Notre sélection des nouveaux restaurants en décembre à Paris

Le compte à rebours avant 2020 est enclenché et tout le monde a la tête dans le guidon en prévision des fêtes de fin d’année. Comme toujours, les repas à rallonge et les grandes tablées seront au programme. SI l’envie vous prend de faire quelques écarts avant le sprint final, découvrez notre sélection des nouveaux restaurants en décembre à Paris. 

Petit Plisson : l’entre-deux de Delphine Plisson

© Petit Plisson Montorgueil

 

La Maison Plisson s’agrandit et dévoile son premier Petit Plisson implanté rue Montorgueil. Une version hybride entre épicerie du coin et espace de restauration rapide, où l’on peut tout de même manger sur place et apprécier le savoir-faire de la maison mère. C’est donc une offre s’étendant du petit déjeuner à l’apéro du soir qui est proposée : pêle-mêle on retrouve plats cuisinés, sandwichs, salades, soupes, pâtisseries. Mais le petit plus c’est l’espace pour composer sa plancha du soir (fromages, charcuterie, terrines, rillettes, houmous etc). Et en bonus : du vin, des bières, des sablés et autres douceurs qui font plaisir au palais.

Des recettes simples mais goûtues à l’image de ce pain granola aux fruits sec, gorgonzola et roquette et du risotto aux champignons. Tout comme la « salade de poulet qui déchire » (c’est non petit nom, et on le valide). Les produits sont de saison et l’offre végétarienne n’est pas laissée de côté. Le soir on se fait un petit plaisir avec une sélection de fromages et de la charcuterie bien tendre. Quand la qualité est au rendez-vous, ça se ressent forcément.

Petit Plisson
14 rue des Petits Carreaux, Paris 2è
Ouvert du lundi au mercredi de 8h30 à 20h30, du jeudi au samedi de 8h30 à 22h30 et le dimanche de 9h30 à 20h

Pouliche : le premier restaurant d’Amandine Chaignot

© Benedetta Chiala

 

Amandine Chaignot pose sa toque de chef dans le 10e avec son premier restaurant : Pouliche. Depuis la rue d’Enghien, on aperçoit seulement le bar à cocktails dans une ambiance intimiste. Le plus important se cache à l’arrière : une grande salle à la déco brute avec cuisine ouverte. Les indécis seront ravis puisque qu’ici, le menu est unique (seul le plat est à choisir). On commence avec le « en selle », une belle farandole de 5 entrées. Un vrai shot iodé avec l’huître topinambour râpé à cru avant de se réchauffer avec le crémeux de chou fleur au beurre noisette. Notre entrée préférée ? Les tempura de maïs doux et crevettes grises servies dans un épi vide. Option végétarienne possible avec un falafel de pois chiches au thym qui vient remplacer la langue de veau caramélisée.

S’ensuit une cuisine de terroir bien travaillée à l’image de ce perdreau rouge tendre, chou vert et châtaignes au jus. Le menu s’accompagne d’une carte des vins qui fait la part belle aux petits producteurs. Enfin, on se laisse entrainer par le biscuit noisette et huile d’olive qui vient avec un sorbet agrume et pulpe de poire au verjus. Le coup de cœur n’est pas loin pour la cuisine de celle qui a fait ses armes aux côtés de Piège, Fréchon ou encore Alléno. Mais il manque une petite étincelle qu’on trouvera peut être une prochaine fois, tant la carte varie chaque semaine.

Pouliche
11 rue d’Enghien, Paris 10è
Ouvert du lundi au samedi de 12h15 à 14h30 et de 19h15 à 22h30 et le dimanche de 12h15 à 15h30 et 19h15 à 22h

La Riviera : escapade au soleil du Sud

© La Riviera

 

Face à ce temps maussade et à la chute des températures, quoi de mieux que de prendre des couleurs et quelques degrés en allant chez Riviera ? Le nouveau resto de l’équipe des Fauves nous embarque dans le sud de la France et en Italie. La déco est soignée et le bar central habille la pièce pour diffuser une  ambiance réconfortante. En entrée, l’œuf parfait (crème de topinambour truffée, coppa) nous met dans de bonnes conditions tout comme le cocktail de la maison French Riviera (rhum, campari, citron, angostura, confiture de framboise, cannelle, basilic). On entend les cigales.

Si la lotte façon bouillabaisse est appétissante, on craque sur la pizza « On dirait le sud » aux 5 fromages (ricotta, scamorza, chèvre picodon, fourme, brousse de brebis). La pâte est fine et moelleuse, on n’en laisse pas une miette. Cette promenade ensoleillée se termine avec le « très chocolat » pour les gourmands only (chocolat, huile d’olive, lavande et noisettes) et la valeur sûre avec la tarte au citron de Menton.

La Riviera
118 rue La Fayette, Paris 10è
Ouvert du dimanche au mercredi de 7h à minuit et du jeudi au samedi de 8h à 1h

Polichinelle : le buffet légumier et gourmand

© Romain Buisson

 

La proposition de Steven Burggraf et Christophe Michalak était très intrigante : un buffet légumier et gourmand. Et c’est d’ailleurs celle-ci qui nous a donné assez de motivation pour s’aventurer jusqu’au fin fond du 15ème et faire abstraction des tours bétonnées où s’est glissé Polichinelle (au sein de l’hôtel Yooma). Heureusement, la déco intérieure est beaucoup plus chaleureuse. On est donc face à ce buffet qui nous donne bien envie. Seule réticence : tout est déjà préparé et disposé pour les clients… On démarre par les entrées et on est fou de l’œuf Wellington pané, sauce hollandaise fumée, champignons de Paris, échalotes confites et céleri. La panna cotta légumière et les tempura de champignons purée de topinambour nous séduisent aussi.

La déception arrive au niveau des plats, qui comme on le craignait, sont sous des cloches chauffantes. Si le dressage des assiettes est assuré avec soin, ça manque cruellement de saveur. Le pithiviers ne s’en sort pas trop mal mais les gnocchetti et le butternut rôti ne sont pas à la hauteur. La touche sucrée vient rehausser la note : onctueuse mousse au chocolat, cacao, fleur de sel ainsi que le riz au lait crémeux à l’eau de fleur d’oranger, au caramel et aux amandes. Puis on repart avec un petit chou Paris Brest pour la gourmandise. Les grands appétits seront ravis de cette offre à volonté, les fines bouches un peu moins.

Polichinelle
51/53 Quai de Grenelle, Paris 15è
Ouvert du lundi au vendredi de 12h à 14h (14h30 le samedi) et tous les soirs de 19h30 à 22h (22h30 le samedi)

Moom Mam : la cuisine thaï et chic parisien

© Moom Mam

 

À quelques minutes des grands magasins et du boulevard Haussmann, s’est ouvert récemment Moom Mam, resto thaïlandais semi bistronomique. L’ambiance y est donc chic et cosy avec un bar à cocktail assez classe. Une carte qui propose des tapas froides et chaudes et on est loin d’une liste à rallonge des menus. On débute la soirée par un rafraîchissant cocktail Lao Lom (Tequila, liqueur curacao, sucre, jus d’orange et citron).

Puis on enclenche le menu découverte (amuse bouche, 2 entrées, 1 poisson, une viande et un dessert pour 50€) qui démarre par une petite bouchée poulet crevette caramélisée et ananas. On retiendra surtout les spaghettis au curry vert et crevettes avec une ravissante sauce ainsi que les larmes du Tigre (entrecôte de bœuf mariné et grillé) à la cuisson idéale. L’assortiment de desserts style café gourmand vaut surtout le coup de cuillère pour le tapioca à la soupe de mangue. En somme : une cuisine fine et bien mise en valeur, même si les portions sont un poil juste surtout quand les plats tardent vraiment à arriver (service très long).

Moom Mam
19 rue Mogador, Paris 9è
Ouvert du lundi au samedi de 12h à 15h30 et de 19h à 23h