Orties

Thomas Benady est depuis peu à la tête d’Orties et il est incontestablement la révélation de ce printemps.

Feuilles de chou-fleur cuites en tempura à manger façon dips en les déposant dans une mayonnaise au goût noisette. Première claque et première interrogation sur le pedigree de ce chef qui a décidé de nous faire manger des feuilles de chou-fleur. Thomas Benady croisé autrefois à La Machine à Coudes à Boulogne-Billancourt alors qu’il n’était qu’un cuisinier autodidacte. Depuis peu à la tête d’Orties, il est incontestablement la révélation de ce printemps. La suite le confirme à travers deux entrées, un plat et un dessert. Le tout pour 28 euros au déjeuner. Roulement de tambour et applaudissements nourris. Maquereau, kumquat, pois cassé et des herbes comme s’il en pleuvait. Deuxième claque. Tout fonctionne, le kumquat avec le maquereau cru, le pois cassé avec le kumquat, le maquereau avec le pois cassé. Ajoutez là-dessus un verre de muscadet de Jo Landron cuvée Amphibolite et vous obtenez l’accord parfait. Risotto d’épeautre, lamelles de champignons de Paris servi dans rondin de bois taillé en assiette creuse. Les parfums sont plus francs, plus masculins. On s’échappe de la verdure pour rejoindre le côté terreux de la cuisine. Troisième claque. On reste dans cet esprit avec la pintade, les poireaux, les graines et un jus corsé bien tranchant. Quatrième claque. Et puis il y a cet avocat caché sous un disque de pâte sablée surmonté d’un sorbet au yaourt. Cinquième claque et note maximale. Courez-y !

Orties. 24, rue Rodier, 9è. Tél. : 01 45 26 86 26. Menus : 28 € (au déjeuner) et 45 €. Fermé le dimanche et le lundi. M° : Cadet ou Notre-Dame-de-Lorette.

 

Quelle ambiance ?

Intimiste et calme.

Pourquoi on y va ?

Les découvertes gustatives.

Pour qui ?

Les papilles curieuses.