sur sept, on peut également s’installer dans la « salle à manger » de 120 couverts. La carte du resto pioche dans les stocks de l’épicerie afin de réduire au maximum le gaspillage et garantir des plats frais chaque jour.

La Maison Plisson 2 
35 place du Marché Saint-Honoré, 1er
Métro : Pyramides 

 

Myrthe : cantine du canal

épiceries fines : Myrthe
© Myrthe – source : Facebook

 

Passionnées de produits français, artisanaux et naturels, Laura et Marion décident en 2014 de créer Myrthe, une épicerie-cantine rue de la Grange aux belles, entre le fleuriste Bleuet Coquelicot et le coffee-shop Ten Belles. Derrière une devanture jaune citron, on trouve du jambon Prince de Paris, du beurre Bordier, de la bière Deck & Donohue, du chocolat François Pralus, du café de la Brûlerie de Belleville ou encore du thé l’Attrape Cœur. Du vin, du fromage et de la charcuterie… L’essentiel pour un apéro haut de gamme au bord du canal. En mezzanine, Laura et Marion ont installé des tables en bois et quelques coussins. Elles y servent de 10h à 20h sandwichs (autour de 5 euros), soupes et tartes salées sans gluten. L’endroit est cosy et le riz au lait divin !

Myrthe 
10 rue de la Grange aux belles, 10e
Métro : République