A.Manger

Notre sélection des nouveaux restaurants en octobre à Paris

Il n’y a pas que dans le cinéma que les suites ont la cote. Depuis la rentrée, les restaurateurs ont fait des petits et pour l’occasion, on a donc le droit à une sélection des nouveaux restaurants en octobre à Paris 100% « ils ont remis le couvert ».

Coya : la cuisine péruvienne aux influences sud-américaines, chinoises et japonaises

© Coya

 

Première adresse parisienne pour la marque Coya, déjà présente à travers le monde avec cinq établissements. À Paris, ils ont mis le cap dans le 7ème à Beaupassage et dans une ancienne église de plus de 700m2. Autant dire que le dépaysement est total : comptoir à ceviche, Pisco bar et une déco colorée d’inspirations inca. C’est chic et tout en sobriété. La cuisine péruvienne aux nombreuses influences se traduit par de petites assiettes à partager. On débute classique avec un rafraîchissant Pisco Sour, LE cocktail emblématique (pisco, citron vert, sucre, blanc d’œuf et angostura bitter) qu’on accompagne d’un guacamole fait sous nos yeux et de croquetas de Lubna (bar du chili et aïoli épicée). Nos papilles sont déjà dans l’avion pour l’Amérique du Sud et vont faire un sacré looping à la dégustation du trio de ceviche.

Carton plein avec le classique, celui au maigre à la truffe et au thon rouge légèrement épicé. On reste focus sur la mer (même si on apprécie les brochettes au bœuf et au poulet grillées) avec une divine cocotte arroz nikkei, sorte de risotto et un savoureux poulpe grillé, chorizo, chips et purée de patate douce. Le tout servi avec un vin blanc autrichien qui détonne et un rouge espagnol qui cartonne. Pour finir sur une note sucrée, rien de mieux que les fameux churros, sauce chocolat au lait et dulce de leche. On ressort conquis par cette cuisine raffinée où l’on peut s’autoriser à faire chauffer la CB (prix raisonnable pour la qualité et le lieu) pour vivre une belle expérience gastronomique.


Coya
83-85 rue du Bac, Paris 7e
Ouvert du mardi au samedi de 12h à 14h15 et de 19h à 22h45

 

L’abattoir Végétal RG : une cuisine végé métisée et pleine d’originalité

© Pierre Lucet Penato

 

L’abattoir Végétal La Table, situé vers le marché Saint Germain du 6ème, est donc le petit cousin du premier spot ouvert dans le 18ème. Ava Farhang traverse la Seine et reprend les mêmes ingrédients en créant ce joli coffee shop cosy à la déco soignée. On peut s’y caler à n’importe quelle heure pour un jus, un cocktail ou des assiettes à partager. Ici, c’est la cuisine de partage qui prime avec une carte composée surtout de plats à splitter. On suit cette option avec la mini aubergine (mais costaude) servie avec une salade de mangue, du yaourt, du zaatar et oignons. Le houmous de betteraves et noix de cajou, bien frais, respire les légumes à l’image de notre jus pressé vitaminé (mangue, carotte, pomme, orange, citron gingembre).

La belle surprise vient du Khao phad sapparod (riz à l’ananas, protéines de soja texturées, poivron rouge, pousses de soja) le tout servi dans un demi ananas. C’est dément. Tout est fait à la minute, les produits sont frais et les associations surprenantes. En dessert, on craque sur la brioche ricotta, nectarines rôties, arrosée d’un sirop de miel et accompagnée de thym, romarin et fleur de capucine. Parfaite. Ava propose une cuisine végétarienne et vegan (dans l’ensemble) de saison (la carte hiver arrive très prochainement) et puise son inspiration aux quatre coins du monde. Résultat : on est surpris d’un bout à l’autre avec des plats travaillés et plein d’originalité.


L’abattoir Végétal – La Table
9 rue Guisarde, Paris 6e
Ouvert du mardi au samedi de midi à minuit Brunch le dimanche de 11h à 16h30 à partir d’octobre

 

Daroco 16 : la team italienne récidive à coup de pasta et pizza

© Daroco

 

C’est la doublette pour Daroco. Ils débarquent dans le 16e à quelques mètres de la Maison de la Radio avec Daroco 16 (en lieu et place de l’ancien Zebra). Et toujours le même credo : une trattoria festive, branchée et accessible. Le lieu, un bel espace de 430m2, confond marbre, granit, plafond miroir et une immense fresque. Et à la carte : toujours ce qui se fait de mieux dans la botte ritale, à savoir antipasti, pasta, pista, risotto et dolci. Sans oublier les cocktails par lesquels on lance les hostilités. Gros coup de cœur pour le Colchique dans les prés (gin, bergamote, lavande, sirop de romarin, jus de citron, tonic) qui respire les fleurs à merveille. On le sirote accompagné des nouveautés de Daroco : les arancini, aubergine, sauce pimenté et des sardines marinées aux herbes, ricotta fumée, pistache. On a déjà l’accent italien sur le bout de la langue. Va bene.

Derrière, on s’enquille des raviolis stracciatella, sauce tomate et datterino (la tomate sucrée et séchée en hiver en Sicile, le top) et pour faire honneur à la maison une pizza, mais pas n’importe laquelle. On craque pour la Fiamma à base de sauce tomate, d’nduja (une sauce de porc épicée de Calabre), oignons confits, stracciatella et basilic. Et on a bien fait. Comme toujours, le resto dispose d’une belle sélection de vins français et italiens. Enfin, en dessert, gros craquage avec la panna cotta à la figue rôtie. C’est quali de A à Z avec des prix abordables. Si les Italiens sont de moins en moins bons au foot, ils excellent toujours en cuisine.


Daroco 16
3 place Clément Ader, Paris 16e
Ouvert tous les jours de midi à 2h

 

Café Pimpin 2 : la cantine de quartier healthy

© Café Pimpin 2

 

Et de deux pour Marie et Clémentine, qui ouvrent Café Pimpin 2, du côté de Brochant. Loin du côté girly du premier, celui-ci s’adapte au quartier et est familial et convivial. Le spot en jette d’entrée, le café étant un ancien garage. Résultat : cuisine ouverte, murs bruts, belle baie vitrée. On s’y sent rapidement comme chez soi. Du côté de la carte, une cuisine healthy style coffee-shop avec une belle offre de salé, de toast et de « sandwich ». On débute par une rafraîchissante soupe froide de courgette, petits pois et menthe pleine de saveurs. On est surpris par la fat salade d’aubergine rôtie, quinoa, pousses d’épinards, pois chiche, pickled onions et la sauce yaourt à la menthe qui fait toute la diff.

Pour les toats, on prend un classique à la truite fumée, tzatziki aneth qui sent bon l’iode et un sandwich de pain turc toasté à base d’avocat, cheddar, cebettes. Copieux. Il nous reste un peu de place pour une touche sucrée : des scones à la crème de mascarpone et confiture de framboise. Le tout à des prix bien doux. Le dynamisme des deux entrepreneuses et jeunes parents fait du bien et donne un joli coup de boost à ce côté du 17ème moins mouvementé que Les Batignolles. Bonne nouvelle : on peut même faire appel au Café Pimpin en mode traiteur pour exporter la cuisine jusqu’à chez soi.


Café Pimpin 2
7 rue Guy Môquet, Paris 17e
Ouvert du mardi au vendredi de 8h30 à 18h et le week-end (brunch) de 11h à 18h

 

Homer Lobster 2 : le nouveau comptoir à rolls d’Odéon

© Homer Lobster

 

On vous avait prévenu, c’est le mois des successions. Voilà donc le nouveau venu pour Moise Sfez, le fondateur d’Homer Lobster. Après sa première adresse rue Rambuteau, il prend possession d’un nouveau comptoir à rolls vers Odéon. La star ? Ce sandwich au crustacé qui vient directement de la Nouvelle-Angleterre garni d’un homard bleu frais et surtout fait à partir d’une divine brioche artisanale. On opte pour la recette classique (mayo et ciboulette) et évidemment le Connecticut (bestseller et sacré meilleur lobster du monde) au beurre citronné fondu et d’herbes secrètes. On comprend pourquoi ! Ça fond en bouche (même si un poil trop beurré), sauces bien travaillées et homard cuit à point.

Pour les connaisseurs, Moise propose deux nouvelles recettes dont une mélangée à du miso et yuzu ou des rolls au crabe et aux crevettes. On se rafraîchit avec une bière de La Brasserie Fondamentale spécialement conçue pour Homer Lobster. Enfin, pour le sucré, gros kiff avec le rolls garni d’un chocolat praliné maison de chez The French Bastards. Qui dit homard, dit prix élevé, le normal est à 17€ mais niveau quantité Moise nous confie qu’il y a tout de même un demi homard dedans ! On regrettera seulement que le resto ne soit pas super eco-friendly (verres en plastique, pas de recyclage…). En tous cas, on valide totalement les recettes et on garde encore un souvenir notre première bouchée dans cette brioche.


Homer Lobster 2
15 rue de l’Ancienne Comédie, Paris 6e
Ouvert tous les jours de 12h à 23h