On a testé Jules Jo, le nouveau bistrot du 18ème par l’équipe des Pinces et Pizzou

En jouant la carte de la simplicité, Jules Jo, nouvelle brasserie du 18ème arrondissement, a tout pour devenir le spot des habitués du quartier. 

Jules Jo : l’équipe des Pinces et de Pizzou s’agrandit

© Jules Jo

C’est dans le très animé quartier du 18ème que se sont implantés Vivien et Rémy pour poursuivre leur aventure derrière les fourneaux. Ils n’en sont pas à leur coup d’essai puisque c’est à ce duo d’amis que l’on doit les établissements Les Pinces et Pizzou. Si les premiers restaurants mettent en avant le homard et la pizza 100% made in France, ils ont voulu revenir, avec Jules Jo’, à une cuisine plus traditionnelle. Et dans le quartier, le lieu a déjà la côte, malgré une ouverture très récente. Situé au pied de Montmartre et face à la mairie du 18ème, Jules Jo ne passe pas inaperçu embrassant tout un angle avec sa belle terrasse

C’est également parce que Jules Jo offre une restauration en continu de 6h à 1h du matin tous les jours. Un petit plus qui a été été pensé pour s’adapter à toute la clientèle de Jules Joffrin et offrir une belle mixité du petit déjeuner au dîner. Une fois à l’intérieur, l’ambiance y est très chaleureuse : une déco aux murs brut, de grands miroirs, de beaux luminaires et de nombreux petits coins pour se caler tranquillement. L’équipe des Pinces et Pizzou, avec leur nouvelle associée, a donc voulu proposer une cuisine de brasserie parisienne, et des produits issus de circuits courts : une initiative bien mise en avant chez Pizzou.

Un bistrot qui met à l’honneur le terroir

© Jules Jo

Avant de s’attaquer à la cuisine, un petit détour par le bar. Notre choix se porte sur le séduisant cocktail création smash à base de gin, basilic, concombre, citron vert et un top up de bière blanche. En mise en bouche, des poireaux vinaigrette à la betterave et petites noisettes torréfiées qui craquent sous la dent tandis que le poireau fond sous la langue. Si la cocotte de coquillettes au Comté 30 mois et crème de truffe nous tente bien, on opte finalement pour le poulpe braisé et ses petites légumes grillés. Il s’accompagne aussi d’une écrasée de pommes de terre au pesto.

Ceux qui veulent faire chauffer le four à pizza ne bouderont pas leur plaisir puisque Pizzou s’exporte aussi chez Jules Jo. On se réjouit d’avoir goûté à la pizza Comté Partiro (tomates, aubergines grillées, mozzarella Buffala et copeaux de Comté). Côté vin, la carte s’aventure davantage du côté du Rhône : on s’y promène allègrement avec une quille AOP Ventoux qui a du corps. C’est quasi rassasié que l’on prolonge notre plaisir avec la brioche façon pain perdu XXL et son caramel beurre salé, glace vanille, chantilly et chocolat blanc. Aussi copieux à l’oeil qu’en bouche. En résumé ? Avec Jules Jo, le 18ème continue son développement non loin de la rue Ramey qui propose, elle aussi, de belles adresses où s’attabler. 

Jules Jo
28 rue Hermel, Paris 18è
Ouvert tous les jours de 6h à 1h