On a testé Goiko, les burgers espagnols débarqués à Paris

Depuis des années, l’offres de burgers s’est transformée et un imposant marché s’est constitué en marge des chaînes de fast-food. À Paris, de nombreuses enseignes françaises ont enclenché la voie du burger dit gourmet, mixant bonne viande et ingrédients de qualité. On a testé Goiko, la marque venue d’Espagne pour proposer des burgers dégoulinants de plaisir. 

Goiko : un carton espagnol qui s’exporte enfin en France

© Goiko

 

Si les parisiens ont découvert la marque Goiko depuis quelques semaines avec l’ouverture du premier restaurant rue de Richelieu, les Espagnols, eux, en consomment à foison depuis plusieurs années. Avec plus de 78 restaurants disséminés dans 20 villes, la marque s’est imposée dans toute l’Espagne depuis 2013 et un premier lieu à Madrid. Derrière ce concept, on retrouve Andoni Goicoechea, un jeune Vénézuélien d’origine basque et ancien médecin qui a changé de vie. Il a troqué la blouse blanche pour le tablier de chef et les rapports d’analyse pour les menus bien copieux. Son projet débarque pour la première fois en France avec une adresse parisienne qui en impose.

Des néons de toute part et une devanture composée uniquement d’une grande baie vitrée qui laisse apercevoir les deux étages et 350 mètres carrés où le burger est roi. Spoiler alert : cette adresse n’est pas faite pour les petits estomacs. Chez Goiko, place à une cuisine calorique et réconfortante. Au menu ? Des recettes toutes préparées avec de belles créations, mais aussi un burger à composer soi-même pour les plus audacieux. Entre les pains burgers : des produits français, une viande tendre et une volonté de ne pas exclure les végétariens avec des recette véganes et un steak Beyond Meat. Une carte – entrées, boissons, burgers, bowls, desserts – qui est aussi copieuse que ce qui arrive dans l’assiette .

Goiko : des burgers bien costauds aux recettes originales

© Goiko

 

Pour se mettre en appétit – et il faut en avoir -, on se jette sur les célèbres teques de Goiko, des petits bâtonnets de pain au fromage fondu moelleux et croustillant. Une recette de tradition vénézuélienne assez plaisante. Ne faites pas trop les gourmands car il faut garder de la place pour le Bomba sexy. Un burger dégoulinant de fromage Monterez Jack pané, champignons, bacon, sauce mayo fumée et laitue. Quant au bestseller de la maison, le « Kevin Bacon » : maxi tendre avec une viande hachée directement sur le grill et mélangée avec des morceaux de bacon, des oignons frits et du cheddar. Ça fond en bouche avec un pain légèrement toasté qui s’imprègne rapidement du gras de la viande pour être encore plus onctueux.

Pour accompagner le tout, des frites classiques – rien à redire – et des frites de patates douces qui valent sérieusement le détour. Difficile de venir à bout de tout, impasse obligée donc sur les desserts même si le Goiko Cookie (brownie au cookie, coeur fondant chocolat et glace vanille) semble l’option idéale pour repartir KO. Le succès est déjà au rendez-vous pour Goiko Richelieu, mais attention à ne pas surcharger le restaurant. Les commandes à emporter sont nombreuses le midi dans ce quartier de bureau et l’équipe est rapidement sous l’eau. L’attente est donc un poil longue au moment du coup de feu et le service pas encore très fluide. Vu l’engouement, on peut s’attendre rapidement à voir un second lieu pousser quelque part dans Paris.

Goiko
106 rue de Richelieu, Paris 2è
Ouvert tous les jours de 12h à 14h30 et de 18h45 à 22h45 (23h du jeudi au samedi)