Macaille

Annoncer de but en blanc sur une carte « qu’afin de travailler des produits de saison, nous avons le plaisir de renouveler la carte tous les mois » et servir dans la foulée des haricots verts et des pois gourmands en plein mois de février pour accompagner un filet de bœuf Black Angus et sa sauce au poivre à 35,90 €, il y a comme qui dirait un problème.

Cette énorme faute de goût, on la doit au médiatique Norbert Tarayre, déjà à la tête de Saperlipopette à Puteaux, qui vient d’ouvrir Macaille, mi-restaurant mi-brasserie, conçu comme une maison avec une enfilade de pièces qui font penser à des salles à manger. Un peu comme Chez Clément mais en mieux. Pour le reste, des plats de bistrot sans grande envolée mais est-ce que l’on vient chercher autre chose ? A priori non. On se contente donc d’un émietté de crabe, pomme Granny et mayonnaise au colombo qui domine de la tête et des épaules les deux principaux produits, d’une truite (au moins ça change du saumon) cuite vapeur et déposée sur des spaghetti safranés, un jus de coquillages et des courgettes. Là encore, applaudissements, c’est bien connu, février est le mois de la courgette. Pour finir, la mousse praliné, brownie et feuillantine tire à peine son épingle du jeu contrairement à la tarte au citron meringuée, classique mais bien réalisée.

Note : 2/5