Native Delicatessen, arts et saveurs d’ailleurs

Voilà l’une des adresses les plus niches de Paris. Baptisée « Epicerie fine d’art des premières nations » soit l’Alaska, la Laponie, la Tasmanie, l’Australie, les Amériques et le Canada, cette micro-boutique de passionnés dégote des objets d’art de collectionneur allant des kachinas des années 50 – ces poupées sculptées par les indiens hopis et zuñi d’Amérique du Nord – aux masques à grimaces traditionnels.

On trouve aussi quelques bijoux, des tatouages indiens, des tisanes pour bien dormir – tester la Lucid Dream Tea ou la Tisane de la Paix – et le bon thé des Navajos d’Amérique du nord dont une partie du prix est reversé aux producteurs locaux. Outre l’encens, la sauge blanche pour purifier les esprits et les tattoos en gadget, l’endroit cache surtout des produits naturels au goût extra – à tester le sucre de canne du Pérou –, un sirop d’érable amérindien au concentré intense, du sirop de bouleau parfait pour l’hiver, de la viande de renne pour les amateurs et quelques épices australiennes (poivre, sel…) et thé qu’utilisaient les aborigènes. Des produits introuvables à Paris et que les deux associés racontent et font déguster avec talent. Bien vus aussi, les baumes à lèvres canadiens Nova Scotia Fisherman laissant vos lèvres fraîches pour l’hiver.