Les meilleures terrasses parisiennes

Le rituel est chaque année le même. Dès les premiers rayons de soleil, lunettes noires chaussées, crémé comme il faut et prêt à siroter rosé et cocktails de l’été, vous ne résisterez point à l’appel de la terrasse de l’été. Avant de foncer tête baissée, A Nous Paris compile incontournables et nouveaux spots où s’arrêter.

 

Eugène Eugène

Une terrasse calme pour bruncher, boire un verre ou diner.

Le détour vaut le coup. Posé dans une ancienne halle sous verrière de Puteaux, la brasserie Eugène Eugène impose par son décor végétal, sorte de serre immense organisée autour d’un comptoir central en marbre vert, de salons cosy, canapés et tables rondes, le tout signé Studio ko. Bijoux du lieu, ses deux terrasses affichent complet aux premiers rayons de soleil, le meilleur spot, passé 20 degrés, se trouvant dans le jardin du restaurant, une terrasse de 70 couverts à l’esprit confidentiel où fauteuils en rotin rouges et tables bistrot prennent place entre lauriers, palmiers et plantes aromatiques. À la carte, Eugène Eugène fait dans l’authentique – tartare de bœuf et frites maison ou salade niçoise en best-sellers -, joue l’esprit rétro régressif – coquillettes au jambon et Raifort, rosbeef à volonté ou poulet rôti -, et sort une Tarte tropézienne à partager en dessert. Meilleur plan pour une première fois, le brunch (39 euros) est ici gargantuesque, le buffet déroulant crêpes, chouquettes, salades de fruits, tartes salées et sucrées à volonté.

38, rue Eugène Eichenberger, Puteaux.  Du lundi au samedi de 11h à 1h, le dimanche de 11h à 18h. Tél. : 01 41 38 40 00. Terrasse mi-ombre mi-soleil. Ticket moyen : 25 €. 

 

 

Le Toit de la Machine du Moulin Rouge

La Machine ajoute une nouvelle corde à son arc avec son rooftop-jardin

Cet été, la Machine du Moulin Rouge ajoute un étage à son arc : on connaissait déjà la chaufferie au sous-sol, le central au rez-de-chaussée et la terrasse du bar à bulles, qui joue les prolongations jusqu’à l’aube en juillet-août. Désormais, on pourra aussi boire des verres sur le toit du Moulin Rouge, juste sous les pales du mythique cabaret parisien, jusqu’au coucher de soleil ! Il faudra sans doute arriver tôt pour trouver une place, sachant que l’initiative ne durera que le temps de la période estivale. La Machine déploiera durant la période une programmation éclectique sur ses 4 étages, entre hip hop, disco, techno, baléarique ou afro house. Lancement le 1er juillet avec la soirée Problèmes d’amour, avec le DJ italien Alexander Robotnick, auteur du hit du même nom dans les années 80.

 90, boulevard de Clichy, M° Blanche. Du mercredi au dimanche, de midi à minuit (22 h le dimanche). Tapas (entre 4€ et 9€), 7 € le Spritz à 14 € le Mojito (au champagne). 

 

Simonetta

Pour déguster des pizzas napolitaines, quasi les pieds dans l’eau

Quai de la Marne, proche de la Villette, sur une partie complètement déserte s’ouvrait l’année dernière Maison Becquey, bistrot aux airs de campagne les pieds dans l’eau. Les patrons doublent la mise cette année avec l’ouverture de Simonetta, resto à pizzas napolitaines exclusivement, à l’ambiance de trattoria ultra léchée. En terrasse, seulement 16 places quasi les pieds dans l’eau, toutes avec vue sur l’œuvre murale du street-artist Da Cruz. Ensoleillée, la terrasse fait le spot parfait à l’apéro, la carte faisant défiler une série de bons cocktails (demander le remix du Mojito au Campari), de la pizza napolitaine maousse costaud sortant du four à bois et un tiramisu à se partager à deux. En partant, filer devant l’Atalante, prochain bar à annoncer son ouverture, et admirer la superbe fresque gastronomico-festive du collectif de dessinateurs, Ensaders.

32, quai de la Marne, 19è. Du lundi au jeudi et dimanche de 12h à 23h, le week-end jusqu’à 23h30. Ticket moyen : 25 €. Cocktails à partir de 9 €. Tél. : 01 42 81 32 63. Terrasse à l’ombre. 

 

Le nouveau Ground Control ouvre ses portes

Ground Control revient pour sa quatrième édition et investit un site caché dans le 12e arrondissement.

Le Ground Control pose ses valises pour la saison estivale dans un ancien centre de tri de courrier de la SNCF, caché derrière la gare de Lyon. Cette version revisite sur 1 500m2 l’ambiance des deux précédentes éditions alors établies rue Ordener : esprit guiguette chic, grandes tablées, transats, buvettes, street-food et potager urbain sont de la partie. Installés dans des bus vintage aménagés, les restaurateurs proposent des plats aussi variés que de la truite fumée (RØK by WoodMen), des burgers veggie (PNY), des galettes bretonnes (Rozell & Co), des sandwichs à la porchetta (Peppa Porchetta) ou des pâtisseries british (Ten Belles). Tout au fond à gauche du site, ne manquez pas le barbecue argentin de l’équipe d’Asado qui ravira les becs salés avec ses grillades de viande, ses légumes rôtis et ses choripánes, des sandwichs à la saucisse, sauce chimichurri, confectionnés dans du pain noir au charbon végétal. Le premier week-end de lancement se déroulera du jeudi 18 mai au dimanche 21 mai. La saison est officiellement ouverte !

Ground Control, 81 rue du Charolais, 12e. RER Gare de Lyon. Ouvert du mardi au samedi / 11h-Minuit & dimanche / 11h-22h30. 

 

Yoko

Zen et immaculé chez Yoko, pour déguster du délicieux poisson cru et mariné

Ceux qui connaissent Kinugawa devraient adorer Yoko. Cantine parisienne aux influences décoratives nippones, le dernier né du groupe Black Code (qui s’apprête à reprendre l’éphémère Tigrr du Carrefour de l’Odéon) est de toute beauté. Réalisé par le duo d’architectes Studioparisien – Lauren B.Tardrew et Romain Jourdan -, le restaurant pose banquettes en velours coquelicot et cuir blanc sur quelques entourages cannés, des effets de miroirs et luminaires Art Déco s’accordant parfaitement à l’ambiance. Dans le même esprit zen, la terrasse, toute blanche, pose une quinzaine de places au soleil, et propose à la carte les spécialités du chef Hiroyuki Ishikawa. Outre les classiques tataki, carpaccio et ceviche, Yoko séduit avec ses poke bowls hawaïens revus à la sauce japonaise et par quelques plats signature du groupe en valeurs sûres : black code au miso, yellow tail mariné au yuzu ou bentos.

3, rue de la Bourse, 2è. Du lundi au samedi de 12h à 14h30 et de 18h à 22h30. Ticket moyen : 35 €. Tél. 01 85 73 41 29. Terrasse au soleil. 

 

Palazzo, la terrasse estivale au Palais de la Porte Dorée

Du 15 juin au 15 octobre, la terrasse estivale Palazzo s’installe sur le parvis du Palais de la Porte Dorée.

Palazzo est un nouveau rendez-vous festif de l’été. Situé sur le parvis d’un des plus beaux bâtiments Art Déco d’Europe, à proximité du lac Daumesnil dans le 12e arrondissement, cette terrasse éphémère offrira tous les jours de nombreuses animations pour profiter de l’été à Paris en famille ou entre amis. Au programme, des recoins pour se livrer aux douceurs du farniente, une scène caravane, des espaces pour jouer (peu importe votre âge), des bals et Dj sets gratuits, un bar à Spritz, des ateliers ludiques, un terrain de pétanque,  ou encore une librairie en plein air.

Du 15 juin au 15 octobre, Palazzo au Palais de la Porte Dorée, 293 avenue Daumesnil,12e. M° Porte Dorée. Rendez-vous Jeudi 15 juin de 18h à minuit pour le lancement de Palazzo. Plus d’infos ici

 

Bambou

Une ambiance végétale parfaite pour siroter de délicieux leurs cocktails création

Quartier du Sentier, occupant la cour d’un ancien dépôt de textile, la nouvelle affaire de Thomas Delafon et Jean-Pierre Lopes (le Très Honoré, la Plage parisienne) ouvrait (en septembre) dans un décor étonnant, genre de grand salon asiatique au décor contemporain et touches vintage, servant tous les jours une bonne cuisine thaï (pad thaï bien exécuté, nems bien roulés). Cet été, on squatte donc les tables bistrot de la terrasse, une soixantaine au total, et l’on boit – avant ou après le dîner – au bar à cocktails extérieur. Un kiosque en bois entouré de verdure, où venir commander l’un des 8 cocktails création. En favoris, un remix de la Piña Colada épicé au curry, le plus rafraîchissant, le Thaï Basil, à la vodka, citron vert et basilic, le tout à siroter dans une ambiance relaxée, sièges Acapulco et bancs pour faire déconnecter.

23, rue des Jeuneurs, 2e. Du lundi au samedi de 12h à 14h30, de 19h à 23h30. Ticket moyen : 25 €. Cocktails à partir de 11 €. Tél. : 01 40 28 98 30. Terrasse à l’ombre. 

 

L’atelier du Tartare

Un très large choix pour déguster de savoureux tartares

Rue du Louvre, la petite place ombragée des Deux Ecus, son kiosque à journaux et ses marronniers tient une nouvelle terrasse, discrète dans le genre et toute habillée de noir. Démarrage au cocktail, le Tommy’s Margarita parmi les meilleurs, et à la carte, la cuisine crue du chef Dorian Ibanez et sa série de tartares et carpaccios déclinés à toutes les sauces. Rayon tartare, outre le classique bœuf tradi, son filet taillé au couteau et cœur au jaune coulant, réclamer la déclinaison bar ou celle à l’avocat, crevettes et espuma d’artichaut, les carpaccios s’accordant en mode terre et mer, le plus gourmand au bar mariné, fromage frais et quartiers de framboises.

1, place des deux écus, 1er. Du lundi au samedi de 12h à 22h30. Ticket moyen : 35 euros. Cocktails à partir de 10 €.  Tél. : 09 73 63 34 67. Terrasse au soleil. 

 

Palm Springs 60’s

Pour jouer les vedettes hollywoodiennes des années 60

Pour l’été, le luxueux Hôtel Prince de Galles a revisité son Patio en s’inspirant de Palm Springs, à la grande époque des 60’s où les stars de Hollywood y venaient en villégiature. Côté déco, le désert n’est pas loin, avec force cactus et palmiers, et le mobilier se pique de touches colorées. On y vient pour les cocktails du chef barman Florian Thireau, qui revisite les grands classiques de cette ère dorée, aux noms évocateurs de l’Amérique, et pour la carte finger food et barbecue chic, burgers et brochettes version mini en tête.

33, avenue Georges V, 8è. Tous les jours jusqu’au 30 septembre, de midi à minuit.​Tapas à partir de 12 €.  

 

Marcello

Un petit coin paisible et secret où l’on peut manger matin, midi et soir !

A Saint-Germain des Prés, le restaurant de la Petite Cour tenait depuis des années un bijou avec sa terrasse en contre-bas du marché Mabillon, cour entre soleil et ombre où venir déjeuner. Racheté par les sœurs Vasconsin, Marie-Lorna et Florence, déjà à la tête du Blueberry et de la Boca Verita, l’endroit, franchement vieillissant, se paie un ravalement total. Outre l’intérieur décapé, industriel et urbain dans le décor, et éclairé en partie aux néons, la terrasse re-végétalisée tient sur ses pavés une quinzaine de tables dans un esprit bistrot moderne. Managé par le sympathique Hagop, le restaurant s’inspire de New-York en proposant une cuisine en continu. On y passe dès le petit-déj pour le croissant italien au nocciola (noisette) et le bar à fruits et à jus. Tendance italienne toujours au déjeuner et dîner autour de pâtes fraîches, raviolis, de calamars grillés (commander absolument les buns aux anchois réconciliant avec le poiscaille), pause goûter facile autour du café et cocktails rafraichissant dès 19h.

8, rue Mabillon, 6è. Du lundi au dimanche de 8h à minuit. M°Odéon. Ticket moyen : 30 €. Cocktails à partir de 12 €. Tél. : 01 43 26 52 26. Terrasse mi-ombre mi-soleil. 

 

Café Renoir

Flâneries artistique dans les jardins le temps d’un déjeuner

Installé dans le musée de Montmartre, le Café Renoir n’est, depuis cet été, plus seulement accessible aux visiteurs des expos temporaires ou permanentes. Il suffit pour y accéder de s’acquitter d’un droit d’entrée aux très beaux Jardins des lieux (à privilégier en mode abonnement) qui ont inspiré Auguste Renoir pour son Bal du Moulin de la Galette. Là, en plein air ou sous la verrière, on profitera d’un goûter ou d’un déjeuner sur le pouce ou juste d’un verre, tous les produits étant fournis par de bonnes maisons parisiennes, à l’exception, l’été du thé glacé menthe-citron home-made. On surveille aussi les ateliers jardinages, tout comme les nocturnes du jeudi pour boire un verre de vin comme dans le jardin d’une maison de campagne (15 €). PA

12, rue Cortot, 18e. De 12h à 18h, nocturnes de 19h à 22h. Formule déjeuner : 16 €. Thé glacé : 4 €. Entrée au Jardin : 4 € ou abonnement annuel : 10 €. M° Lamack-Caulaincourt

Zazza

Un nouvelle planque secrète où siroter de bons cocktails et dévorer de bonnes pizzas

Rue du Faubourg Poissonnière, Zazza rameute le client derrière une façade marbrée vert de toute beauté. Brut, l’intérieur fait bistrot à la mode, et décline comme à Milan les bons cocktails maison assortis de pizzas au feu de bois ultra-généreuses et pâtes à l’italienne régalant à prix correct. Alternative aux foules, la terrasse de Zazza fait planque secrète, une dizaine de places sur banquettes pour voir défiler le passant, suffisamment à l’écart des pots d’échappement. Meilleure heure recommandée : à l’apéritivo et sa formule à 10 € avec planches de charcuterie, stuzzichini de fromage et cocktail à base de campari, marasque, grappa et limoncello.

18, rue du faubourg Poissonnière, 9è. M° Bonne Nouvelle. Du lundi au samedi de 9h à 23h30. Tél. : 01 45 23 20 05. Terrasse au soleil. Ticket moyen : 30 €. Cocktails à partir de 10 €. 

 

Paname Brewing Company

L’une des plus jolies terrasses de Paris

Avec l’installation de Paname Brewing Company sur les quais de Loire, le canal de l’Ourcq tient une des plus jolies terrasses de Paris, directement posée sur l’eau avec lampions de bal et vue panoramique sur le canal. Outre les bières brassées dans les grandes cuves situées à l’intérieur d’un grand hangar-pub (demander la Barge du Canal, une IPA ou tester celle sans gluten, au quinoa), la maison sert une série de petits plats calant bien l’estomac (quesadillas, burgers, pizzas, kebab, ribs, bo bun, bœuf au curry). Le service décontracté – Australiens à casquettes et étudiantes du monde entier – colle parfaitement à l’ambiance du quartier. L’affluence étant générale aux premiers rayons de soleil, l’alternative se trouve à l’étage dans la salle perchée avec vue canal.

 41 bis, quai de la Loire, 19è. M° Riquet. Du lundi au dimanche de 11h à 2h. Ticket moyen : 25 €. Tél. 01 40 36 43 55. Terrasse ensoleillée jusqu’au coucher de soleil. 

 

Papa Cabane, le bar éphémère de l’été

Papa Cabane est LE bar éphémère en plein air pour chiller et bronzer tout l’été.

A deux pas de l’Accor Hotel Arena, Papa Cabane est LE bar éphémère en plein air pour chiller et bronzer tout l’été au rythme d’un DJ Set. Papa vous attend tous les jeudis jusqu’au 28 septembre sur sa terrasse de 1000m2 pour profiter du soleil, siroter un bon cocktail sur un transat, faire une partie de ping-pong, de babyfoot ou de pétanque et grigoter de la street food. On regrette juste que la terrasse ne soit ouverte que le jeudi…

Jusqu’au 28 septembre, Papa Cabane, 12 rue Paul-Belmondo, 12e. M° Bercy. Les jeudis de 18h à 23h. Entrée gratuite. Plus d’infos ici.

 

Les Nautes

Le parfait endroit pour un before ensoleillé avant de partir dans la nuit parisienne.

Il y a un an, la page Facebook des Nautes postait une photo devenue virale de l’équipe en train de boire un verre sur la terrasse avec de l’eau jusqu’aux hanches. Heureusement, cette année, les inondations parisiennes ont laissé place à la canicule, et le bar/club va pouvoir profiter sereinement de la fermeture des quais aux voitures et de l’affluence de Paris Plages, avec sa situation unique à 10 mètres de la Seine. Au bar, des mojitos bien serrés, et à l’intérieur, des DJ’s pas très connus animent les platines quasiment tous les soirs, dans une ambiance qui peut vite devenir décadente.

1, quai des Célestins, 4e. Du mercredi au vendredi 17h – 2h, Samedi de 14h à 2h, dimanche de 14h à minuit. M° Sully Morland. Cocktail : 8-12€ . Planche : 20€ Tapas : 5€.

 

Brasserie Auteuil, une nouvelle maison toscane dans le 16e

(photo : ©Yann Deret)

Après plusieurs mois de travaux, découvrez la nouvelle Brasserie Auteuil qui a désormais investi toute l’ancienne Gare SNCF.

En Toscane, c’est connu, c’est chez les mamans qu’on retrouve la meilleure cuisine. La Brasserie Auteuil cultive cet état d’esprit où la simplicité sophistiquée et le culte des bons produits sont les maîtres-mots de la carte.

La première maison de famille italienne en plein Paris : tel est le nouveau parti-pris de La Brasserie Auteuil qui a entièrement été décoré par Laura Gonzalez. Tout a changé… Sauf son nom. Après de très grands travaux qui ont permis d’agrandir et doubler l’espace de la terrasse, cette brasserie offre aux Parisiens un petit paradis méditerranéen qui les projette dans les fiestas les plus élégantes de la Riviera italienne.

Au programme de ce lieu qui sent bon les vacances : un nouveau jardin-rooftop habillé de rosiers grimpants, d’oliviers et de jasmin, un extraordinaire bar à cocktails en plein air et une cuisine de mama italienne… Ici, un mot d’ordre : le chill out, la convivialité et les aperitivo branchés.

Le 21 juin, à l’occasion de la Fête de la Musique, le festival Coachella débarque le temps d’une soirée sur le rooftop de la Brasserie Auteuil, en partenariat avec #Lou, le rosé trendy, dernière création de Peyrassol, partenaire également du Venezia More Festival. La soirée débutera tranquillement avec les sons acoustiques du groupe Rock’n’beach. Dès 21h30, un DJ set exclusif prendra le relais en montant le volume d’un cran, et ambiancera les festivaliers d’un soir au rythme des good beats electro.

Brasserie Auteuil, 78 rue d’Auteuil, 16e. M° Porte d’Auteuil. Ouvert tous jours de 8h à 2h . Plus d’infos ici

 

Le Wanderlust

Au programme de cet été : cocktails, grillades (même veggies) et clubbing !

Depuis début juin, le Wanderlust est de retour avec ses 1 600 mètres carrés de terrasse, sur laquelle ont été installés divers stands et surtout un “food court”, avec six restaurateurs qui serviront des plats de street food. Au menu : grill, burgers, pizza, sandwiches, menus veggies… Un nouveau bar à cocktail façon speakeasy a aussi été installé dans l’ancien restaurant du Wanderlust. Ouvert dès la fin d’après-midi, on profitera d’un long happy hour (de 18 à 22 heures) tous les soirs, avant de passer en mode clubbing. Les manettes de la programmation musicale ont été confiées pour l’été à cinq collectifs parisiens, avec notamment les soirées hip hop déjantées de Yard (le mardi), le crew What’s My Name le mercredi en mode hip-hop/R&B, Jeudi OK le lendemain pour une programmation techno/house ou encore Roche musique, le label de FKJ et Kartell, pour des fêtes électroniques le vendredi soir.

32, Quai d’Austerlitz, 75013. Tous les jours de 18h-6h à la Cité de la Mode et du Design. M° Austerlitz. Street food : 5-10 €, 8 € la bière et 35 € la bouteille de rosé.

 

Mob Hotel

Une terrasse 100% bonnes ondes

Direction les puces de Saint-Ouen, là où Cyril Aouizerate, ex co-fondateur des Mama Shelter, inaugurait il y a quelques semaines son premier hôtel. A une centaine de mètres du marché Serpette, un grand immeuble de briques rouges ressemblant à une ancienne usine, ouvre par sa porte orange et ses moulins à prières tibétains sur une cour immense. Bienvenue au Mob, hôtel à trentenaires arty, créatifs et venant du monde entier, ouvrant aux bonnes ondes sa terrasse de 90 places (pizzas sans amidon à la carte, salades et plats bio signés du chef Brice Morvent), un Summer Bar perché sur les toits avec barbecue et cocktails à siroter, et régulièrement bar à huîtres et à vin blanc dans la cour de l’hôtel. Sous les arbres, séances de cinéma silencieux (avec casques) ouvert à tout le monde et dans le respect de tout le monde.

4, rue Gambetta, Saint-Ouen. M° Mairie de Saint-Ouen. Du lundi au dimanche de 7h à 22h. Ticket moyen : 25 €. Tél. 01 47 00 70 70. Terrasse ensoleillée de 10h à 19h30. 

 

Le Jardin caché de la gare

Un endroit pour profiter de l’été parisien comme en Provence

L’an dernier, le restaurant La Gare a attiré nombre de Parisiens avec son Jardin caché où l’on pouvait, avant ou après le déjeuner, jouer à la pétanque en buvant un verre de rosé. Rebelote cette année pour l’esprit vacances, avec en plus, de vrais tournois pour les boulistes convaincus (par équipes de 3) les 18 juillet, 29 août et 19 septembre.

19, chaussée de la Muette, 16è. M° La Muette. Tous les jours de midi à 23h30. Menu à partir de 24 € au déjeuner. Formules 2 verres de rosé avec « panier » de légumes frais : 25 €.